Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

A l’occasion de son Conseil d’administration du 30 septembre 2010, l’AFD déploie plus de 450 millions d’euros en faveur du développement durable.

30 Septembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.


 

 

 

Reconstruction de l’hôpital et de quartiers de Port-au-Prince, soutien des PME à Madagascar, développement urbain au Vietnam, transport au Maroc… : à l’occasion de son Conseil d’administration du 30 septembre 2010 , l’AFD déploie plus de 450 millions d’euros en faveur du développement durable.

 

Haïti : reconstruction de l’hôpital de Port-au-Prince

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’une subvention de 13 millions d’euros à la République d’Haïti pour la reconstruction de l’Hôpital Universitaire d’Etat d’Haïti (HUEH) à Port-au-Prince.

 

Le 12 janvier 2010 , un tremblement de terre de magnitude 7,3 a secoué la région de Port-au-Prince pendant 35 secondes, en faisant 250 000 morts et 400 000 blessés. L’impact du séisme sur les infrastructures a été très important. Plus de 1 300 établissements d’éducation et plus de 50 hôpitaux et centres de santé se sont effondrés ou sont devenus inutilisables. Face à ce drame, la France, a proposé son aide pour la reconstruction de l’HUEH, structure pavillonnaire de 700 lits, situé au centre de Port-au-Prince.

 

Haïti : reconstruction de quartiers à Port-au-Prince

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’une subvention de 6,46 millions d’euros à la République d’Haïti pour la première phase du projet d’Aménagement Intégré des Quartiers Informels de Port-au-Prince.

 

Avant le séisme du 12 janvier 2010 , plus d’un million d’habitants de la zone métropolitaine de Port-au-Prince vivaient dans des quartiers précaires. Une grande partie de ces habitants sont aujourd’hui sans abri. L’AFD a identifié deux territoires pour réaliser un projet de rénovation urbaine, les quartiers de Martissant et de Baillergeau, répondant à des critères à la fois d’urgence et pouvant avoir une fonction démonstrative.

 

Le projet comporte trois composantes. La rénovation urbaine des quartiers, qui sera réalisée dans une approche globale (logements, accessibilité et circulation, réseaux, gestion des déchets, environnement, espaces publics, vie associative…), avec des actions de réhabilitation des logements, sous la forme d’auto-construction encadrée, ainsi que de sécurisation foncière des habitations. En partenariat avec les villes de Paris et de Montréal, il apportera un appui à la municipalité de Port-au-Prince en permettant de reconstruire l’administration municipale et en la dotant des outils nécessaires à son développement. Il apportera enfin un appui au Comité Interministériel à l’Aménagement du Territoire, chargé par le gouvernement haïtien d’aider les autorités à élaborer des stratégies d’aménagement du territoire.

 

Haïti : aide budgétaire

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’une subvention de 15 millions d’euros à la République d’Haïti pour le règlement de ses dépenses budgétaire, dont 5 millions d’euros seront versés via le Fonds multi-bailleurs pour la Reconstruction Haïti (FRH), administré par la Banque mondiale.

 

Haïti est le pays le plus pauvre du continent américain, avec un PIB par tête d’environ 700 dollars. Depuis 2004, les gouvernements successifs ont mené des politiques économiques prudentes, dans le cadre d’accords avec le FMI. L’activité économique avait montré des signes encourageants, mais ce début de reprise a été brutalement interrompu en 2008 par plusieurs chocs exogènes (hausse du prix de l’énergie, crise des prix alimentaires, cyclones). Le 12 janvier 2010 , Haïti a connu l’une des plus sévères catastrophes naturelles de son histoire, avec un tremblement de terre qui a provoqué la destruction quasi-intégrale du centre ville de Port-au-Prince et de quatre villes avoisinantes et la perte d’environ 250 000 vies humaines. Le pays se trouve aujourd’hui dans une situation de précarité extrême, le PIB devant se contracter de 8,5% en 2010, et les soutiens budgétaires sont indispensables. Pour participer à la reconstruction d’Haïti, outre l’annulation de la dette bilatérale (56 millions d’euros), la France apportera 40 millions d’euros sous forme d’aide budgétaire pour les années 2010 et 2011. En avril, une première aide budgétaire de 5 millions d’euros avait été approuvée par l’AFD.

 

Madagascar : garantie ARIZ II à la BOAM pour le financement des PME

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’une dotation visant à garantir des concours consentis par la Bank of Africa Madagascar (BOAM). L’enveloppe des garanties susceptibles d’être accordées est d’un montant maximal de 15 milliards d’Ariaris (contrevaleur plafonnée à 6 millions d’euros).

 

Le mécanisme ARIZ est une assurance pour le risque de financement de l’investissement privé. Avec la garantie partielle de portefeuille, le nouveau dispositif ARIZ II permet aux banques de développer leur activité de prêts en faveur des PME. Ce concours vise à appuyer la croissance économique et à favoriser le développement du secteur privé et des échanges commerciaux dans le pays et permettent le maintien et la création d’emplois. Deux garanties de portefeuille ont déjà été mises en place à Madagascar avec la MCB et la BFV-SG.

 

Vietnam : infrastructures urbaines à Da Nang et Can Tho

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’un financement de 20,5 millions d’euros (prêt de 20 millions d’euros et subvention de 500.000 euros) à la République du Vietnam pour le financement de programmes prioritaires d’infrastructures et d’équipements urbains à Da Nang et Can Tho.

 

Au Vietnam, l’urbanisation ne se limite pas aux mégapoles d’Hanoï et d’Ho Chi Minh Ville mais touche également des villes des zones urbaines des deux deltas (Mékong et Fleuve Rouge), du centre et du sud-est. Le concours sera affecté au fonds d’investissement et de développement local des villes de Da Nang et Can Tho, qui se sont affirmées comme des moteurs importants du développement socio-économique du pays. Il permettra de financer des infrastructures environnementales urbaines (traitement des déchets, assainissement et drainage, adduction en eau potable…) et l’intégration à la ville des populations vulnérables (logement des personnes modestes, formation professionnelle).

 

Ghana : aide budgétaire globale

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’une subvention de 21,687 millions d’euros à la République du Ghana pour contribuer au financement de son budget.

 

Le Ghana a enregistré des performances économiques soutenues au cours des dernières années, avec une croissance annuelle moyenne du PIB de plus de 6% entre 2004 et 2008. La mise en œuvre de politiques volontaristes par les autorités ghanéennes s’est traduite par d’importants progrès en termes d’indicateurs économiques et sociaux. En dépit de ces avancées, les enjeux de développement restent considérables, notamment pour davantage équilibrer le développement entre les différents groupes sociaux-économiques ainsi que dans l’ensemble du territoire.

 

Ce concours est accordé dans le cadre du Contrat de Développement et de Désendettement (CDD) signé en février 2008 entre le Ghana et la France pour la période 2008-2013. Il participe au programme d’appui budgétaire global multi-bailleurs.

 

Maroc : ligne à grande vitesse ferroviaire

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’un prêt de 220 millions d’euros à l’Office National des Chemins de Fer Marocain (ONCF) pour la réalisation de la première Ligne à Grande Vitesse (LGV) au Maroc.

 

Le projet de LGV, d’une distance de 200 km , permettra de relier Tanger et la ville de Kénitra, à proximité des centres politiques et économiques du pays. D’un coût de 1,8 milliard d’euros, sa mise en service est prévue pour fin 2015. L’ONCF, établissement public sous tutelle du ministère des transports marocain, bénéficie de l’appui de l’ingénierie française et le matériel sera livré par Alstom. Les questions environnementales et sociales du projet ont fait l’objet d’une attention particulière et l’ONCF développera des actions propres à valoriser ses effets positifs, économiques et urbains. Cette LGV constituera un outil puissant d’aménagement du territoire dans le nord du pays.

 

Turquie : investissements énergétique des PME

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’un prêt de 100 millions d’euros à Turkiye Halk Bankasi (Halkbank) pour le financement d’investissements d’efficacité énergétique des PME.

 

La croissance turque repose sur une consommation élevée d’énergies fossiles. Dans un contexte de renchérissement de ces ressources et de limitation des émissions de gaz à effet de serre, cette situation expose les PME turques à des risques de dégradation économique. De nombreux freins, techniques et financiers, tiennent les PME à l’écart des investissements d’efficacité énergétique, alors que le développement des énergies renouvelables peut constituer par ailleurs une contribution significative à la réduction de l’emprunte carbone du pays. Grâce à son expérience dans le domaine de la responsabilité sociétale des entreprises, la Halkbank, septième banque commerciale turque, devrait faciliter la réalisation de ces investissements.

 

Pays de l’UEMOA : extension de la couverture du risque maladie

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’une subvention de 5,4 millions d’euros à la Commission de l’UEMOA pour soutenir l’extension de la couverture du risque maladie dans les Etats membres de l’Union.

 

L’accès financier aux services de santé est difficile pour une grande partie de la population des pays du Sud et explique en partie des niveaux très bas de fréquentation des structures sanitaires publiques. Dans les Etats membres de l’UEMOA, la gratuité de certaines prestations de santé s’est développée ces cinq dernières années et une réflexion a été lancée sur des stratégies nationales de couverture du risque maladie.

 

Le projet accompagnera les Etats membres de l’UEMOA dans la conception et la mise en œuvre de leurs stratégies nationales d’extension de la couverture du risque maladie. En  permettant d’augmenter le nombre de personnes disposant d’une telle couverture, il aura des effets économiques (solvabilité de la demande de soins, ce qui dynamisera le secteur de la santé) et sociaux très importants.

 

Autorité palestinienne : station d’épuration à Gaza

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’une subvention de 4 millions d’euros à l’Autorité palestinienne pour la construction d’une station d’épuration régionale dans le nord de la bande de Gaza.

 

La station d’épuration de Beit Lahia reçoit les eaux usées des 250 000 habitants des municipalités de Jabalia, Um Al Nasser et Beit Hanoun. Construite par les israéliens en 1977, cette station fonctionne aujourd’hui à plus de quatre fois sa capacité nominale. Faute d’exutoire, ses effluents se sont répandus sur les terrains alentour et ont formé un lac, qui a couvert jusqu’à une superficie de 35 ha en 2009. A la demande de l’Autorité palestinienne, l’AFD, la Banque mondiale, les coopérations belges et suédoises et la Commission européenne ont mobilisé en 2005 un financement de 46 millions de dollars pour la réalisation d’un projet en deux phases, dont la première prévoyait la réalisation d’une station de pompage à Beit Lahia.

 

Le projet vise à mettre en œuvre la phase B du projet, avec la construction à Jabalia d’une station de traitement biologique d’une capacité de 35 600 m3/j. Cette station doit permettre de couvrir l’ensemble des besoins de la zone nord de la bande de Gaza à l’horion 2015 et de mettre en place un système de récupération agricole des eaux usées traitées. Ses impacts seront significativement positifs en matière d’amélioration des conditions de santé publique et de protection de la ressource.

 

Liban : valorisation du patrimoine à Tyr et Tripoli

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’un prêt de 21 millions d’euros à la République du Liban pour la deuxième phase du programme de valorisation du patrimoine et de développement urbain, à Tyr et à Tripoli.

 

Le Liban dispose d’un patrimoine riche et diversifié, témoignage des nombreuses civilisations qui s’y sont développées. Malheureusement, outre les dommages subis en périodes de guerre, ce patrimoine s’est vu largement négligé pendant de nombreuses années.  Dans ce contexte, le Programme de valorisation du patrimoine et de développement urbain, initié par la Banque mondiale au début des années 2000, doit permettre la revitalisation des centres historiques, tant d’un point de vue économique que social.

 

Le financement concerne la deuxième phase de ce programme. A Tyr, il permettra de réhabiliter les souks qui entourent le port, d’étendre la promenade côtière et de restaurer un caravansérail, en centre artisanal, et une ancienne tour d’observation, en office du tourisme. A Tripoli, il permettra notamment de réhabiliter les souks, d’harmoniser les façades des bâtiments qui longent le fleuve et de restaurer les habitations traditionnelles.

 

Syrie : développement urbain et environnement

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’un financement de 20,4 millions d’euros (prêt de 20 millions d’euros et subvention de 400.000 euros) à la République syrienne pour le financement de son programme Développement urbain et Environnement.

 

Le gouvernement syrien souhaite accompagner la rapide croissance urbaine et développer une politique locale d’aménagement territorial par une politique de décentralisation. L’AFD s’est associé au programme Infrastructures municipales et Environnement, porté par la Banque Européenne d’Investissement. Ce projet doit permettre de financer plusieurs projets prioritaires de développement urbain à vocation environnementale, mais également sociale ou économique, dans différentes villes ou gouvernorats (gestion des déchets, trafic et mobilité, assainissement, adduction d’eau potable, tourisme…). Le programme renforcera par ailleurs les capacités techniques et opérationnelles des gouvernorats et des municipalités et s’inscrira dans les processus de déconcentration et de décentralisation qui voient le jour en Syrie.

 

Afghanistan : relance de l’apiculture

 

Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé l’attribution d’une subvention de 3 millions d’euros à la République d’Afghanistan pour son Programme national de relance de l’apiculture.

 

En Afghanistan, moins de 10% le potentiel apicole est exploité, alors que le pays dispose d’un verger dont la production peut être accrue par le développement de l’apiculture. La relance d’une filière pourvoyeuse de produits à forte valeur ajoutée contribuera à la sécurité alimentaire et à l’amélioration des revenus en zones rurales. Les activités s’articuleront autour de quatre composantes : la formation et l’information des acteurs publics et privés ; l’approvisionnement en intrant ; la valorisation des produits et du rôle de la ruche ; la structuration professionnelle de la filière.

 

 

 

Etablissement public, l’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis près de soixante dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Elle met en œuvre la politique de développement définie par le Gouvernement français. Présente sur le terrain dans plus de 50 pays, l’AFD finance et accompagne des projets qui améliorent les conditions de vie des populations, soutiennent la croissance économique et protègent la planète : scolarisation des enfants, appui aux agriculteurs et aux petites entreprises, adduction d’eau, préservation de la forêt tropicale, lutte contre le réchauffement climatique… En 2009, l’Agence a consacré plus de 6,2 milliards d’euros au financement d’actions dans les pays du Sud et en faveur de l’Outre-mer. Ces financements concernent notamment la vaccination de 1,8 million d’enfants, l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable de 7,3 millions de personnes et le soutien de 900 000 emplois dans le secteur productif. Les projets d’efficacité énergétique sur la même année permettront d’économiser près de 5 millions de tonnes de CO2 par an.

 

www.afd.fr

 

Relations presse

AFD

Laure Weisgerber, weisgerberl@afd.fr - Tél.: +331.53.44.30.57

Anne-Sophie Morizot (Hopscotch), asmorizot@hopscotch.fr – Tél. : +331.58.65.00.88

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article