Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

Télésud : Lettre ouverte Louis Keumayou à Jean-Luc Beis.

30 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Parution-Médias.

Monsieur Beis,

 

Quand j’ai été recruté à Télésud il y a près de trois ans pour mettre sur pied la direction de l’information et notamment lancer le  journal télévisé ainsi que les magazines d’information  qui sont actuellement à l’antenne, c’était pratiquement mission impossible. Pourtant, pierre après pierre, j’ai pu constituer ex-nihilo ce service qui a aujourd’hui toute sa place au sein de la chaîne.  Pour y arriver, j’ai pratiquement dû me transformer en couteau suisse et m’investir sans compter, au détriment d’une vie sociale et familiale normales.  Les résultats sont-ils satisfaisants ? Seules des études d’audience que nous n’avons jamais commandées sauraient le dire.  Pouvions-nous faire mieux ? Certainement. Si un soutien plus marqué de la gérance et des moyens plus importants nous avaient été accordés. Depuis quelques semaines, vous avez cassé cette dynamique en créant au sein de la rédaction deux clans : celui de vos protégés auxquels l’on doit tout passer, et celui des autres qui n’ont que des obligations vis-à-vis de vos protégés et de vous.  Et le pire c’est que vous trouvez tout cela normal.

 

Je suis assez gêné de parler de ma personne. En effet, il ne s’agit pas du maintien de ma modeste personne à un poste de responsabilité – car c’est bien connu : les cimetières sont remplis de personnes indispensables – mais il s’agit plutôt d’éviter à Télésud de connaître le destin funeste de la défunte compagnie aérienne Air Afrique. Après avoir traversé des périodes difficiles au cours desquelles les employés, malgré les salaires  de misère qui ne tombaient pas toujours, venaient travailler comme si de rien n’était, malgré la campagne de dénigrement de Télésud qui battait son plein sur le Net se serraient les coudes pour apporter à l’antenne une qualité professionnellement acceptable voire mieux, tout se passe comme si vous étiez pressé d’enterrer Télésud avant de prendre votre retraite.

 

Les Africains ne sont peut-être pas à l’image des Français qui n’entrebaîllent qu’à peine la porte d’entrée des médias aux Africains  lorsqu’ils vous confient la direction d’une chaine de télévision aussi symbolique que Télésud,  mais croyez-moi, ils ne vous laisseront pas détruire ce symbole. Depuis quelques semaines vous avez les coudées franches pour lancer la restructuration de la chaine en vue d’une reprise éventuelle.  Qui fait fantasmer tout le monde. Plutôt que de remotiver les troupes en leur expliquant clairement la situation dans laquelle nous nous trouvons et surtout en leur exposant vos projets pour en sortir par le haut, vous vous enfermez dans une attitude d’autocrate qui ne pense qu’à lui, au détriment de l’entreprise dont il est chargé d’assurer l’équilibre financier et la pérennité. Vous vous êtes octroyé une très confortable augmentation de salaire – plus de 2000 euros - tout en expliquant aux petites mains qui font l’antenne  que vous ne pouvez prendre aucune décision similaire les concernant.  Depuis le mois de janvier, le directeur de l’antenne et de la production a déserté son poste en emportant une partie du matériel de Télésud. Pas de sanction. Mieux : il continue de percevoir son salaire de là où il se trouve, c’est-à-dire près de 3000 euros par mois. Serait-ce dû au simple fait qu’il est Blanc ?

 

 Télésud est une chaine panafricaine et arc-en-ciel où les clivages de race n’ont pas de prise. Mais par votre comportement, vous  créez ce clivage et le discours qui va avec : les Blancs veulent faire de Télésud une Air Afrique bis. Or cette chaine de télévision est l’employeur de ces Blancs et de ces Noirs. La mettre en faillite c’est les envoyer tous au chômage, avec des chances inégales de retrouver un emploi dans le secteur audiovisuel en France.

 

Si l’on vous a confié la mission d’enterrer Télésud en première classe, sachez qu’il se trouvera des  gens sur votre chemin pour rendre cette mission impossible.

 

 

 

Louis Keumayou

Directeur de l’Information

Lire la suite

Le bal de l'Afrique enchantée du 1er mai 2010 au Cabaret Sauvage de Paris.

30 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #A ne pas rater.

 

Newsletter Cabaret Sauvage - Le Bal de l'Afrique Enchantée
 
Les tontons Vlad et Solo et la nièce Hortense, vous invitent à venir danser au son de leur orchestre maison, "Les mercenaires de l'ambiance" ! L'occasion de se familiariser avec les rythmes, mais aussi les histoires du continent africain.
 
Vlad et Solo, en maîtres de cérémonie bien coiffés et bien habillés, interviendront pour présenter ces morceaux emblématiques et nous dire ce qu'ils nous racontent de l'Afrique, d'hier ou d'aujourd'hui.
 
 
samedi 1er mai - 21h30 à l'aube
LE BAL DE L'AFRIQUE ENCHANTEE
rumba congolaise, afro-beat nigérian, rumba congolaise

LES MERCENAIRES DE L'AMBIANCE
Grand Orchestre - Highlife ghanéen, rumba congolaise, afro-beat nigérian
 
PARIS SOUL CREW, FELIX & BOUBOU dj set - musiques noires d’Afrique et d’Amérique

18 € sur place et en préventes (hors frais de locations) 
 
EN PARTENARIAT AVEC FRANCE INTER, MONDOMIX & GWINZEGAL

 
 
CABARET SAUVAGE
Parc de la Villette - 59 boulevard Mac Donald - Paris 19ème
tel : +331 42 09 01 09 - www.cabaretsauvage.com
 
Lire la suite

Le président de la BAD salue le Cap-Vert pour son nouveau statut de pays à revenu intermédiaire et sa réalisation des OMD en dépit de conditions initiales hostiles

30 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Tunis, le 30 avril 2010 – Avec peu de ressources naturelles, le Cap-Vert est devenu, contre toute attente pour l’Afrique, le premier cas de transition au statut de pays à revenu intermédiaire (PRI) induite par les réformes, contrairement à une transition tirée par les ressources naturelles. Pays pauvre en ressources caractérisé par un climat sahélien aride et peu de terres arables, le Cap-Vert a connu une hausse constante des niveaux de vie de sa population et est en passe d’atteindre la plupart des objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

La bonne gouvernance et des politiques économiques saines ont été la clé du passage du Cap-Vert de pays à faible revenu au statut de pays à revenu intermédiaire depuis 2008. Selon le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, « une riche dotation en ressources naturelles aide, bien sûr, mais nous avons ici la preuve que, quelque peu favorables que soient les conditions initiales, avec la bonne gouvernance, des institutions solides et un climat politique et social pacifique, le décollage est possible. » M. Kaberuka a fait cette déclaration lors d’une visite officielle dans le pays.

Le niveau de la pauvreté absolue dans le pays a chuté au cours des dernières années. En 2006, il était estimé à 26%. L’un des principaux moteurs de la croissance du pays a été le rapatriement de fonds par les migrants, évalué à 132 millions d’euros en 2009. Le Cap-Vert a réussi à maintenir des liens économiques et sociaux étroits avec sa diaspora, qui est estimée à plus d’un million de personnes. La vulnérabilité de la population a été considérablement réduite par suite des transferts de fonds stables et fiables envoyés par les travailleurs migrants du pays à leurs familles. Ces fonds ont grandement bénéficié aux femmes, aux enfants et aux personnes âgées, et ont certainement contribué à la transition du pays au statut de PRI. En combinant des politiques monétaires incitatives et des services administratifs appropriés, le Cap-Vert a été en mesure d’assurer, entre 1999 et 2008, 12,3% de son PIB sur les envois de fonds de sa diaspora.

Avec les transferts de fonds des migrants, d’autres facteurs ont joué un rôle clé dans  la croissance économique soutenue du Cap-Vert, comme l’industrie touristique, le  taux élevé d’investissement qui est monté à 48% du PIB en 2008, et une utilisation efficace de l’aide publique au développement (APD). Le Cap-Vert, Etat composé de dix îles, archipel où l’eau est rare, doit être une source d’inspiration pour les autres pays à faible revenu.

« Le Cap-Vert vit une étape particulière et cruciale de son histoire. Nous sommes en train de faire un saut vers la transformation économique du pays ... Nous espérons que la BAD va jouer un rôle de catalyseur dans le processus de mobilisation des ressources, et qu’elle continuera à nous aider dans le processus de transformation du pays », a déclaré José Maria Neves, Premier Ministre du Cap-Vert.

En tant que pays à revenu intermédiaire, le Cap-Vert a désormais un plus grand accès à tous les guichets de financement de la BAD, qui aidera le pays à poursuivre la mise en œuvre de sa stratégie de transformation de l’économie (ETS). Le plafond de financement soutenable que le pays est en droit d’attendre du guichet non concessionnel de la BAD pour la période 2010-2013 est actuellement estimé à 98 millions d’UC (environ 110 millions d’euros). Dans le même temps, le pays garde toute son éligibilité au solde actuel de 7 millions d’UC (environ 8 millions d’euros) sur son allocation de 12 millions d’UC (environ 13 millions d’euros) au titre du guichet concessionnel de la BAD, le Fonds africain de développement.

Le pays a encore quelques défis à relever. Au premier rang de ces défis, son insularité et sa configuration d’archipel, qui ont été la source de problèmes techniques et financiers au développement de l’énergie, de l’eau et de l’assainissement, ainsi que des transports. Sa situation géographique unique provoque une hausse des coûts de production. D’autres défis ont trait à la diminution des ressources en eau et à la salinisation progressive des eaux souterraines des zones côtières, imputable au changement climatique.

Malgré ces défis, « le Cap-Vert est actuellement en train de devenir une plaque tournante du transport maritime et aérien dans la région, en raison de ses avantages concurrentiels, à savoir : la stabilité politique, la stabilité et la consolidation macroéconomiques, la maturité institutionnelle, des ressources humaines qualifiées, un secteur des TIC ultramoderne, entre autres » a déclaré la ministre des Finances du pays, Cristina Duarte.

Le statut de pays à revenu intermédiaire entraîne de nouveaux défis et de nouvelles attentes. Le Cap-Vert devrait consolider ses réalisations et migrer avec succès d’une économie basée sur l’aide et les envois de fonds vers une économie à croissance auto-entretenue, ce qui devrait conduire à des transformations fondées sur les avantages concurrentiels du pays.

Lire la suite

La BAD contribue à l’élaboration du programme continental du Forum économique mondial pour l’Afrique

30 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.


Tunis, le 30 avril 2010
– La Banque africaine de développement (BAD) se joindra aux dirigeants africains et du monde pour définir un programme de développement et de croissance pour le continent, au cours du 20e Forum économique mondial (FEM) pour l'Afrique, prévu du 4 au 7 mai 2010 à Dar es-Salaam, en Tanzanie.

Conformément à un accord de partenariat signé avec le FEM en mars 2010, le président de la BAD, Donald Kaberuka, conduira une délégation de la haute direction de l’institution au Forum, qui aura pour thème « Repenser la stratégie de croissance de l'Afrique ».

La participation du Groupe de la Banque se concentrera sur deux domaines clés : la production, la gestion et la diffusion du savoir et le secteur privé comme moteur stratégique de la croissance économique en Afrique.

Compte tenu de la récente crise économique mondiale et de la réévaluation actuellement en cours de la coopération mondiale, de l'architecture financière, des politiques commerciales et du changement climatique, le Forum tirera la sonnette d’alarme pour accélérer la mise en œuvre des réformes. Les participants examineront la façon dont les dirigeants envisagent de relever les défis posés par la crise, la manière dont celle-ci peut être utilisée comme une opportunité pour repenser une feuille de route viable pour l'avenir de l'Afrique dans la nouvelle économie mondiale.

La réunion s'inscrit dans la tradition de réunir les dirigeants africains et du monde pour élaborer un projet d’avenir économique et social pour le continent. À cet égard, l’Initiative Global Redesign (Global Redesign Initiative, GRI) jouera un rôle de premier plan dans les discussions. En outre, le Sommet des jeunes dirigeants mondiaux du Forum se tiendra simultanément à Dar es-Salaam, et intégrera à la réunion plus de 200 des plus grands jeunes leaders du monde.

Les participants étudieront également comment les nations africaines gèrent leurs relations avec les principaux partenaires économiques, en mettant un accent de plus en plus important sur la coopération sud-sud. Alors que l'Afrique rejoint l'Inde et la Chine pour franchir le cap du milliard d’habitants, la jeunesse de sa population, ses ressources naturelles et les potentialités de son marché sont des vecteurs forts pour construire la  croissance et le développement .

En outre, les participants examineront les blocages qui empêchent d'exploiter ce potentiel pour assurer le progrès économique et social du continent. Les questions clés comprennent l'accès à l'éducation, aux soins de santé et aux  capitaux à prix abordable.  De nouveaux modèles de gouvernance et une approche unifiée pour assurer la paix et la sécurité dans les zones de troubles seront également au menu des discussions. Les délibérations permettront d'assurer un climat plus propice aux affaires et des réformes réglementaires pour encourager les investissements domestiques et internationaux. Par ailleurs, les participants analyseront comment des plans de développement durable, à faible consommation de carbone, peuvent être élaborés pour les moteurs de l’économie africaine, notamment ses ressources naturelles, son agriculture et son tourisme.

Le partenariat stratégique BAD-FEM confère à la Banque le statut de partenaire régional pour l'Afrique et sert de plateforme unique pour élaborer le programme mondial sur l'Afrique, et échanger points de vue, informations, savoir et expertise sur un large éventail de questions de développement.

En tant que première institution de financement du développement de l’Afrique, la BAD partagera ses perspectives sur sa réponse énergique à la crise financière, qui a mis en œuvre des engagements de ressources accélérés, de nouveaux instruments pour faciliter le commerce, et des restructurations de portefeuille.

Le Comité consultatif des gouverneurs (CCG) de la Banque, qui a recommandé, le 23 avril à Washington D.C., une augmentation générale de capital de 200% pour l'institution, a cité l'efficacité et l’opportunité de ces interventions comme l’une de ses éminentes qualités.

Le Comité a également salué l'accent unique mis par la Banque sur les domaines stratégiques tels que les infrastructures, le secteur privé, l'intégration régionale, la gouvernance et la gestion du savoir dans ses interventions dans les pays membres régionaux.

La délégation de la BAD au Forum comprendra le vice-président et Chief Operating Officer, Nkosana Moyo, et le vice-président en charge des politiques, Aloysius Ordu.

Lire la suite

France : Inauguration du nouveau parcours muséographique au Mont-Valérien

30 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Ministères.

 

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

 

DÉLÉGATION Á L’INFORMATION ET Á LA COMMUNICATION DE LA DÉFENSE

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

 

 

 

Paris, le vendredi 30 avril 2010

 

Secrétariat général pour l’administration

 

Inauguration du nouveau parcours muséographique au Mont-Valérien

 

 

Le 5 mai à 16h30, Hervé Morin, ministre de la Défense, inaugurera en présence d’Hubert Falco, secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants, les nouveaux aménagements muséographiques au Mont-Valérien (Suresnes), Haut lieu de la mémoire nationale.

 

Ils visiteront la nouvelle exposition permanente Résistance et Répression 1940-1944 et participeront à une cérémonie dans la clairière des fusillés avec les familles de fusillés et les grandes associations du monde combattant. Après s’être recueillis dans la crypte, ils signeront le livre d’or du Mémorial de la France combattante. 

 

Ils se rendront ensuite au centre d’information du Mont-Valérien où ils pourront découvrir les nouveaux outils multimédia mis à disposition des visiteurs : tables interactives avec banque de données sur les fusillés de la région parisienne et les Compagnons de la Libération, ainsi que des écrans vidéo permettant de découvrir de nombreux extraits d’archives, dont certains inédits. Ils rencontreront également Julien Joly, architecte scénographe du projet. L’ouvrage de référence 
Le Mont-Valérien, Résistance, Répression et Mémoire, publié à l’occasion de l’inauguration, leur sera présenté.

 

Le Mont-Valérien est le principal lieu d'exécution en France au cours de la Seconde Guerre mondiale. De 1941 à 1944, plus de mille résistants et otages, victimes de l’occupation allemande y ont été fusillés. Après guerre, le général de Gaulle décide d’y implanter le Mémorial de la France combattante, afin d’honorer et de symboliser la diversité de la France restée au combat.

 

Depuis 2006, le Mont-Valérien fait l’objet d’un projet de mise en valeur de la part de la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) du ministère de la Défense, destiné à créer les aménagements donnant au grand public les clefs de lecture nécessaires à la compréhension d’un lieu de mémoire complexe et méconnu.

 

Les journalistes qui souhaitent suivre cette visite doivent s’accréditer auprès du contact 
ci-dessous :

 

 

 

DICoD 

Centre Presse : 

presse@dicod.defense.gouv.fr

Lire la suite

La Guinée : quel avenir après le massacre du 28 septembre 2009 ?

30 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #ONG-Associations.

La Guinée : quel avenir après le massacre du 28 septembre ?

Conférence-débat à la Mairie de Paris le 11 mai 2010 
 

Le 28 septembre 2009, Conakry, capitale de la Guinée, était le théâtre d’une répression sanglante, faisant plus d'une centaine de morts et des milliers de victimes. En cette veille d’élection présidentielle prévue le 27 Juin 2010, alors que tous les regards se tournent vers la Guinée, les questions se multiplient quant à l’avenir de ce pays. Pour soutenir les Guinéens dans cette période de transition et les accompagner vers la démocratie, plusieurs organisations françaises et guinéennes organisent une table-ronde à la Mairie de Paris.  
 

Mohammed Bedjaoui, membre de la Commission d’enquête internationale de l’ONU sur la Guinée, et le Magistrat Sénégalais Amady Ba, chef de la section de la coopération du bureau du procureur de la CPI, ainsi que de nombreux représentants d’organisations actives en Guinée, participeront le 11 mai 2010 à une conférence-débat organisée en partenariat avec la Mairie de Paris.  
 

Cette table-ronde, initiée par les organisations françaises et guinéennes Aide et Action, la CFDT, le CFSI, la CGT, Etudiants et développement, La Ligue des Droits de l’Homme et les Forces Vives guinéennes section France, reviendra notamment sur les évènements tragiques du 28 septembre 2009. Sept mois après, quels défis majeurs se posent à la Guinée ? Quelle justice pour les responsables de cette tuerie ? Comment s’assurer que le processus de transition aboutisse effectivement à des élections libres et transparentes ?  
 

La conférence se déroulera le mardi 11 mai de 18h à 20h dans la salle de l’auditorium de l’Hôtel de Ville. Elle permettra à ceux qui le souhaitent d’échanger sur la situation de la Guinée et de mieux comprendre les enjeux qui attendent cette nation dans les prochaines semaines.  Elle est ouverte à tous, dans la limite des places disponibles, sur inscription et communication de votre nom, prénom, et, le cas échéant, organisation, à l’adresse suivante :simon.quet@aide-et-action.org  
 

Rappel des évènements :

Plusieurs milliers de personnes ont été victimes de la répression d’une manifestation de protestation dans le stade de Conakry le 28 septembre 2009. Depuis, l’instabilité politique dans le pays n’a cessé de croître. Après une tentative d’assassinat, le Capitaine Moussa Dadis, qui avait pris le pouvoir en 2008, a été forcé de renoncer à ses fonctions. Un gouvernement de transition a alors fixé les élections présidentielles au 27 Juin prochain. Parallèlement, la situation économique du pays s’est encore dégradée. Naturellement riche, la Guinée est pourtant régulièrement classée comme l’un des pays les plus pauvres. Au cours des derniers mois, l’inflation n’a cessé d’augmenter réduisant d’autant le pouvoir d’achat déjà très limité de la population. Dans ce contexte difficile, les prochaines élections seront un tournant majeur pour le pays.

 

Programme de la conférence 
 

      18h00 – Introduction de M. Schapira et M. Jean Louis Viélajus. 

     18h10 – Diffusion d’un extrait du reportage « Autopsie d’un massacre » 

     18h20 - Les faits : comment en est-on arrivé  là ? 

- Mohammed Bedjaoui, de la Commission d’enquête internationale.

- Amady Ba, de la Cour Pénale Internationale. 

     18h40 - Où en sommes-nous aujourd’hui ? 

- Odile Goerg, professeur d’histoire de l’Afrique contemporaine à l’université paris VII, et Céline Pauthier 

Perspectives et enjeux 

     18h55 - Enjeux présents et futurs : 
 
 

     19h10 Quelles actions de solidarité  internationale ? 

-  Marie Christine Vergiat, député européenne. 

     19h25 Débat/Questions 

Venez assister à cette conférence et ainsi soutenir le peuple guinéen en cette veille d’élection présidentielle.

Pour vous inscrire, envoyez votre nom, prénom, et, le cas échéant, organisation, à l’adresse suivante : simon.quet@aide-et-action.org (nombre de places limité) 
Lire la suite

LA CNUCED FORME DES HAUTS FONCTIONNAIRES OUEST AFRICAINS AUX PROCÉDURES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL

30 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

 UNCTAD

 

NOTE D'INFORMATION

 

UNCTAD/PRESS/IN/2010/013*
Original : Anglais

 

 

LA CNUCED FORME DES HAUTS FONCTIONNAIRES OUEST AFRICAINS AUX PROCÉDURES DE FINANCEMENT

DU COMMERCE INTERNATIONAL

 

Genève, 30 avril 2010 - Dans un contexte de concurrence commerciale accrue, les exportateurs doivent maîtriser les différents outils de financement pour s’adapter à leurs clients et aux règles en vigueur dans le pays. C’est dans ce cadre que s’inscrit l'activité d’assistance technique et de formation de la CNUCED consacrée aux procédures de financement du commerce international qui s’achève aujourd’hui à Ouagadougou. 

 

Des hauts fonctionnaires de la Mauritanie et des pays francophones et lusophones de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ont participé à ce programme de cinq jours organisé en collaboration avec la CEDEAO et avec le soutien financier du Gouvernement français.

 

Des représentants de dix pays ouest-africains ont bénéficié de cette formation : le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Côte d'Ivoire, la Guinée, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

 

Ce cours du Programme de formation TrainForTrade de la CNUCED aborde l’ensemble des problématiques liées aux "procédures de financement du commerce international". Il aidera les pays en développement de la CEDEAO à renforcer leurs capacités dans les modalités de financement des exportations et ainsi à améliorer leur participation dans les échanges internationaux.

 

Lancé en 1998, le programme TrainForTrade contribue à l'amélioration des ressources humaines et de l'appui institutionnel national et régional dans les domaines du commerce et des investissements, facteurs clefs de la croissance pour les pays en développement, et plus particulièrement les pays les moins avancés (PMA). TrainForTrade collabore avec les services de recherche et d'analyse de la CNUCED afin de concevoir, adapter et mettre à jour du matériel pédagogique. Les compétences pédagogiques de l'équipe TrainForTrade associées aux expertises de la CNUCED sont les fondements de la conception du matériel pédagogique et de la diffusion de cours.

Lire la suite

Quand l’Afrique s’éveillera... » à la Goutte d’Or

28 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #ONG-Associations.

Communique de presse                            

 

« Quand l’Afrique s’éveillera... » à la Goutte d’Or

 

Exposition conçue et réalisée par la Cité des Sciences et de l’Industrie,

un lieu universcience

du 3 au 23 mai 2010

 

21, rue Cavé Paris 18ème

Pour télécharger le dossier de presse, cliquez ici

 

 

Paris, mercredi  28 avril 2010 - Vous connaissez tous l’Afrique de la misère, l’Afrique des épidémies, l’Afrique de la sécheresse et des famines. Dans le cadre des 2èmes Rencontres de la Goutte d’Or - Barbès l’Africaine, la Coordination pour l’Afrique de Demain (CADE), en partenariat avec l’Echomusée, souhaite vous faire découvrir un autre visage de ce continent et de sa population à travers l’exposition de la Cité des sciences et de l’industrie , un lieu universcience, intitulée « Quand l’Afrique s’éveillera … », ouverte du 3 au 23 mai 2010, au cœur de Paris, dans le quartier de la Goutte d’Or.

 

Que savons-nous vraiment de ce continent qui couvre 20 % de la superficie des terres de la planète avec ses 30 millions de km2 ? Que nous montre-t-on de cette Afrique qui abrite 1 milliard d’habitants, soit 16 % de la population mondiale ? Des images de guerres, de famines, de misère, un trop-plein de souffrance qu’un « afro-pessimisme » ambiant ne cesse de nous projeter, depuis des décennies, comme un mauvais film qui, certes, décrit certains aspects d’une réalité africaine, mais ne constitue nullement LA réalité de ce continent. Car au-delà de ces images de populations en souffrance, il existe une Afrique qui vit au quotidien, une Afrique qui apprend, une Afrique qui tente d’imaginer ce que pourrait être demain, une Afrique qui conçoit et met en chantier des projets, une Afrique qui innove, malgré les difficultés qu’elle connaît et l’insuffisance des moyens dont elle dispose.

 

Il est donc temps pour l’Afrique de « tomber le masque » que, tous, nous lui avons imposé depuis si longtemps et de montrer enfin son vrai visage, ridé par les épreuves du passé, certes, mais riche d’une expérience unique essentielle pour l’avenir. Ce visage, l’exposition « Quand l’Afrique s’éveillera … » vous le fait découvrir, sans fards, à travers des textes, des images et des films. Ainsi « Le Ventre de Douala » vous emmène parmi des paysans africains qui innovent pour assurer la sécurité alimentaire des grandes villes.  « La Calebasse et le Pluviomètre » vous montre le rôle essentiel de la prévision météorologique et climatique en Afrique. Avec « TIC au Sénégal » se profilent les nouveaux usages sociaux qu’entraînent l’explosion de la téléphonie mobile et l’irruption d’Internet sur ce continent.

 

Pas question pour autant d’affirmer que la science et la technologie vont résoudre tous les problèmes que connaît l’Afrique. Mais il serait tout aussi absurde de nier l’importance de la recherche et de l’innovation dans son développement économique et social. Alors venez visiter cette exposition, avec ou sans a priori, et participez aux débats et aux rencontres, organisés en parallèle. L’Afrique vous montre aujourd’hui un nouveau visage, son vrai visage. Découvrez-le, en plein cœur de Paris, dans ce quartier chargé d’histoire de la Goutte d’Or, vous ne serez pas déçu !

 

 

  

 

 

Lire la suite

Annual Report of the Tokyo International Conference on African Development Reveals Renewed Progress amid Daunting Challenges

28 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

 

                                                                                                                                                                                               TICADLogoMedium                                                                                     

M E D I A   A D V I S O R Y

 

Annual Report of the Tokyo International Conference on African Development Reveals Renewed Progress amid Daunting Challenges

 

African ministers and delegates from Japan and African countries, along with representatives of other partner countries, international and regional organizations, the private sector and civil society organizations will convene from 2 to 3 May in Arusha, Tanzania, to review progress made in the implementation of the Yokohama Action Plan.

Hosted by the Government of the United Republic of Tanzania, the meeting is co-organized by the Government of Japan, the United Nations Office of the Special Adviser on Africa, the United Nations Development Programme and the World Bank.

 

They will issue a Communiqué that is expected to be presented at forthcoming international fora, including the UN MDG Summit (High-level Plenary Meeting of the sixty-fifth session of the UN General Assembly) in September in New York.

 

The themes of the meeting are: Progress status of implementation of the Yokohama Action Plan and future challenges; Africa’s efforts to recover from the impact of the global financial and economic crisis; Achieving the Millennium Development Goals; and Addressing Climate Change issues.

 

What:             Second TICAD Ministerial Follow-Up Meeting

When:             2 to 3 May 2010

Venue:            Arusha International Conference Center (AICC), Arusha, Tanzania

Key speakers:      

·         Jakaya Mrisho Kikwete, President of the United Republic of Tanzania

·         Katsuya Okada, Minister of Foreign Affairs, Japan

·         African ministers and delegates from Japan and African countries

·         Representatives of other partner countries, international and regional organizations, the private sector and civil society organizations

 

A joint press conference is scheduled for 3 May from 1:00 to 1:30 p.m. (local time) in the Manyara Room, 3rd floor, Ngorongoro Block of AICC.

 

For further information, please contact: Nicholas N. Gouede, TICAD/UNDP Africa Bureau, New York, email: nicholas.gouede@undp.org; telephone: +1 (212) 906-5954; Mobile in Tanzania: +255-656-892-421; or Ms. Chizuru Kaneko, Culture and Public Relations, Embassy of Japan, United Republic of Tanzania; telephone:+255-784-555-514.

 

Lire la suite

Le Rapport annuel de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique montre des progrès continus face à des défis énormes

28 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

                                                                                                                                                                               TICADLogoMedium                                                                                                                             

AVIS AUX MEDIAS

 

Le Rapport annuel de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique montre des progrès continus face à des défis énormes

 

Les ministres et délégués de pays africains et du Japon, représentants de pays partenaires, d’institutions régionales et internationales, du secteur privé et de la société civile, se réuniront du 2 au 3 mai à Arusha en Tanzanie pour examiner le progrès accompli dans la mise en œuvre du Plan d’Action de Yokohama. La réunion, qui durera deux jours, bénéficie de l'appui conjoint des co-organisateurs de la TICAD que sont le Gouvernement du Japon, le Bureau du Conseiller spécial pour l'Afrique de l'ONU, le Programme des Nations Unies pour le développement et la Banque mondiale, ainsi que le pays hôte, la République-unie de Tanzanie.

 

Les délégués africains et leurs partenaires de développment publieront un communiqué qui devrait être présenté lors de prochaines rencontres internationales, y compris le Sommet de l’ONU sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (réunion plénière de haut-niveau de la 65ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies) en septembre à New York.

 

Les conférenciers examineront les thèmes suivants : Progrès enregistré dans l’exécution du Plan d’Action de Yokohama et défis futurs ; Les efforts déployés par l’Afrique pour se remettre de l’impact de la crise financière et économique ; Atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement ; et Traiter des questions du changement climatique.

 

Sujet :             Deuxième réunion ministérielle de suivi de la TICAD

Quand :          2 au 3 mai 2010          

Lieu :              Centre de conférences internationales d’Arusha

Principaux intervenants :

·         Jakaya Mrisho Kikwete, Président de la République-unie de Tanzanie

·         Katsuya Okada, Ministre des Affaires étrangères, Japon

·         Ministres et délégués de pays africains et du Japon

·         Représentants de pays partenaires, d’institutions régionales et internationales, du secteur privé et de la société civile

 

Une conférence de presse conjointe est prévue pour le 3 mai de 13 heures à 13 heures 30 (Heure locale) dans la salle Manyara au 3ème étage du Bloc Ngorongoro du Centre de conférences.

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Nicholas N. Gouede, Bureau Afrique TICAD/PNUD, New York, e-mail : nicholas.gouede@undp.org ; téléphone : +1 (212) 906-5954; mobile à Arusha : + 255 656 892 421 ; ou Mlle Chizuru Kaneko, Chargée des relations publiques et culturelles, Ambassade du Japon, République unie de Tanzanie ; téléphone : +255 784 555 514.

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>