Contacts bureau APPA

Vos contacts au sein de l'APPA : 

Courriel officiel :
 
appa@presseafricaine.info

Louis Keumayou (Président)
Tél. : +(336) 37 82 52 59 et 

louis.keumayou@presseafricaine.info

James Ngumbu (Secrétaire Général) 


Seidik Abba (Chargé de Mission)
Tél. : +(336) 740 756 78 et

seidik.abba@presseafricaine.info

Sites et portails panafricains

Jeudi 4 novembre 2010 4 04 /11 /Nov /2010 19:37

If you're having trouble viewing this email, you maysee it online.

Français | Español

2010 Human Development Report:

Rapport sur le développement humain 2010 :
l'analyse des tendances sur les 40 dernières années révèle une plus forte progression des pays pauvres

BRDH/PNUD
4 novembre 2010

L’édition du 20e anniversaire du rapport du PNUD constate des progrès à long terme indépendants des revenus dans les domaines de la santé et de l’éducation, et introduit de nouveaux indices spécifiques au genre, à la pauvreté et à l’inégalité

Nations Unies, le 4 novembre 2010 — La majorité des pays en développement ont réalisé, au cours des quelques dernières décennies, des progrès spectaculaires et pourtant souvent sous-estimés dans les domaines de la santé, de l’éducation et du niveau de vie. Un grand nombre des pays les plus pauvres ont enregistré les gains les plus importants, constat issu d’une nouvelle analyse détaillée des tendances à long terme de l’indice de développement humain (IDH) dans leRapport sur le développement humain 2010, publié ce jour.

D’importantes variations se dégagent néanmoins des tendances et leRapport sur le développement humain 2010 révèle une perte de terrain pour certains pays depuis 1970. L’édition du20e anniversaire du Rapportprésente trois nouveaux indices et documente des inégalités béantes tant à l’intérieur des pays que d’un pays à l’autre, de profondes disparités entre hommes et femmes sur un large éventail d’indicateurs du développement, et la prévalence de l’extrême pauvreté multidimensionnelle en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

Les Rapports sur le développement humain, commandités chaque année par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) depuis 1990, sont éditorialement indépendants du PNUD.

Le Rapport 2010, intituléLa vraie richesse des nations : Les chemins du développement humain,a été lancé aujourd’hui par le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, l’administrateur du PNUD Helen Clark et le prix Nobel Amartya Sen. Ce dernier a participé à la mise au point de l’IDH pour le premier Rapport sur le développement humain en 1990 en collaboration avec Mahbub ul Haq, économiste fondateur de la série, aujourd’hui disparu. Les Rapports sur le développement humain et l’IDH ont remis en question les mesures purement économiques de la réussite nationale et aidé à poser les bases conceptuelles des Objectifs du Millénaire pour le développement de l’ONU, exigeant un suivi mondial régulier des progrès accomplis en matière de santé, d’éducation et de niveaux de vie globaux.

« Les Rapports sur le développement humain ont changé notre façon d’observer le monde », a déclaré Ban Ki-moon aujourd’hui. « Nous avons appris que bien que la croissance économique compte pour beaucoup, le plus important est d’utiliser le revenu national pour donner à tous une chance de vivre une vie plus longue, plus saine et plus productive ».

Le premierRapport sur le développement humainprésentait son IDH novateur et analysait les décennies antérieures d’indicateurs de développement pour conclure que « le rapport entre croissance économique et développement humain n’est nullement auto-matique ». L’examen rigoureux des tendances à plus long terme dans le Rapport de 2010 — remontant aux indicateurs de l’IDH de 1970 pour la majorité des pays — révèle l’absence de corrélation constante entre performance économique nationale et réussite dans les dimensions non monétaires de l’IDH que sont la santé et l’éducation.

« Le Rapport indique que, dans l’ensemble, les populations sont aujourd’hui en meilleure santé, plus riches et mieux éduquées qu’auparavant », remarque Helen Clark. « Bien que toutes les tendances ne soient pas positives, les pays ont maintes mesures à leur disposition pour améliorer les vies de leurs populations, même dans des conditions défavorables. De tels progrès requièrent une direction courageuse au niveau local, ainsi que l’engagement continu de la communauté internationale. »

Dans l’ensemble, comme l’indique l’analyse que donne le Rapport des pays sur lesquels nous disposons de données complètes depuis 40 ans, l’espérance de vie a augmenté de 59 ans en 1970 à 70 ans en 2010, la scolarisation est en hausse d’à peine 55 pour cent de tous les enfants d’âge primaire et secondaire à 70 pour cent, et le PIB par habitant a doublé pour dépasser les 10 000 dollars. Ce progrès est commun aux populations de toutes les régions, bien qu’à différents degrés. L’espérance de vie, par exemple, a augmenté de 18 ans dans les États arabes entre 1970 et 2010, comparé à huit ans en Afrique subsaharienne. Les 135 pays étudiés représentent 92 pour cent de la population mondiale.

« Nos résultats confirment, appuyés par les nouvelles données et analyses, deux postulats de départ duRapport sur le développement humain : le développement humain se distingue de la croissance économique, et des progrès importants sont possibles même sans croissance rapide », explique Jeni Klugman, auteur principal. « Ce travail nous a également ouvert de nouvelles perspectives sur les pays les plus performants, ainsi que sur les variations des formes et voies du progrès ».

Les « 10 pays les plus performants » mis en évidence dans le Rapport 2010 – ceux qui, parmi les 135, ont le plus progressé en termes d’IDH au cours des 40 dernières années – avaient à leur tête l’Oman qui, au fil des décennies, a investi ses revenus de l’énergie dans l’éducation et la santé publique  Les neuf autres « pays les plus performants » sont la Chine, le Népal, l’Indonésie, l’Arabie saoudite, le Laos, la Tunisie, la Corée du Sud, l’Algérie et le Maroc. Fait étonnant, la Chine était le seul pays à faire partie de la liste des « 10 plus performants » en raison uniquement de sa performance dans la dimension monétaire ; les principaux moteurs du progrès de l’IDH étaient la santé et l’éducation. Les 10 pays suivants au palmarès des pays dont l’IDH a le plus progressé au cours des 40 dernières années comprennent plusieurs pays à faibles revenus mais IDH élevé « que l’on n’associe pas habituellement au succès » remarque le Rapport, notamment l’Éthiopie (n° 11), le Cambodge (n° 15) et le Bénin (n° 18). Tous ont enregistré d’importants progrès dans les domaines de l’éducation et de la santé publique. 

Dans le contexte général du progrès mondial, les variations d’un pays à l’autre sont frappantes : au cours des 40 dernières années, les 25 pour cent les moins performants ont enregistré une amélioration de moins de 20 pour cent de leur performance en termes d’IDH, par rapport à 54 pour cent en moyenne pour le groupe le plus performant. Pourtant, en tant que groupe, le quartile de pays au bas de l’échelle de l’IDH en 1970 a progressé encore plus rapidement que les pays au sommet de l’échelle, enregistrant un gain moyen de 61 pour cent. Les diverses trajectoires nationales vers le développement documentées dans le Rapport montrent qu’il n’existe pas de formule unique pour un progrès soutenable, soulignent ses auteurs.

La région affichant les progrès les plus rapides en termes d’IDH depuis 1970 était l’Asie de l’Est, avec la Chine et l’Indonésie en tête de file. Les pays arabes ont eux aussi enregistré des gains importants et comptent 8 des 20 premiers pays au palmarès des meilleures performances en termes d’IDH au cours des 40 dernières années. De nombreux pays d’Afrique subsaharienne et de l’ex-Union soviétique sont cependant restés à la traîne, victimes de l’impact du SIDA, des conflits, du bouleversement économique et d’autres facteurs. L’espérance de vie a en fait chuté au cours des 40 dernières années dans trois pays de l’ex-Union soviétique – le Bélarus, l’Ukraine et la Fédération de Russie – et dans six pays d’Afrique subsaharienne – la République démocratique du Congo, le Lesotho, l’Afrique du Sud, le Swaziland, la Zambie et le Zimbabwe.

La tendance dominante de l’espérance de vie à l’échelle mondiale est à la convergence, c’est-à-dire que les durées de vie dans la majorité des pays pauvres se rapprochent de plus en plus près de celles des pays développés. En ce qui concerne les revenus, cependant, la tendance reste à la divergence : la plupart des pays riches deviennent toujours plus riches tandis que la croissance reste hors de portée d’un grand nombre de nations pauvres.

« Des progrès importants ont été enregistrés, mais tout n’a pas été positif, loin s’en faut. », écrit l’auteur. « Certains pays ont essuyé des revers sérieux − particulièrement en ce qui concerne la santé − effaçant parfois en quelques années les gains accumulés durant plusieurs décennies. La croissance économique s’est révélée extrêmement inégale − tout à la fois entre les pays à croissance rapide et au sein du groupe de ceux bénéficiant d’un progrès national d’ensemble. Les différences de développement humain dans le monde, si elles se réduisent, demeurent énormes. »

IDH 2010 plus de nouveaux indices spécifiques aux inégalités, à l’inégalité des genres et à la pauvreté

Cette année, le Rapport comprend denouveaux classements IDH 2010, et plusieurs indicateurs clés ont été modifiés. Les 10 premiers pays au classement 2010 par IDH sont la Norvège, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, l’Irlande, le Lichtenstein, les Pays-Bas, le Canada, la Suède et l’Allemagne. Au bas des classements IDH 2010 de 169 pays se trouvent, dans l’ordre : le Mali, le Burkina Faso, le Libéria, le Tchad, la Guinée-Bissau, le Mozambique, le Burundi, le Niger, la République démocratique du Congo et le Zimbabwe.

Les changements de classement des pays par IDH sont désormais enregistrés sur une période comparative de cinq ans, plutôt que d’une année sur l’autre, afin de mieux illustrer les tendances du développement. En raison d’améliorations méthodologiques apportées à la formule de calcul de l’IDH, les classements 2010 ne sont pas directement comparables à ceux des Rapports antérieurs.
LeRapport sur le développement humain 2010 perpétue la tradition d’innovation en matière de mesure incarnée par l’IDH, en introduisant de nouveaux indices relatifs à des facteurs de développement fondamentaux qui ne sont pas directement reflétés dans l’IDH :

L’ indice de développement humain ajusté aux inégalités (IDHI) 
Pour la première fois, le Rapport 2010 examine les données de l’IDH à travers le prisme de l’inégalité, en ajustant les progrès en termes d’IDH de manière à refléter les disparités au niveau des revenus, de la santé et de l’éducation. « L’IDH seul, composé des moyennes nationales, masque les disparités au sein des pays. Ces ajustements en fonction des inégalités donnent une image plus précise du bien-être des populations », explique Jeni Klugman.

L’ indice d’inégalité de genre (IIG) 
Le Rapport 2010 introduit une nouvelle mesure des inégalités entre hommes et femmes, incluant les taux de mortalité maternelle et la représentation parlementaire des femmes. « L’indice d’inégalité de genre est conçu pour mesurer l’impact négatif sur le développement humain des profondes disparités sociales et économiques entre hommes et femmes », commente Jeni Klugman. L’IIG calcule les déficits en termes d’IDH national dus aux inégalités de genre, des Pays-Bas (pays le plus égalitaire en termes d’IIG) au Yémen (pays le moins égalitaire).

L’ indice de pauvreté multidimensionnelle (IPM) 
Le Rapport introduit une nouvelle mesure de la pauvreté multidimensionnelle qui vient compléter les évaluations de la pauvreté basées sur les revenus en tenant compte de plusieurs facteurs relatifs aux foyers, aux niveaux de vie, à l’accès à la scolarisation, à l’eau propre et aux soins de santé. On estime qu’environ 1,75 milliard de personnes, soit un tiers entier de la population des 104 pays couverts par l’IPM, vivent dans une pauvreté  multidimensionnelle. Ce chiffre  dépasse les 1,3 milliard estimés vivre avec 1,25 dollars par jour ou moins. 

Le Rapport 2010 appelle à une recherche approfondie et de meilleures données pour évaluer les défis dans d’autres dimensions critiques du développement humain, notamment l’autonomisation politique et la soutenabilité environnementale.

Afin d’encourager l’innovation continue pour le 20e anniversaire du Rapport, le Bureau du Rapport sur le développement humain a remanié son site Internet (http://hdr.undp.org) ; une multitude de nouvelles ressources y ont été ajoutées, les profils statistiques de tous les États membres de l’ONU ont été révisés, et de nouveaux outils interactifs sont proposés, dont une option « Générez votre propre indice » pour les visiteurs.

Dans son introduction du nouveau Rapport, Amartya Sen écrit : « Vingt ans après la sortie du premier Rapport sur le développement humain, le chemin parcouru mérite d’être célébré. Mais nous devons également rester en éveil, prêts à saisir toute possibilité qui nous permettrait d’améliorer notre compréhension des difficultés chroniques et de répérer – et de surmonter – les menaces nouvelles mettant en péril le bien-être et la liberté des humains ».

 

2010 Human Development Report:
40-year Trends Analysis Shows Poor Countries Making Faster Development Gains

HDRO/UNDP
4 November 2010

20th anniversary UNDP report finds long-term progress in health, education not determined by income; introduces new indices for gender, poverty, inequality

United Nations, 4 November 2010—Most developing countries made dramatic yet often underestimated progress in health, education and basic living standards in recent decades, with many of the poorest countries posting the greatest gains, reveals a detailed new analysis of long-termHuman Development Index(HDI) trends in the2010 Human Development Report, released here today.

Yet patterns of achievement vary greatly, with some countries losing ground since 1970, the 2010Human Development Reportshows. Introducingthree new indices, the20th anniversary editionof the Report documents wide inequalities within and among countries, deepdisparities between women and menon a wide range ofdevelopment indicators, and the prevalence of extrememultidimensional povertyin South Asia and sub-Saharan Africa.

The Human Development Reports, commissioned annually by the United Nations Development Programme (UNDP) since 1990, areeditorially independentfrom UNDP.

The 2010 Report—The Real Wealth of Nations: Pathways to Human Development—was launched today by Secretary-General Ban Ki-moon, UNDP Administrator Helen Clark> andNobel laureate Amartya Sen, who helped devise theHDIfor the firstHuman Development Report in 1990with the late economistMahbub ul Haq, the series founder. The Human Development Reports and the HDI challenged purely economic measures of national achievement and helped lay the conceptual foundation for the UN’s Millennium Development Goals, calling for consistent global tracking of progress in health, education and overall living standards.

“TheHuman Development Reportshave changed the way we see the world,” Ban Ki-moon said today. “We have learned that while economic growth is very important, what ultimately matters is using national income to give all people a chance at a longer, healthier and more productive life.”

Thefirst Human Development Reportintroduced its pioneeringHDIand analyzed previous decades of development indicators, concluding that “there is no automatic link between economic growth and human progress.” The2010 Report’s rigorous review of longer-term trends—looking back atHDI indicatorsfor most countries from 1970—shows there is no consistent correlation between national economic performance and achievement in the non-income HDI areas of health and education.

Helen Clark said, “the Report shows that people today are healthier, wealthier and better educated than before. While not all trends are positive, there is much that countries can do to improve people’s lives, even in adverse conditions. This requires courageous local leadership as well as the continuing commitment of the international community.”

Overall, as shown in the Report’s analysis of all countries for whichcomplete HDI dataare available for the past 40 years, life expectancy climbed from 59 years in 1970 to 70 in 2010, school enrolment rose from just 55 percent of all primary and secondary school-age children to 70 percent, and per capita GDP doubled to more than US$10,000. People in all regions shared in this progress, though to varying degrees. Life expectancy, for example, rose by 18 years in the Arab states between 1970 and 2010, compared to eight years in sub-Saharan Africa. The 135 countries studied include 92 percent of the world’s population.

“Our results confirm, with new data and analysis, two central contentions of theHuman Development Reportfrom the outset: human development is different from economic growth, and substantial achievements are possible even without fast growth,” said Jeni Klugman, the lead author. “We also gained new insights about the countries that performed best, and the varying patterns of progress.”

The “Top 10 Movers” highlighted in the 2010 Report—those countries among the 135 that improved most in HDI terms over the past 40 years—were led by Oman, which invested energy earnings over the decades in education and public health.

The other nine “Top Movers” are China, Nepal, Indonesia, Saudi Arabia, Laos, Tunisia, South Korea, Algeria and Morocco. Remarkably, China was the only country that made the “Top 10” list due solely to income performance; the main drivers of HDI achievement were in health and education. The next 10 leaders in HDI improvement over the past 40 years include several low-income but high HDI-achieving countries “not typically described as success stories,” the Report notes, among them Ethiopia (#11), Cambodia (#15) and Benin (#18)—all of which made big gains in education and public health.

Within the pattern of overall global progress, the variation among countries is striking: Over the past 40 years, the lowest-performing 25 percent experienced less than a 20 percent improvement in HDI performance, while the top-performing group averaged gains of 54 percent. Yet as a group, the quartile of countries at the bottom of the HDI scale in 1970 improved even faster than those then at the top, with an average gain of 61 percent. The diverse national pathways to development documented in the Report show that there is no single formula for sustainable progress, the authors stress.

The region with the fastestHDI progress since 1970was East Asia, led by China and Indonesia. The Arab countries also posted major gains, with 8 of the 20 world leaders in HDI improvement over the past 40 years. Many countries from sub-Saharan Africa and the former Soviet Union lagged behind, however, due to the impact of AIDS, conflict, economic upheaval and other factors. Life expectancy actually declined over the past 40 years in three countries of the former Soviet Union—Belarus, Ukraine and the Russian Federation—and six in sub-Saharan Africa: the Democratic Republic of the Congo, Lesotho, South Africa, Swaziland, Zambia and Zimbabwe.

The dominant trend in life expectancy globally is convergence, with average life spans in most poor countries getting increasingly close to those in developed countries. In income, though, the pattern remains one of divergence, with most rich countries getting steadily richer, while sustained growth eludes many poor countries.

“We see great advances, but changes over the past few decades have by no means been wholly positive,” the authors write. “Some countries have suffered serious setbacks, particularly in health, sometimes erasing in a few years the gains accumulated over several decades. Economic growth has been extremely unequal, both in countries experiencing fast growth and in groups benefiting from national progress. And the gaps in human development across the world, while narrowing, remain huge.”

2010 HDI plus new Indices for Inequality, Gender and Poverty

The Report this year includes new2010 HDI rankings, with modifications to several key indicators. The top 10 countries in the 2010 HDI are Norway, Australia, New Zealand, the United States, Ireland, Lichtenstein, the Netherlands, Canada, Sweden and Germany. At the bottom of the 2010 HDI rankings of 169 countries are, in order: Mali, Burkina Faso, Liberia, Chad, Guinea-Bissau, Mozambique, Burundi, Niger, the Democratic Republic of the Congo and Zimbabwe.

Country ranking changes in the HDI are now reported over a five-year comparative period, rather than on a year-to-year basis, to better reflect long-term development trends. Due to methodological refinements of the HDI formula, the 2010 rankings are not directly comparable to those in earlier Reports.

The 2010Human Development Reportcontinues theHDI traditionof measurement innovation by introducing new indices that address crucial development factors not directly reflected in the HDI:

The Inequality-adjusted Human Development Index (IHDI) 
For the first time, this year’s Report examines HDI data through the lens of inequality, adjusting HDI achievements to reflect disparities in income, health and education. “The HDI alone, as a composite of national averages, hides disparities within countries, so these adjustments for inequality provide a fuller picture of people’s well-being,” said Jeni Klugman.

The Gender Inequality Index (GII)
The 2010 Report introduces a new measure of gender inequities, including maternal mortality rates and women’s representation in parliaments. “The Gender Inequality Index is designed to measure the negative human development impact of deep social and economic disparities between men and women,” said Klugman. The GII calculates national HDI losses from gender inequities, from the Netherlands (the most equal in GII terms) to Yemen (the least).

The Multidimensional Poverty Index (MPI) 
The Report features a new multidimensional poverty measure that complements income-based poverty assessments by looking at multiple factors at the household level, from basic living standards to access to schooling, clean water and health care. About 1.7 billion people—fully a third of the population in the 104 countries included in the MPI—are estimated to live in multidimensional poverty, more than the estimated 1.3 billion who live on $1.25 a day or less.

The2010 Reportcalls for further research and better data to assess challenges in other critical aspects of human development, including political empowerment and environmental sustainability.

To encourage continuing innovation for the 20th anniversary of the Report, the Human Development Report Officere-launched its website(http://hdr.undp.org) with extensive new resources, revised statistical country profiles for all UN member states and interactive tools, including a “build your own index” option for visitors.

Amartya Sen writes in his introduction to the new Report: “Twenty years after the appearance of the firstHuman Development Report, there is much to celebrate in what has been achieved. But we also have to be alive to ways and means of improving the assessment of old adversities and of recognizing—and responding to—new threats that endanger human well-being and freedom.

Par APPA - Publié dans : Organisations internationales. - Communauté : Actualité panafricaine.
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : APPA - African Press Association - Association de la Presse Panafricaine (APPA).
  • APPA - African Press Association - Association de la Presse Panafricaine (APPA).
  • : actualité association information afrique Actualité
  • : L’Association de la Presse Panafricaine (APPA), qui est membre du Conseil d’Administration du Centre d’Accueil de la Presse Étrangère (CAPE) a son siège à Paris en France. Elle administre un fichier presse de plus de 6.000 contacts, et en particulier une liste de diffusion comptant plus de 2.700 abonnés. Elle sert de trait d'union entre les journalistes africains du continent et de la diaspora, tout en étant ouverte à toutes les personnes qui s'intéressent à l'actualité panafricaine. Vos princi
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Recherche

Documents

Syndication

  • Flux RSS des articles

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Sites et portails panafricains

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés