Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

UNCTAD : Least Developed Countries Report 2010.

25 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

French version will follow soon

 

UNCTAD

 MEDIA ALERT

 

Least Developed Countries Report 2010

 

Towards a new international development architecture for LDCs

 

EMBARGO UNTIL 5 p.m. GMT 25 NOVEMBER 2010

 

Geneva, 18 November 2010 - This year's report says that whatever their position in the boom-bust cycles that have historically affected their economies, the world's poorest 49 countries won't escape low living standards if they don't improve what is called "productive capacity."  In fact, even during the 2002-2007 boom, when their economies grew an average rate of 7% annually, they didn't diversify their productive outputs or substantially reduce poverty.

 

French version will follow soon

 

Productive capacity is the ability to efficiently and competitively produce an increasing range of higher value-added goods and services through expanding investment and innovation.  The report says the governments of least developed countries (LDCs) must organize themselves to support such a transition and should be backed in their efforts by a New International Development Architecture (NIDA) for LDCs.  The NIDA, among other things, would address productive capacity problems; make helpful technology more easily available to LDCs; take steps to stabilize global commodity prices; and vastly increase financing for climate-change adaptation.

 

The Least Developed Countries Report 2010 will help to inform debate at the Fourth United Nations Conference on Least Developed Countries scheduled for May 2011 in Istanbul ( Turkey ).  That conference will result in an international plan of action intended to address the needs of LDCs over the next decade.

 

The titles of the press releases included in this year's press kit are as follows:

 

  • Although poorest countries coped with recession, they remain stuck in boom-and-bust cycle, report says (UNCTAD/PRESS/PR/2010/046)
  • Report calls for "New International Development Architecture" to support world's poorest countries  (UNCTAD/PRESS/PR/2010/047); and
  • Study urges scaled-up, improved financing for climate-change adaptation in least developed countries  (UNCTAD/PRESS/PR/2010/048)

 

The Least Developed Countries Report 2010 is available upon request.

 

A complete list of press conferences may be consulted on the UNCTAD website: http://www.unctad.org/Templates/Page.asp?intItemID=2661&lang=1

 

For further information or to request or schedule interviews with UNCTAD experts, please do not hesitate to contact the UNCTAD Press Office  (unctadpress@unctad.org ) Catherine Sibut-Pinote or Alan Sternberg.


Lire la suite

UNCTAD TAKES ON ADDED RESPONSIBILITIES IN WAKE OF SEOUL G20 SUMMIT

25 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

UNCTAD

INFORMATION NOTE

 

UNCTAD/PRESS/IN/2010/047*

Original: English

 

UNCTAD TAKES ON ADDED RESPONSIBILITIES IN WAKE

OF SEOUL G20 SUMMIT

 

Multi-year Action Plan on Development assigns work related

to job creation, boosting small businesses, stabilizing food prices, increasing investment in agriculture

 

Geneva, 25 November 2010 -- UNCTAD, working with a variety of other international organizations, has been requested to play an expanded role in the Multi-Year Action Plan on Development agreed to by the G20 nations at their 11-12 November meeting in Seoul (Annex II to the Leaders’ Declaration).

 

The action plan sets medium-term goals for the Seoul Development Consensus for Shared Growth, which was approved at the summit and sets out the G20's "commitment to work in partnership with other developing countries, and LDCs (least developed countries) in particular, to help them build the capacity to achieve and maximize their growth potential, thereby contributing to global rebalancing."

 

UNCTAD -- which already has been monitoring global investment trends and watching for potential protectionist measures at the G20's request -- has been invited to team with other agencies in tackling several issues identified in the action plan. 

 

Under the heading of “Private Investment and Job Creation”, the G20 action plan emphasizes that “domestic and foreign private investment are key sources of employment, wealth creation and innovation, which in turn contribute to sustainable development and poverty reduction in developing countries.”  Actions requested of UNCTAD – together with other organizations – are to develop quantifiable indicators for economic value-added and job creation arising from private sector investment in value chains; to develop policy recommendations in this regard; and to assist developing countries, in particular low-income countries (LICs), to develop action plans with the view to improving the business investment climate, maximizing the value-added of private investment and supporting the regulatory framework for foreign and domestic investment, as well as strengthening international investment arrangements between G20 countries and LICs.

 

Under the heading of "Food Security," in which the G20 countries aim to enhance global policy coherence and mitigate risks to sustainable agricultural productivity, UNCTAD, together with other appropriate international organizations, is requested to develop options for promoting responsible investment in agriculture; and to work with key stakeholders to develop options for G20 consideration on how to better mitigate and manage the risks associated with the price volatility of food and other agriculture commodities. G20 countries also encourage all countries and companies to uphold the principles of Responsible Agricultural Investment (which have been formulated by UNCTAD, the World Bank, FAO and IFAD).

 

UNCTAD and the OECD already have issued four joint reports on investment and investment-related policy measures taken by the governments of G20 countries.  The reports were requested by the G20 in the wake of the 2008 financial crisis as a way of monitoring if there were trends towards protectionism in the field of investment.

 

 

Lire la suite

Présidentielle ivoirienne 2010 : Démission du délégué de campagne Europe du Pr. Jacqueline LOHOUES-OBLE

25 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Opinions

PRESIDENTIELLE  COTE D’IVOIRE 2010

 

DECLARATION DE MR KACOU FRANCIS MEDARD

DELEGUE DE CAMPAGNE EUROPE DU CANDIDAT MME LE PR. Jacqueline LOHOUES-OBLE

 

Suite à la déclaration du Professeur Jacqueline LOHOUES-OBLE candidate indépendante à la Présidentielle du 07 Novembre 2010, de soutenir  la majorité Présidentielle pour l’élection du second tour du 28 Novembre 2010.

Après l’avoir joint au téléphone, pour connaître les motifs de ce soutien au Président GBAGBO,

Décide :

-         De ne pas suivre le mot d’ordre de Mme Jacqueline LOHOUES-OBLE

-         D’apporter son soutien au RHDP et à son candidat le DOCTEUR ALASSANE OUATTARA.

-         Décide de mobiliser les ivoiriennes et les ivoiriens pour l’élection du DOCTEUR ALASSANE OUATTARA au soir du 28 Novembre 2010.

 

 

                                                                    Fait à Paris le19 Novembre 2010

 

                                             DELEGUE GENERAL EUROPE DE CAMPAGNE

                                                        MR KACOU FRANCIS MEDARD

 

Lire la suite

La Huitième édition du Match Contre la Pauvreté se déroulera à Athènes

24 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Press%20Release%20French2

 

Les Amis de Zidane et Ronaldo affrontent l’Olympiacos FC lors d’un Match Amical pour Combattre la Pauvreté

 

La Huitième édition du Match Contre la Pauvreté se déroulera à Athènes, en Grèce le 15 décembre 2010

 

Genève / Le Pirée, 23 novembre 2010 : Les Ambassadeurs de Bonne Volonté du PNUD, Ronaldo et Zidane, ont annoncé aujourd’hui que le 8ème Match Contre la Pauvreté annuel aura lieu cette année au stade Karaiskakis du Pirée en Grèce. Le Match se disputera le mercredi 15 décembre, le coup d’envoi étant programmé à 21h15.

 

Comme les années précédentes, les Ambassadeurs de Bonne Volonté mobiliseront leur équipe à travers l’Europe pour jouer contre une équipe All Stars du club Olympiacos à l’occasion d’un match amical qui, ils l’espèrent, permettra de sensibiliser et de collecter des fonds au bénéfice de l’effort mondial à l’égard de la réduction de la pauvreté et de l’achèvement des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

 

« Avec ce 8ème Match Contre la Pauvreté, notre objectif est de venir en aide aux peuples et aux gouvernements du Pakistan et d’Haïti pour qu’ils recouvrent des catastrophes naturelles dévastatrices qui les ont si affreusement touchés en 2010, » a dit Helen Clark, Administratrice du PNUD. « Nous sommes reconnaissants envers l’Olympiacos Football Club et nos Ambassadeurs de Bonne Volonté, Zinédine Zidane et Ronaldo, de s’unir avec le PNUD pour sensibiliser et collecter des fonds au profit de ceux qui sont souvent trop vite oubliés. »

 

« Avec seulement cinq ans restants pour accomplir l’ensemble des huit buts, » a dit Zidane, « j’espère que cette 8ème édition annuelle du Match Contre la Pauvreté aidera à transmettre le caractère d’urgence selon lequel nous avons tous besoin de rejoindre l’équipe contre la pauvreté maintenant. »

 

Evangelos Marinakis, propriétaire de l’Olympiacos Football Club, a confié croire que le football a le pouvoir de réunir les gens à travers le monde, tout en brisant les stéréotypes et les frontières. « En faisant bon usage de cette magique force motrice du football, l’Olympiacos FC est sur le terrain afin de lancer un appel contre la pauvreté et mobiliser une action internationale envers l’achèvement des Objectifs du Millénaire pour le Développement. »

 

Le PNUD recevra la moitié des recettes générées par le Match, montant qu’il consacrera à un effort continu visant à venir en aide au peuple d’Haïti afin qu’il puisse se remettre du séisme qui l’a dévasté plus tôt dans l’année, ainsi qu’aux victimes des inondations au Pakistan.

 

L’Olympiacos fera don de ses parts à « Argo », l’Union Navale des parents d’enfants aux besoins spéciaux, ainsi qu’aux sans-abri et aux infortunés de la région du Pirée. Les deux programmes incluent des efforts qui ont pour but de remédier à un grand nombre de maux sociaux, allant de l’extrême pauvreté, la faim et autres soins de santé, aux problèmes ayant attrait à l’inégalité et à l’exclusion sociale.

 

Plus tôt cette année, en janvier, le 7ème Match annuel Contre la Pauvreté s’est tenu à Lisbonne, au Portugal, où l’équipe du PNUD formée par Zidane et Ronaldo a affronté Benfica, attirant ainsi une foule de 55 000 spectateurs, ce qui a permis de récolter plus d’un demi million d’euros en faveur du peuple d’Haïti. Les fonds ont servi au programme du PNUD « Argent contre travail » qui a déployé 100 000 travailleurs dans les rues pour déblayer les débris et libérer l’accès aux quartiers inaccessibles.

 

 

 

Pour plus d’informations sur la vente de billets, visiter www.olympiacos.org à partir du 29 novembre.

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Aziyadé Poltier-Mutal : aziyade.poltier@undp.org | +41 22 917 8368.

 

Le PNUD est le réseau mondial du système des Nations Unies pour le développement, qui préconise le changement et relie les pays aux connaissances, expériences et ressources, afin de les aider à construire un monde meilleur. Nous sommes présents sur le terrain, dans 166 pays, les aidant à développer leurs propres solutions aux défis mondiaux et nationaux de développement. Ces pays renforcent leurs capacités locales, en s'appuyant sur le personnel du PNUD et son large éventail de partenaires. Plus d’informations sur le site www.undp.org.

 
 

 

    Jean-Pierre Bugada

 

Responsable de la communication pour la France et Monaco

 

Tél: +32.2.788.84.53

Fax: +32.2.788.84.85

 

 

UNRIC - Centre régional d'information des Nations Unies pour l'Europe occidentale

 

 

Residence Palace

155 Rue de la loi

Bruxelles 1040 –BE

 

http://www.unric.org

 

Lire la suite

DES DEFENSEURS AFRICAINS DES DROITS DE L'HOMME S'EXPRIMENT 25/11 14H

24 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Opinions

 

RENDEZ-VOUS AU CAPE JEUDI 25 NOVEMBRE A 14H
MERCI DE CONFIRMER VOTRE PRESENCE

Centre d'Accueil de la Presse Étrangère
Grand Palais - Cours la Reine - Perron Alexandre III -  75008 Paris 
Tél +33 1 53 76 90 60 - Fax +33 1 53 76 90 76 - www.capefrance.com


INVITATION PRESSE


À l'occasion du Cinquantenaire des Indépendances Africaines

Rencontre avec 14 personnalités de la société civile africaine engagées sur les thématiques des Droits de l'Homme

avec 
M. François Zimeray
Ambassadeur chargé des Droits de l'Homme

et la participation de 
Mme Gansou - Avocat et enseignant-chercheur au Bénin, membre de la Commission Africaine des droits de l'Homme et des peuples (Bénin)

Mme Bagouendi - Physiothérapeute de formation préside et gère une ONG s'intéressant au trafic et à l'exploitation d'enfant (Gabon)

Mme Kimbembe - Procureur général près la Cour des Comptes au Congo, présidente de l'association clinique juridique, mène également des actions dans les prison (Congo)

Mme Douzima-Lawson - Avocat, membre de avocats sans frontières et conseil à la CPI, engagement pour la promotion des relations égalitaires Homme/Femme et pour la justice internationale (Centrafrique)

Mme Zoma - Présidente de l'association des chrétiens pour l'abolition de la Torture, collabore fréquemment avec la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples (Burkina Faso)

M. Ousmane - Président de l'Observatoire National de la Communication, Président du Réseau des journalistes pour les droits de l'Homme (Niger)

M. Laam-Kuaba - Coordinateur national de prisonniers sans frontières, mène des campagnes au sein des prisons en vue de la prévention du VIH en prison et milite pour l'humanisation des conditions carcérales (Togo)

Mme Raharinarivonirina Avocat membre de la Commission électorale nationale indépendante, Présidente de l'association pour l'abolition de la torture et de SOS village enfant (Madagascar) 

Mme Hélène Lambatim - Vice-présidente du Conseil économique et social du Tchad, membre de la Commission Nationale des Droits de l'Homme (Tchad)

M. Boubacar Ould Messaoud - Haut fonctionnaire engagé dans la lutte contre l'esclavage en Mauritanie et l'abolition de la peine de mort (Mauritanie)

M. Steve Nemande - Docteur en médecine engagé sur les question de défense des minorités sexuelles et LGBT, actions menés en faveur de la dépénalisation de l'homosexualité au Cameroun (Cameroun)

Mme Camara - Docteure en droit, maître de conférences à l'université de Dakar, elle est engagée en matière de droit des femmes et notamment dans leur protection contre les milieux religieux au Sénégal (Sénégal)

Mme Kindo - Assistante du Président du Conseil économique et social, engagée sur les questions d'éducation et de développement (Côte d'Ivoire)

Mme Sidibé - Professeure, Présidente de l'ONG AMSOPT (Association Malienne pour le Suivi et l'Orientation des Pratiques Traditionnelles) (Mali)


 
Dans le cadre de sa mission, M. Jacques Toubon, Secrétaire général du cinquantenaire des indépendances africaines, et M. François Zimeray, Ambassadeur chargé des Droits de l'Homme, ont convenu d'intégrer dans le programme des célébrations la question des Droits de l'Homme pour souligner le rôle éminent de la société civile africaine dans la protection et la promotion des Droits de l'Homme.

AU CAPE, LE JEUDI 25 NOVEMBRE 2010 A 14H


 
Merci de confirmer votre présence
 
 
 
 

 

 

  

 

Contact CAPE : Cyril Bourdelin
Tél.: +33 1 53 76 90 75 - cyril.bourdelin@capefrance.com

 

Lire la suite

CONFERENCE DEBAT SUR LA SITUATION DU PARTI FDU-INKINGI AU RWANDA

24 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Opinions

NKINGI

Forces Démocratiques Unifiées

United Democratic Forces

SUPPORT COMMITTEE - COMITE DE SOUTIEN

CONTACT: +33 6 76 75 84 34 & +32 473 97 80 65

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

CONFERENCE DEBAT SUR LA SITUATION DU PARTI FDU-INKINGI AU RWANDA, LA RECONCILIATION ET L’UNITE NATIONALE ET LE SUIVI DU RAPPORT MAPPING DES NATIONS UNIES SUR LA RDC.

 

Ce samedi 20 novembre 2010, le Comité de Soutien aux FDU-INKINGI a organisé une conférence-débat à Bruxelles. Les thèmes abordés étaient entre autres le bilan de 10 mois de présence des FDU au Rwanda, l’unité et la réconciliation, le suivi du rapport Mapping de l’ONU sur la République Démocratique du Congo et les actions à mener pour le renforcement du Comité de Soutien en vue d’améliorer son appui à l’équipe qui est sur le terrain ainsi qu’à l’ensemble du parti.

Les membres du Comité de Soutien ont retracé le chemin de croix des FDU-INKINGI à travers leur Présidente depuis son retour le 16 janvier 2010 pour faire enregistrer le parti et assurer son implantation dans le pays. Ils ont rappelé et condamné les supplices infligés à Madame Victoire INGABIRE UMUHOZA par le pouvoir dictatorial de Paul Kagame : Diffamation, intimidation, harcèlement, tortures morale et physique ponctuées de son assignation à résidence pendant plus de six mois, de son arrestation et de son emprisonnement dans des conditions inhumaines depuis le 14 octobre 2010.

En dépit de toutes ces embûches tendues sur leur route vers la démocratie, Madame Victoire INGABIRE et son équipe ont réussi pacifiquement à mettre à nu la vraie nature du régime : un régime dictatorial dominé par le parti Etat FPR sous la ferrure d’une seule personne, jetant en prison et éliminant physiquement, s’il le faut, ses opposants politiques ou des journalistes critiques. Nous sommes en face d’un régime qui a caporalisé tant le pouvoir judiciaire que législatif, qui a fermé l’espace politique à l’opposition et qui a mis au pas la société civile, en particulier la presse.

Les membres du Comité de Soutien exhortent les Rwandaises et les Rwandais épris des valeurs démocratiques à rester mobilisés et à ne pas baisser les bras devant les persécutions et les incarcérations systématiques des leaders de l’opposition dont sont l’objet Messieurs Déo MUSHAYIDI, Bernard NTAGANDA et Madame Victoire INGABIRE UMUHOZA. L’heure du changement a sonné. Notre combat est démocratique et viendra à bout du régime par les moyens pacifiques.

 

Parlant de l’unité et la réconciliation, le Comité de Soutien est persuadé de la richesse apportée par la diversité ethnique, régionale et sociale du peuple rwandais. Il reste d’avis que, vu les crimes contre l’humanité commis, seule une justice équitable peut servir de socle de la  cohésion nationale. La réconciliation ne sera effective et n’aura de sens que quand elle impliquera tout le peuple rwandais, en commençant par la réconciliation entre les victimes, tenues en otage aujourd’hui par les éléments extrémistes au sein de leurs groupes ethniques. La réconciliation sera possible quand toutes les parties auront compris que tous ceux qui ont perdu les leurs, peu importe les circonstances, ont le droit de faire le deuil.

S’agissant du récent Rapport Mapping de l’ONU sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, voire les crimes de génocide, commis en RDC principalement par l’Armée Patriotique Rwandaise sur les réfugiés Hutu et les populations congolaises, le Comité de Soutien recommande vivement aux Nations Unies de mettre tout en œuvre pour créer de manière urgente un Tribunal International ad hoc pour juger ces crimes. Il y a lieu aussi d’envisager l’élargissement des compétences dans le temps et dans l’espace des juridictions internationales existantes comme la Cour Pénale Internationale de La Haye (CPI) et le Tribunal Pénal International sur le Rwanda (TPIR) d’Arusha.

 

A la fin, tous les orateurs ont renouvelé leur solidarité appuyée à la famille aux Pays-Bas de la Présidente des FDU-INKINGI.

 

Fait à Bruxelles, le 22 novembre 2010

 

Pour le Comité de Soutien aux FDU-INKINGI

Eugène NDAHAYO

Président

Lire la suite

1er salon des auteurs africains de bande dessinée

24 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #A ne pas rater.


Edition - Diffusion 5-7 rue de l'Ecole Polytechnique 75005 Paris

 

Les éditions l'Harmattan sont heureuses de vous inviter au 1er salon des auteurs africains de bande dessinée qui se déroulera du

3 au 5 décembre 2010 - De 10 h à 20 h

A la mairie du Vème arrondissement de Paris

 

Vous trouverez l'intégralité du programme en cliquant ici

 

 

Lire la suite

Senegal/Droits des migrants/Migrants' rights/Derechos de los migrantes

24 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #ONG-Associations.


English version below/Versión en español abajo


COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Des organisations de la société civile dénoncent les violations par le Sénégal

                    de la Convention des Nations unies sur les droits des travailleurs migrants

 

23 novembre 2010 (Dakar) – A l'occasion de l'examen du rapport du Sénégal par le Comité sur les Travailleurs Migrants des Nations Unies les 24 et 25 novembre 2010, des organisations non gouvernementales sénégalaises et internationales présentent un rapport alternatif détaillant la responsabilité du gouvernement sénégalais pour les violations commises à l'encontre des travailleurs migrants. 

 

Le rapport présente le contexte politique, sécuritaire et légal qui entoure le traitement des travailleurs migrants, tels que le durcissement des politiques européennes migratoires et l'externalisation des frontières européennes, la criminalisation de l’immigration et la mise en place d’un cadre politique répressif et sécuritaire, l'augmentation importante de l’usage de la détention et des expulsions, ainsi que le manque de transparence et de consultation dans la mise en place des politiques migratoires sénégalaises. Ces développements récents ont entrainé de graves violations des droits des travailleurs migrants détaillées dans le rapport : violations du droit à la vie, discriminations, mauvais traitements, abus sexuels, détentions arbitraires, expulsions collectives et arbitraires, séparation des familles, privation arbitraire de la propriété privée, violations du droit à un recours effectif, du droit de quitter tout pays, du droit à la vie privée, etc.

 

Les organisations de la société civile insistent sur la responsabilité que porte le Sénégal pour les violations infligées aux travailleurs migrants au Sénégal, ceux en transit dans le pays, ceux qui tentent de migrer par la mer ou par le désert nord-africain, ainsi qu'à l'encontre des travailleurs migrants sénégalais résidant à l'étranger. En effet, les organisations signataires considèrent que le gouvernement sénégalais peut être tenu partiellement responsable des violations commises en dehors du Sénégal notamment du fait de sa collaboration avec les politiques migratoires européennes qui sont en contradiction avec les dispositions de la Convention sur les Travailleurs Migrants.

 

Le rapport alternatif formule une série de recommandations appelant le Sénégal  à respecter pleinement les dispositions de la Convention sur les Travailleurs Migrants. Notamment, les organisations signataires appellent le gouvernement du Sénégal ainsi que les autres gouvernements africains à refuser de collaborer avec les pays européens dans leurs politiques de gestion des flux migratoires qui engendrent des violations des droits humains et qui criminalisent les migrants. Les organisations exhortent tous les Etats à cesser d'adopter des politiques gouvernementales conduisant à la violation des droits des travailleurs migrants et de leurs familles et appellent ainsi à la ratification universelle de la Convention sur les Travailleurs Migrants et au respect de tous les instruments régionaux et internationaux des droits humains.

 

Vous pouvez télécharger le rapport sur: www.jsf-jwb-migrants.org 

 

 

Organisations signataires du rapport :

Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l'Homme (RADDHO) (Afrique/Sénégal)

West African Refugee and International Displaced Persons Network (WARIPNET) (Afrique de l'Ouest/Sénégal)

PARI/CARITAS - Sénégal (Point d’Accueil pour Réfugiés et Immigrés) (Sénégal)

ONG Association Nationale pour l’Alphabétisation et la Formation des Adultes (ONG ANAFA)(Sénégal)

Réseau Africain pour le développement Intégré (RADI)(Afrique / Sénégal)

Centre Africain pour l'Education aux Droits Humains (CAEDHU)(Sénégal)

Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) (Sénégal)

Avec le soutien de : 

Justice sans frontières pour les migrants et migrantes (JSF-JWB Migrants) (Afrique / Europe) Fédération internationale des ligues des droits de L'Homme (FIDH) (international)

Réseau Panafricain pour la Défense des Droits des Migrant-es – Section Diaspora Europe (International / Europe)

Comisión Española de Ayuda al Refugiado (CEAR) (Espagne)

Migrants Rights International (MRI)(international / Suisse)

Open Society Initiative for West Africa (Afrique de l'Ouest / Sénégal)

 

 

Contacts presse :     Sadikh Niass (RADDHO) : sniass@yahoo.fr   , Naomi Onaga (JSF-JWB Migrants) : justice@jsfjwb.org



ENGLISH


 

PRESS RELEASE

 

Civil society organizations denounce violations by Senegal of

the UN Migrant Workers Convention

 

 

23 November 2010 (Dakar) – In conjunction with the November 24 and 25 review of the report of Senegal by the UN Committee on Migrant Workers, Senegalese and international non-governmental organizations presented a shadow report detailing the responsibility of the Senegalse government for violations committed against migrant workers.

 

The report presents the policy, security and legal context that surrounds the treatment of migrant workers, such as the contraction of European migration policy and externalization of European borders, criminalization of migration and adoption of a repressive migration policy framework, explosion of detentions and deportations, and increased deaths and abuses during transit and attempted migration, as well as the lack of transparency and consultation in the formulation of Senegalese migration policies. These recent developments have led to grave violation of the rights of migrant workers described in the report : violations of the right to life, discrimination, ill-treatment, sexual abuse, arbitrary detentions, collective and arbitrary deportations, family separation, arbitrary deprivation of property, violations of the right to effective recourse, the right to leave any country, and the right to private life, etc.

 

Civil society organizations emphasize the responsibility that Senegal holds for the violations that are taking place against migrant workers in Senegal, and against those who are in transit during migration attempts through the sea or the North African desert, as well as against Senegalese migrant workers residing in other countries. The susbscribing organizations consider that the government of Senegalese has partial responsibility for violations committed outside of Senegal, including because of the fact that it collaborates with European migration policies in contravention of provisions in the Migrant Workers Convention.

 

The shadow report issues a series of recommendations calling on Senegal to fully respect the provisions in the Migrant Workers Convention. These incude a call by the signatory organizations for the Senegalese government as well as other African governments to refuse to collaborate with European countries in managed migration policies that generate violations of humam rights as well as criminalize migrants. The organizations also urge all States to cease governmental policies that lead to violations of migrant workers and their families, and call for achieve universal ratification of the Migrant Workers Convention and respect for all regional and international human rights instruments.

 

 

Download the report at :

www.jsf-jwb-migrants.org 

 

 

Organizations signatories of the report :

Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l'Homme (RADDHO) (Africa/Senegal)

West African Refugee and International Displaced Persons Network (WARIPNET) (West Africa/Senegal)

PARI/CARITAS - Senegal (Point d’Accueil pour Réfugiés et Immigrés) (Senegal)

ONG Association Nationale pour l’Alphabétisation et la Formation des Adultes (ONG ANAFA)(Senegal)

Réseau Africain pour le développement Intégré (RADI)(Africa / Senegal)

Centre Africain pour l'Education aux Droits Humains (CAEDHU)(Senegal)

Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) (Senegal)

With the support of: 

Justice Without Borders for Migrants (JSF-JWB Migrants) (Africa / Europe)

International Federation of Human Rights (FIDH) (international)

Panafricain Network for the Defense of Migrants’ Rights – European Diaspora Section (International / Europe)

Comisión Española de Ayuda al Refugiado (CEAR) (Spain)

Migrants Rights International (MRI)(international / Switzerland)

Open Society Initiative for West Africa (West Africa / Senegal)

 

 

Contacts :     

Sadikh Niass (RADDHO) : sniass@yahoo.fr 

   Naomi Onaga (JSF-JWB Migrants) : justice@jsfjwb.org 




ESPAÑOL


 

COMUNICADO DE PRENSA

 

 

Organizaciones de la sociedad civil denuncian las violations por Senegal de la Convención de Derechos de Trabajadores Migrantes

 

23 November 2010 (Dakar) – En ocasión de la revisión del 24 y 25 de noviembre de 2010 del informe de Senegal por el Comité de Derechos de Trabajadores Migrantes de la ONU, organizaciones no gubernamentales senegalesas, internacionales, y de países africanos y europeos, presentan un informe alternativo que detalla la responsabilidad del gobierno senegalés por las violaciones cometidas contra los y las trabajadores/as migrantes y sus familiares.

 

El informe presenta el contexto político, de seguridad, y legal en relación con el tratamiento a trabajadores migrantes, tales como el endurecimiento de las políticas migratorias europeas, externalización de las fronteras europeas, la criminalización de la inmigración y la implementación de un marco represivo y securitario, el enorme crecimiento de la utilización de la detención y la expulsión, así como la falta de transparencia y consultación en la adopción de las políticas de migración senegalesas. Estas tendencias recientes han generado graves violaciones de los derechos de los y las trabajadores/as migrantes detalladas en el informe : violaciones al derecho a la vida, discriminación, malos tratos, abusos sexuales, detención arbitraria, expulsiones colectivas y arbitrarias, separación de familias, privación arbitraria de propiedad, violaciones al derecho a un recurso efectivo, al derecho a salir de cualquier país, etc.

 

Las organizaciones de la sociedad civil hacen hincapié en la responsabilidad que Senegal tiene para las violaciones cometidas contra los y las trabajadores/as migrantes que habitan en Senegal, contra los migrantes en tránsito por Senegal en su intento para migrar por mar o por el desierto nordafricano, así como contra los trabajadores migrantes senegaleses que son residentes en el exterior. Efectivamente, las organizaciones firmantes consideran que el gobierno de Senegal podría ser parcialmente responsable por las violaciones cometidas fuera de Senegal, inclusive por el hecho que el gobierno colabora con las políticas migratorias europeas en contravención con las disposiciones de la Convención de Derechos de Trabajadores Migrantes.

 

El informe alternativo formula una serie de recomendaciones que insta a Senegal respetar plenamente las disposiciones de la Convención de Derechos de Trabajadores Migrantes, incluso que las organizaciones firmantes hace un llamado al gobierno de Senegal así como a los otros gobiernos africanos a rechazar la colaboración con los países europeos en sus políticas de gestión de flujos migratorios que generan violaciones de derechos humanos y criminalizan a los y las migrantes. Las organizaciones instan que todos los Estados paren de adoptar políticas gubernamentales que lleven a violaciones de derechos de trabajadores migrantes y sus familias, y hacen un llamado para la ratificación universal de la Convención de Trabajadores Migrantes y para el respecto de todos los instrumentos regionales y internacionales de derechos humanos.

 

Bajar el informe de :

www.jsf-jwb-migrants.org

 

 

Organizaciones firmantes del informe :

Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l'Homme (RADDHO) (África/Senegal)

West African Refugee and International Displaced Persons Network (WARIPNET) (África Occidental/Senegal)

PARI/CARITAS - Senegal (Point d’Accueil pour Réfugiés et Immigrés) (Senegal)

ONG Association Nationale pour l’Alphabétisation et la Formation des Adultes (ONG ANAFA)(Senegal)

Réseau Africain pour le développement Intégré (RADI)(África / Senegal)

Centre Africain pour l'Education aux Droits Humains (CAEDHU)(Senegal)

Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) (Senegal)

Con el apoyo de :

Justice Without Borders for Migrants (JSF-JWB Migrants) (África / Europa)

International Federation of Human Rights (FIDH) (international)

Panafricain Network for the Defense of Migrants’ Rights – European Diaspora Section (International / Europa)

Comisión Española de Ayuda al Refugiado (CEAR) (España)

Migrants Rights International (MRI)(international / Suissa)

Open Society Initiative for West Africa (África Occidental / Senegal)

 

 

Contactos :     

Sadikh Niass (RADDHO) : sniass@yahoo.fr 

   Naomi Onaga (JSF-JWB Migrants) : justice@jsfjwb.org 


  

 

Lire la suite

ATTAC 4 décembre 2010 : DE CANCON À CANCÚN

24 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #ONG-Associations.

DE CANCON À CANCÚN

Tandis que l'ONU se réunit à Cancún, les mouvements sociaux et citoyens se retrouvent à Cancon (Lot-et-Garonne) le samedi 4 décembre prochain.

Du 29 novembre au 10 décembre, à Cancún, l’ONU tentera de donner un nouveau souffle aux négociations sur le changement climatique, après l’échec du sommet de Copenhague. Face à l'incapacité des gouvernements d'arriver à un accord ambitieux et véritablement contraignant, la société civile se mobilise. A Copenhague en 2009, le contre sommet avait réuni plus de 50 000 personnes. A Cochabamba en avril 2010, en réponse à l'appel du gouvernement bolivien, ce sont 30 000 personnes qui se sont retrouvées. Ce dernier rendez-vous a permis de formuler un ensemble de propositions qui se retrouvent aujourd'hui sur la table des négociations à Cancún.

Un véritable mouvement citoyen international est en train d'émerger. Il entend peser sur les négociations. Les organisations, collectifs et individus qui le composent défendent l'idée qu'au delà du cadre international des négociations, le changement climatique est une problématique vécue au quotidien localement, partout dans le monde. De nombreuses luttes relatives au changement climatique et au système qui en est responsable se construisent dans les communautés locales, notamment en résistance à des projets d'infrastructure (LGV, aéroport, centrale nucléaire...), ou en proposant des alternatives concrètes dans de nombreux domaines : agriculture, transports, énergie, construction, industrie, finance, travail, consommation, aménagement du territoire... 

Le mouvement paysan international « Via Campesina » a lancé un appel pour l'organisation de «Mille 
Cancún» dans le monde.

En réponse à cet appel, nos organisations appellent à un rassemblement citoyen massif de midi à minuit à Cancon, dans le Lot-et-Garonne le samedi 4 décembre.

Au programme, tables rondes, ateliers et débats pour aborder la question du changement climatique du point de vue des mouvements locaux.

Un village alternatif sera installé avec stands et expositions présentant les alternatives portées au quotidien par des milliers d'individus, d'associations et de collectivités territoriales dans le domaine de l'habitat, de l'énergie, de l'agriculture, des transports...

Animations musicales, théâtre de rue, repas et concerts rythmeront cette journée, et en feront un rassemblement coloré et festif.

Un duplex aura lieu en début de soirée avec les militant(e)s présents à Cancún, pour faire le point sur les négociations et les mobilisations des mouvements sociaux rassemblés au Mexique.

Parce que de Cancon à Cancún, ce n'est pas le climat qui doit changer, c'est le système !

 

Les premiers signataires : AITEC, les Amis de la Terre, ATTAC, Action Consommation, BIZI !, Collectif Français Contre l'Irradiation des Aliments, Combat Monsanto, la Confédération Paysanne, Coordination contre le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes, ECOPOL, Faucheurs Volontaires d'OGM, Fédération Sud Étudiant, Horizon Vert, Relocalisons, Réseau Féministe « Ruptures », Réseau Sortir du Nucléaire, TACA, Union Syndicale Solidaires, Urgence Climatique Justice Sociale.

En soutien : les Alternatifs, Alternative Libertaire, Europe Écologie - Les Verts, FASE, Gauche Unitaire, Les Jeunes Verts, NPA, le Mouvement des Objecteurs de Croissance, le Parti de Gauche.



 

 

Lire la suite

Côte d’Ivoire : mission d’information et de contacts de l’OIF pour le 2nd tour de la présidentielle

23 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

 

Information à la presse

 

 

Côte d’Ivoire : mission d’information et de contacts de l’OIF pour le 2nd tour de la présidentielle

 

 

Dans le cadre de l’accompagnement que l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) apporte, aux côtés d’autres partenaires internationaux, au processus de transition en cours en Côte d’Ivoire, et suite à une sollicitation des autorités nationales, Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, a décidé l’envoi dans ce pays d’une mission d’information et de contacts à l’occasion du deuxième tour de l’élection présidentielle, dont la date a été fixée au 28 novembre 2010.

 

Comme il l’avait déjà fait pour le premier tour, le Secrétaire général a souhaité confier la responsabilité de la conduite de la délégation de la Francophonie à Gérard Latortue, ancien Premier ministre d’Haïti. Composée d’une dizaine de personnalités issues de l’espace francophone, la mission séjournera à Abidjan à partir du 23 novembre 2010.

 

La mission œuvrera conformément aux Principes directeurs de la Francophonie en la matière et aux engagements consignés dans la Déclaration de Bamako, notamment en son volet « élections ». Elle établira un rapport consolidé qui sera transmis au Secrétaire général.

 

 

Contacts presse :

 

A Paris

Julie Tilmanattachée de presse du Secrétaire général

julie.tilman@francophonie.org+ 33.1.44.11.12.68

 

A Abidjan

Alcinou Da Costa  + 225 55 42 60 83

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>