Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

Côte d'Ivoire/UNICEF : Visite de Lucy Liu.

31 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Du nouveau sur le site Internet de l’UNICEF Côte d’Ivoire

Lucy Liu, actrice et ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF, visite des projets hydrauliques dans la région des Savanes en Côte d’Ivoire.

Visitez le http://www.unicef.org/cotedivoire/french/ pour en savoir davantage

***

New information on UNICEF  Côte d’Ivoire Website

Actress and UNICEF Goodwill Ambassador, Lucy Liu, visits water projects in the Savanes region in Côte d’Ivoire.

Go to http://www.unicef.org/cotedivoire/ for more information
Lire la suite

RDC/FIDH : suppression du mandat de l'Expert indépendant

31 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #ONG-Associations.



RDC/Conseil des droits de l'Homme

RDC : suppression du mandat de l'Expert indépendant

Le Conseil des droits de l'Homme avalise la position des autorités congolaises


31 mars 2008 - La Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) et ses organisations membres en République démocratique du Congo (RDC)  l’ASADHO, le Groupe Lotus et la Ligue des électeurs regrettent vivement que, malgré la situation alarmante d’impunité massive en RDC, le Conseil des droits de l’Homme ait pris la décision de ne pas renouveler le mandat pays sur la RDC. Cette situation d'impunité en RDC avait pourtant été décrite récemment dans de nombreux rapports des Nations unies, dont celui de l'Expert indépendant sur la RDC, M. Pacéré.
Le mandat de ce dernier a été supprimé à la faveur d’un mécanisme plus faible regroupant des experts indépendants thématiques, chargés d’élaborer des recommandations centrées sur l’assistance technique qui pourrait être fournie à la RDC, censées améliorer concrètement la situation des droits de l’Homme sur le terrain.

« Le mandat pays était le seul à permettre un dialogue continu avec les autorités et le Conseil des droits de l’Homme, dans le but d’améliorer la situation générale des droits de l’Homme dans le pays », a estimé M. Paul Nsapu, Secrétaire général de la FIDH.  « Celle-ci demeure très préoccupante, non seulement dans les domaines couverts par les experts thématiques, mais dans beaucoup d’autres domaines transversaux, notamment celui de l’impunité. »

La FIDH et ses organisations membres en RDC, déplorent que le Conseil ait diminué le poids d'un mécanisme répondant à une situation de violations graves et systématiques des droits de l'Homme alors que celles-ci perdurent avalisant indirectement la position officielle des autorités se targuant  des améliorations « significatives » intervenues dans le pays après le processus électoral.

Contact presse : Karine Appy + 33 1 43 55 14 12 / + 33 1 43 55 25 18 – kappy@fidh.org


--

Karine Appy
Attachée de presse
Press Officer
FIDH
17 passage de la main d'or
75011 Paris
France
Tél : 00 33 1 43 55 14 12
Fax : 00 33 1 43 55 18 80

http://www.fidh.org

Lire la suite

Robert Mugabe brigue son nouveau mandat présidentiel (bio-portrait).

31 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

HARARE, 28 mars (Xinhua) -- Les Zimbabwéens vont aller aux  urnes samedi pour élire le chef d'Etat, les parlementaires et les  conseilleurs municipaux.  

     Robert Mugabe, qui est le chef de l'Etat zimbabwéen depuis que  ce pays d'Afrique australe a gagné son indépendance en 1980,  brigue son nouveau mandat présidentiel. Ses principaux rivaux sont le candidat indépendant Simba Makoni, ancien ministre des Finances, et Morgan Tsvangirai, qui représente la grande faction de  l'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC). 

     Voici le bio-portrait de M. Mugabe :  

     M. Mugabe, qui a passé ses 84 ans le mois dernier, est né dans un village à 80 km à l'ouest de Salisbury, (aujourd'hui la  capitale Harare), en Rhodésie du Sud. 

     Au cours de ses études à l'Université de Fort Hare en Afrique  du Sud, il a rencontré des révolutionnaires africains qui  dirigeaient la lutte contre la domination coloniale, dont Julius  Nyerere, président fondateur de la Tanzanie, Herbert Chitepo,  leader de l'Union nationale africaine du Zimbabwe, Robert Sobukwe, fondateur du Congrès panafricain opposé au régime d'apartheid, et  Kenneth Kaunda, président fondateur de la Zambie. 

     Diplômé de l'Université de Fort Hare en 1951 avec un diplôme  BA, M. Mugabe a poursuivi ses études pour obtenir le diplôme BS en économie à l'Université de Londres et plus de cinq diplômes à  l'Université de l'Afrique du Sud.  

     M. Mugabe a été influencé par l'ancien président ghanéen et  pionnier du panafricanisme, Kwame Nkrumah, au moment où il  travaillait comme un professeur au Ghana de 1958 à 1960. En 1960,  il est retourné en Rhodésie du Sud et a adhéré au Parti  démocratique national, interdit plus tard par le régime  d'apartheid. En 1963, il a adhéré à l'Union nationale africaine du Zimbabwe (ZANU), nouvellement établie.  

     En 1964, il a été arrêté pour "un discours subversif", et a  passé dix ans en prison.  

     Avec l'accord de Lancaster House signé le 21 décembre 1979, le Front patriotique composé de la ZAPU (Union des peuples africains  du Zimbabwe) et de la ZANU, dirigées respectivement par Joshua  Nkomo et M. Mugabe, et les autorités sud-rhodésiennes ont convenu  d'établir une nouvelle Constitution pour une nouvelle République  du Zimbabwe, avec la tenue des élections en février 1980.  

     Sorti gagnant des élections en 1980, M. Mugabe a pris le poste de Premier ministre jusqu'en 1987. Après l'abolition du poste de  Premier ministre, il a assumé les fonctions du président exécutif  du Zimbabwe. M. Mugabe a été réélu en 1990, 1996 et 2002.

http://www.french.xinhuanet.com/french/2008-03/29/content_605284.htm

Lire la suite

Le parquet va faire appel de la relaxe de Mohamed Bacar, selon Yves Jego.

31 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

Secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jégo, a indiqué dimanche que le parquet de Saint-Denis de La Réunion allait faire appel de l'annulation des poursuites judiciaires contre le colonel comorien Mohamed Bacar et les 22 hommes de sa garde rapprochée. Le président déchu d'Anjouan, poursuivi pour entrée illégale sur le territoire français, avait bénéficié samedi d'une relaxe pour vice de forme.

Un porte-parole du parquet a indiqué dimanche ne pas avoir d'informations sur cet éventuel appel.

"Les informations que j'ai en ma possession tendent à démontrer la possibilité d'incrimination", a déclaré M. Jego à la presse. "Je sais que la chancellerie et le garde des Sceaux, Rachida Dati, sont très impliqués pour que les procédures républicaines soient appliquées", a-t-il précisé.

Arrivés mardi dernier à Mayotte, fuyant l'intervention armée de l'Union africaine, Bacar et ses hommes auraient dû être jugés samedi pour entrée irrégulière sur le territoire français et infractions à la législation sur les armes de guerre. Mais le tribunal correctionnel a annulé ces poursuites pour vice de forme. Le parquet dispose de dix jours pour faire appel.

"On voit bien que ce n'est pas du tout une volonté judiciaire", a commenté Me Marie Briot, avocate de la défense en première instance. Le président déchu de l'île d'Anjouan est actuellement placé sous surveillance de la gendarmerie dans un bâtiment militaire à La Réunion et sous le coup d'un arrêté de reconduite à la frontière. Le préfet Pierre-Henry Maccioni avait précisé samedi avoir décidé une assignation à résidence administrative qui permettra à l'OFPRA d'examiner les éventuelles demandes d'asile politique "dans les jours qui viennent".

Dimanche matin, des manifestants d'origine comorienne ont rallié la préfecture pour déposer une motion demandant que le colonel soit renvoyé et jugé aux Comores. A Mayotte, un escadron de gendarmerie mobile est venu renforcer les effectifs, a par ailleurs indiqué la préfecture. Les violentes manifestations du 27 mars liées à la présence du colonel Bacar ont fait 18 blessés, "dont deux sont en observation et un dans un état sérieux". Les auteurs des violences ont été déférés dès vendredi devant la justice et ont écopé de peines d'emprisonnement ferme de quatre mois "au minimum". AP

xnau/mw


Associated Press
Lire la suite

Gabon : Vaccins et chauve-souris, les principales avancées contre Ebola et Marburg.

31 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

LIBREVILLE (AFP) — L'élaboration d'un vaccin d'ici cinq ans et la mise en évidence de la chauve-souris comme "réservoir naturel" de la fièvre hémorragique Ebola, deux avancées qui permettront de mieux la combattre, ont été au coeur cette semaine à Libreville du 4e congrès mondial sur ce virus.

La chauve-souris frugivore a été la "vedette" de la réunion sur les maladies Ebola et Marburg, la première du genre organisée en Afrique.

Quelques semaines après la publication des travaux de l'équipe dont il fait partie, Xavier Pourrut, du Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), a mis en évidence que ce rongeur était selon toute vraisemblance le "réservoir naturel" d'Ebola et Marburg.

Cela veut dire que la chauve-souris porte le virus sans y succomber, mais peut la transmettre au singe, à d'autres animaux, ou directement à l'homme.

Cette découverte va permettre de mieux protéger les populations qui vont désormais savoir que la chauve-souris est un vecteur.

"Mais sur le long terme, on va travailler sur ces chauves-souris pour comprendre comment elles se protègent, quel est le mécanisme immunitaire qui leur permet de survivre à l'infection", résume Pierre Formenty, expert des fièvres hémorragiques au sein de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et membre du comité scientifique du congrès. "Ca peut ouvrir demain de nouvelles avenues pour des vaccins et traitements".

Des vaccins contre Ebola et Marburg pourraient justement voir le jour d'ici "quatre, cinq ou six ans", selon Thomas Geisbert, chercheur américain spécialiste du domaine qui vient de quitter l'armée américains (USAMRIID) pour l'Université de Boston. Les chercheurs ont réussi à développer un "vaccin qui fonctionne sur des singes".

"Il ne s'agit pas d'aller vacciner une population entière, mais on constate que les épidémies d'Ebola s'amplifient à travers les hôpitaux. On pourrait donner le vaccin aux personnels soignants et faire beaucoup de bien simplement en arrêtant la maladie à ce moment-là", souligne le Dr Geisbert.

"Dans les prochaines épidémies, on pourrait vacciner en +post-exposition+. Un peu comme la rage. Le vaccin se développant avant que la maladie ne se développe", explique le Dr Formenty. "Avec un millier de doses, on pourrait arrêter l'épidémie dans l'oeuf", sans avoir à procéder à une vaccination de masse très coûteuse.

"On n'aura jamais un monde sans microbes. On ne va pas éradiquer Ebola et Marburg mais on va vivre avec et on a de solutions", estime le Dr Formenty. "Maintenant qu'on les connaît bien, ces maladies sont relativement faciles à contrôler si les gens sont correctement informés et si des mesures de prévention de base sont prises dans les hôpitaux (...) On pourra ainsi éviter des épidémies importantes en milieu urbain comme en Angola en 2005 (environ 200 morts)".

Quant à l'importance médiatique et financière prise par ces maladies, finalement marginales quant au nombre de morts (entre 600 et 2.500 selon les sources), ce scientifique assure que l'argent consacré à la recherche sur Marburg et Ebola n'est pas très important par rapport à d'autres maladies comme le paludisme ou le sida.

"Le paludisme, la tuberculose, le sida font beaucoup plus de morts. Le paludisme tue tous les jours un millier d'enfants", reconnaît-il. "Mais si on laisse se développer Ebola et Marburg, elles vont être de plus en plus fréquentes. Et se préparer à ce type de maladie permet de se préparer aux maladies émergentes à venir, qui seront peut-être plus graves. Souvenons que dans les années 1960, le sida n'était qu'une maladie émergeante".

Lire la suite

Un discours de Barack Obama bientôt publié en France.

31 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

Le discours sur la « question raciale » prononcé par Barack Obama le 18 mars dernier à Philadelphie, a été jugé « historique ». C’est sans doute la raison qui pousse déjà certains éditeurs à s’y intéresser. Barack Obama est déjà populaire bien au-delà des frontières américaines et ses paroles n'y sont pas pour rien.

Le texte du discours sera prochainement publié en France sous forme de livre. C’est Charles Dantzig, éditeur chez Grasset, qui en a obtenu les droits auprès du staff de campagne d’Obama lors d’un déplacement à New York. La parution est prévue pour juin prochain dans une collection d’essais chez Grasset. En somme, les politiciens poursuivent bien leur campagne à travers leurs livres.

Néanmoins, pour ne rien vous cacher… une version française de l’intégralité du discours sur la « question raciale » est déjà en ligne et librement accessible sur le site du Nouvel Observateur depuis le 20 mars dernier. Je vous invite à aller l’y découvrir (ou à le lire directement depuis le fichier joint dans notre actualité. Même si Barack Obama n’est pas élu, ses paroles resteront sans doute dans les esprits.

Barack Hussein Obama est né en 1961 à Honolulu, (Hawaii). Sénateur de l'Illinois au Sénat des États-Unis depuis 2005, il porte les couleurs du parti démocrate dans la course à la Maison Blanche. C’est en février 2007 qu’il a déclaré sa candidature à l’investiture démocrate.

Lire la suite

Présentation du Club des Amis de l'Afrique.

30 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #A ne pas rater.

Madame , Monsieur,
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Associations,
Mesdames et Messieurs les Membres de Bureaux,
Mesdames et Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs les Journalistes,
 
Vous voudrez bien trouver la note d’invitation à la conférence de présentation du CLUB DES AMIS DE l’AFRIQUE en cliquant sur ce lien  :

http://docs.google.com/Doc?id=dgcc9tmv_4f28wmwgg
 
De nombreux représentants de l’Afrique, au plus haut niveau, et des amis sincères de notre Continent se rencontrent pour échanger utilement.
 
Vous êtes attendu à titre personnel, et votre organisation est attendue pour apporter sa contribution.
 
Merci de m’indiquer le nombre et les noms de vos accompagnateurs.
 
Eugénie DIECKY
06 83 93 18 96
Lire la suite

France : Extraits du point de presse du ministère des Affaires étrangères du 29.03.2008

29 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #Ministères.

Actualités diplomatiques du ministère des Affaires étrangères

Point de presse du 28 mars 2008

3 - COMORES
5 - CENTRE CULTUREL FRANCAIS DU CAIRE
8 - CAMEROUN


==================================================================

3 - COMORES

(Concernant la situation aux Comores, qu'est que la France
entend faire de Mohamed Bacar, quelle suite entend-elle donner à la demande d'extradition formulée par les Comores ?)


S'agissant de M. Bacar, il se trouve actuellement à la Réunion,
où il a été transporté hier par des moyens militaires français. Je comprends
qu'il est en garde à vue là-bas. S'agissant de sa présence actuelle sur le
territoire français, dans un département d'Outre-mer, je vous renvoie sur le
secrétariat d'Etat à l'Outre-mer pour ce qui est de sa situation.

(Sa situation est gérée par le secrétariat d'Etat à l'outre-mer
et non pas par le ministère des Affaires étrangères ?)


Sa situation est gérée par le gouvernement, dans toutes ses
composantes. Et s'agissant de sa situation physique dans un département
d'Outre-mer, c'est au secrétariat d'Etat à l'Outre-mer de dire ce qu'il en
est.

S'agissant des aspects judiciaires, il revient au ministère de la Justice de
dire ce qu'il en est et de faire le point de la procédure.

5 - CENTRE CULTUREL FRANCAIS DU CAIRE

(Confirmez-vous les licenciements d'agents locaux à l'ambassade
de France au Caire pour des raisons budgétaires ? D'autres licenciements
sont-ils envisagés dans d'autres capitales ? Qu'en est-il de ce problème
budgétaire que le Quai d'Orsay ne parvient pas à résoudre depuis plusieurs

années ?)


C'est une question qui a effectivement donné lieu à des articles
dans la presse, à des prises de position publiques de la part d'organisations
syndicales.

Sur ce point, je voudrais dire que cette affaire s'inscrit dans
un processus qui vise à restructurer et à adapter notre dispositif en Egypte,
notamment concernant le Centre culturel français du Caire, et à mener cette
adaptation au regard de l'évolution de nos missions et de nos moyens, compte
tenu notamment de l'importance de nos engagements dans le domaine de la
coopération universitaire.

Il y a donc une reconfiguration de l'effort de coopération
français en Egypte.

S'agissant des procédures administratives, comme cela a été dit,
il y a eu 15 postes supprimés au Centre culturel français du Caire. Ceci s'est
fait naturellement dans le respect des règles de fonctionnement normales et en
particulier dans le respect du droit local.

Un avocat égyptien, spécialiste du droit du travail, a
accompagné les démarches et les demandes qui ont été effectuées par les
employés du Centre culturel français du Caire et, bien sûr, ces employés
auront
droit au versement d'indemnités réglementaires prévues par leur contrat.
Notamment, il y aura le paiement de trois mois de salaire au titre du préavis
contractuellement fixé. Je note d'ailleurs qu'ils ont été dispensés de
l'exécution de ce préavis.

A cette indemnité, s'ajoutera ce que l'on appelle une indemnité
de "fin de fonction" qui était également prévue dans leur contrat.

Il y a donc une mesure qui a conduit le Centre culturel à se
séparer d'une partie de ses employés. Mais ce n'est pas une réduction de notre
dispositif culturel et de coopération en Egypte, c'est une configuration
nouvelle qui fait place notamment à une augmentation de moyens dans le domaine
de la coopération universitaire.

A titre d'exemple dans un autre secteur de cette augmentation de
nos moyens, je signale que l'AFD, qui, jusque-là n'intervenait pas en Egypte,
va financer un projet de 500 000 euros sous forme de don.


7 - CPI

(Le procureur de la CPI est aujourd'hui en France pour plusieurs
rencontres. Sachant qu'il y a plusieurs mandats d'arrêt qui concernent
plusieurs pays africains, la France compte-t-elle s'engager à apporter tout
son soutien ? Quel est le message de la France pour le procureur ?)


Effectivement, M. Ocampo était reçu par Mme Rama Yade et par le
directeur de Cabinet ce matin. Nous vous rendrons compte de l'entretien avec
Mme Rama Yade lorsqu'il sera achevé. Sur le message, nous rappellerons notre
soutien à la Cour pénale internationale et notre attachement à son mandat de
lutte contre l'impunité. C'est en effet un principe fondamental à nos yeux.

Par ailleurs, nous évoquerons notre coopération avec la CPI et
avec son procureur pour leur permettre de remplir efficacement et dans de
bonnes conditions leur mandat.



8 - CAMEROUN

(La situation au Cameroun est-elle une source d'inquiétude pour

vous aujourd'hui ?)


Je vous répondrai en signalant, mais vous l'avez sans doute vu,
qu'hier, l'Union européenne a publié une déclaration sur la situation au
Cameroun et que donc, avec nos partenaires et comme eux, la France, par cette
déclaration, a marqué sa préoccupation devant les violences qui s'étaient
déroulées dans ce pays à la fin du mois de février et par les tentatives
d'instrumentalisation ethnique de ces violences.

Dans cette déclaration, nous rappelons l'importance qu'un large
débat entoure la procédure de révision constitutionnelle, que ce large débat
permette à l'ensemble des composantes de la société camerounaise d'y
participer. Et parmi les sujets faisant débat, figure notamment la question de
la suppression de la limitation du nombre de mandats présidentiels.

Cette déclaration rappelle aussi notre attachement, celui de la
France comme de ses partenaires de l'Union européenne, à la liberté de la
presse et à la garantie des libertés publiques au Cameroun. Voilà pour ce
point
de situation.



PROGRAMMES DU MINISTRE ET DES SECRETAIRES D'ETAT DIFFUSE LORS
DU POINT DE PRESSE:



Bernard KOUCHNER



Lundi 31 mars 2008

16h00 Entretien avec M. Michel
Vauzelle, président du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur

18h00 Débat sur le thème de la
démocratie et des droits de l'Homme à l'invitation de M. Zaki Laïdi (Centre d'études européennes de l'Institut d'études politiques de Paris)


Mardi 1er avril 2008

10h00 Audition devant la
commission des Affaires étrangères du Sénat sur la politique étrangère de la
France (Palais du Luxembourg)


12h00 Entretien avec M. Radoslaw
Sikorski, ministre des Affaires étrangères de la République de Pologne

13h00 Réunion du Triangle de
Weimar avec M. Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères de la
République fédérale d'Allemagne, et M. Radoslaw Sikorski, ministre des
Affaires étrangères de la République de Pologne, suivie d'un point de presse

15h00 Questions d'actualité au gouvernement (Assemblée nationale)


Mercredi 2 avril 2008

09h30 Conseil des ministres

14h30 Sommet de l'OTAN avec le

Président de la République (Bucarest)


Jeudi 3 avril 2008

Sommet de l'OTAN avec le

Président de la République (Bucarest)


Vendredi 4 avril
2008

08h00 Sommet de l'OTAN avec le

Président de la République (Bucarest)




Jean-Pierre JOUYET



Lundi 31 mars 2008

Déplacement en République de
Lettonie

Mardi 1er avril 2008

15h00 Questions d'actualité au
gouvernement (Assemblée nationale)


16h15 Entretien avec M. Sven
Alkalaj, ministre des Affaires étrangères de Bosnie-Herzégovine

18h00 Entretien avec M. François
Guillaume, ancien ministre de l'Agriculture

19h15 Entretien avec M. Paul
Albert Iweins, président du Conseil national des Barreaux, M. Christian
Charrière Bournazel, Bâtonnier du barreau de Paris, et M. Pascal Eydoux,
président de la Conférence des bâtonniers

Mercredi 2 avril 2008

09h30 Conseil des ministres

15h00 Questions d'actualité au
gouvernement (Assemblée nationale)


17h30 Entretien avec M. Hubert
Haenel, sénateur du Haut-Rhin et président de la délégation pour l'Union
européenne du Sénat

Jeudi 3 avril 2008

Déplacement à Bruxelles

10h30 Entretien avec M. Siim
Kallas, vice-président de la Commission européenne et commissaire européen
chargé des affaires administratives, de l'audit et de la lutte antifraude

12h00 Entretien avec M. Jacques
Barrot, vice-président de la Commission européenne et commissaire européen
chargé des Transports

15h15 Entretien avec M. Jacek
Saryusz Wolski, président de la commission des Affaires étrangères du
Parlement européen

16h15 Entretien avec Mme
Catherine Trautmann, députée européenne et rapporteure du projet de directive
cadre sur les communications électroniques (Parlement européen)


19h30 Dîner donné à l'occasion
de la conférence des présidents d'université

Vendredi 4 avril
2008

12h15 Entretien avec M. Sauli
Niinist,, Président du Parlement de la République de Finlande

15h00 Entretien avec Mme Benita
Ferrero-Waldner, commissaire européenne chargée des Relations extérieures et
de
la Politique européenne de voisinage

16h15 Rencontres de la Sorbonne,

Cité de la réussite (Université de la Sorbonne)


Alain JOYANDET



Mardi 1er avril 2008

10h00 Entretien avec M.
Christian de Boissieu, président délégué du Conseil d'analyse économique, et
M. Michel Camdessus, ancien directeur du FMI

15h00 Questions d'actualité au
gouvernement (Assemblée nationale)


Mercredi 2 avril 2008

12h00 Entretien avec M. Victor Manuel Barbosa Borges, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et
des Communautés de la République du Cap-Vert

15h00 Questions d'actualité au
gouvernement (Assemblée nationale)


Jeudi 3 avril 2008

15h00 Questions d'actualité

(Sénat)


Du vendredi 4 au dimanche 6 avril 

Déplacement à Tokyo pour la
réunion des ministres du Développement du G8



Rama YADE



Lundi 31 mars 2008

11h00 Entretien avec Mme Nicole
Ameline, députée du Calvados sur le thème des femmes dans le monde

16h00 Entretien avec Mme Gisèle
Halimi, présidente fondatrice de l'association ''Choisir la cause des femmes''

17h30 Entretien avec Mgr Marc
Stenger, évêque de Troyes, et M. Claude Baty, président de la Fédération
protestante de France

Jeudi 3 avril 2008

10h30 Entretien avec M. Pierre
Sané, sous-directeur général de l'Unesco pour les sciences sociales et
humaines, et M. Michel Forst, secrétaire général de la Commission nationale
consultative des droits de l'Homme

Vendredi
avril

10h00 Entretien avec des
représentants de la Fédération internationale des droits de l'Homme

(J'ai une question de vocabulaire vous avez parlé du ministre
"bosnien" des Affaires étrangères ?)


Je pense qu'il s'agit du terme consacré lorsqu'il s'agit d'un
membre du gouvernement de la république de Bosnie-Herzégovine. Il s'agit du
gouvernement bosnien qui représente les différentes communautés de
Bosnie-Herzégovine.

(Y aura-t-il un point de presse uniquement à l'issue de la
réunion du Triangle de Weimar ou un autre est-il prévu après l'entretien
bilatéral ?)


Un point de presse est prévu à l'issue du déjeuner entre les
trois ministres. On vous rendra compte séparément de la rencontre bilatérale.


(Que pouvez-vous nous dire sur le contenu des entretiens ?)


On vous présentera lundi, de manière formelle, le contenu des
entretiens puisque la rencontre a lieu mardi. S'agissant du Triangle de
Weimar, les sujets essentiels sont les perspectives de renforcement du dialogue à
trois et de notre coopération à trois dans le cadre du Triangle de Weimar, nos
relations avec la Russie ainsi que les relations entre l'Union européenne et
la Russie, la politique de voisinage. J'ajouterai aussi les questions liées à
l'énergie et au climat. Le tout à quelques mois de la présidence française du
conseil de l'Union européenne.

(Concernant le Sommet de l'Otan, allez vous présenter la réunion

aujourd'hui ?)


S'agissant d'un sommet et la délégation étant conduite par le
président de la République, la présentation est du ressort de la présidence de
la République./.
- - - - - - - - - - - -
Pour consulter les points de presse précédents :
http://www.diplomatie.gouv.fr/actu/pointpresse.asp
Lire la suite

Suisse : L'aide humanitaire de la Confédération est prête à relever les défis de demain.

28 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #Ministères.

L’Aide humanitaire de la Confédération est prête à relever les défis de demain
Berne, 28.03.2008 - Journée DDC : " Aide humanitaire : hier – aujourd’hui – demain "

Lors de cette journée annuelle, les responsables de la DDC ont tourné leur regard aussi bien vers le passé que vers l’avenir de l’Aide humanitaire de la Confédération.

Direction du développement et de la coopération
Lire la suite

Lettre d'actu Syfia Grands Lacs du 28 mars 2008.

28 Mars 2008 , Rédigé par APPA Publié dans #Parution-Médias.

A lire dès aujourd'hui en intégralité sur notre site 

http://www.syfia-grands-lacs.info/

 

Vous pouvez désormais lire directement sur notre site les articles qui vous intéressent en cliquant ci-dessous sur "lire l'article".

 

Vendredi 28 mars 2008

 

 

 

 

 

La lutte contre l’idéologie génocidaire paralyse les enseignants
(Syfia Grands Lacs/Rwanda) Paralysés par la crainte d'être accusés de véhiculer l'idéologie génocidaire, privés de manuels retirés du circuit dans certaines matières, les enseignants rwandais sont inquiets. Certains ont déjà rendu leur tablier.   

>lire l'article    

 

Beni : payés par les privés, les policiers sont efficaces
(Syfia Grands Lacs/Rd Congo) Depuis qu'ils sont payés par les commerçants pour garder leurs biens, les policiers de Beni au nord est de la RD Congo font preuve d'efficacité. Pourtant leur fonction est, légalement, d'assurer la sécurité de tous et non de remplacer les sentinelles des privés.   

>lire l'article    

 

La double vie des récipients en plastique
(Syfia Grands Lacs/Rwanda) Les récipients en plastique ont une très longue vie au Rwanda : ils sont réutilisés pour le transport et le stockage des liquides et au besoin réparés. Un recyclage qui assainit les villes et fait vivre les ramasseurs…   

>lire l'article    

 

Le tabac en poudre, une drogue à haut risque
(Syfia Grands Lacs/RD Congo) Le "tumbako", le tabac en poudre, est largement consommé en RD Congo, entre autres pour ses vertus curatives. Mais c'est aussi une drogue nocive qui peut être la cause de nombreux cancers. Un message difficile à faire passer.   

>lire l'article    

 

Le porc a la cote
(Syfia Grands Lacs/Rwanda) Appétissant et économique pour les consommateurs, rentable pour les éleveurs individuels ou collectifs, le porc a la cote au Rwanda.   

>lire l'article   

   

 

Syfia International - 20, rue du Carré du Roi - 34000 Montpellier – France

contact@syfia.info - Tél : 33 (0) 4 67 52 79 34

Articles réalisés avec l'aide financière de la Coopération suisse (DDC), du ministère belge des Affaires étrangères et de l'Union européenne

 

Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

 

 

 
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>