Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

Biodiversité et lutte contre la pauvreté : quelles opportunités pour l’Afrique ?

6 Septembre 2010 , Rédigé par APPA

Communiqué de Presse

 

Libreville le 06 septembre 2010

 

Le Gabon accueillera une conférence panafricaine de haut niveau pour définir des positions communes sur la biodiversité avant la Conférence de haut niveau de l'ONU et la Convention sur la diversité biologique COP 10

 

 

 

Libreville, la capitale du Gabon, accueillera du 12 au 17 septembre 2010 la première conférence panafricaine de haut niveau sur la biodiversité sur le thème : «Biodiversité et lutte contre la pauvreté : quelles opportunités pour l’Afrique ? ».

 

Cette conférence rassemblera des ministres de l’environnement de toute l’Afrique ainsi que des représentants de la Banque Africaine de Développement, du Programme des Nations Unies pour l’Environnement et d’autres parties prenantes afin de discuter et de formuler une position africaine commune en amont de la conférence de haut niveau de l’ONU sur la Biodiversité, qui aura lieu les 22 et 23 septembre à New-York, et de la dixième Conférence des Parties (COP 10), qui se tiendra à Nagoya au Japon en octobre.

 

Du 12 au 15 septembre sera organisé un segment technique réunissant des experts africains, internationaux et des ONG pour échanger et proposer des positions sur des grandes thématiques liées à la biodiversité, et notamment :

  • L’accès aux ressources génétiques et les bénéfices d’une coopération internationale sur ce thème ;
  • L’économie verte ;
  • Les liens entre biodiversité et changement climatique et entre biodiversité et désertification ;
  • La biodiversité et la lutte contre la pauvreté : quelles opportunités pour l’Afrique ?

 

Un segment ministériel du 16 au 17 septembre clôturera la conférence durant lequel les ministres des pays africains présents à Libreville étudieront les propositions des experts pour rechercher des positions communes.

 

Le ministre gabonais de l’environnement, Rufin Pacôme Ondzounga, a déclaré aux médias le lundi 6 septembre : « Tout l’enjeu aujourd’hui est de concilier les exigences du développement économique avec les exigences de la préservation de la nature. Nous sommes convaincus que nous pouvons trouver une voie et c’est le sens de cette conférence : avancer plus loin et de manière plus efficace, avec l’utilisation d’énergies plus propres, le développement d’activités économiques qui ne détruisent pas la nature, l’écotourisme, une meilleure cohabitation entre l’homme entre son milieu naturel. Il y a des solutions à trouver et nous y travaillons. »

 

La conférence de Libreville sur la biodiversité est organisée par le gouvernement du Gabon en partenariat avec le Secrétariat des Nations Unies de la Convention sur la diversité biologique (CBD), l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), la Commission de l’Union Africaine, la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA).

 

Les Nations Unies ont déclaré 2010 « Année internationale de la biodiversité ». 

 

Contacts:

1.      Pour toute demande d’accréditation à la Conférence de Libreville sur la Biodiversité, prière de contacter :

Mme Brigitte Anguile / Directrice de la Communication du Ministère de la Communication

Tel : +241 06 30 80 80

Courriel : b.illassa@yahoo.fr

 

2.      Pour toute demande d’informations ou d’entretiens, prière de contacter :

M. Raphaël Sourt / Africapractice

Tel : +241 07 24 89 82

Courriel : rsourt@africapractice.com


Le Gabon et l’environnement

  1. Le Gabon fait partie du Bassin du Congo, le plus grand écosystème tropical d’Afrique, qui constitue le second puits de carbone au monde après l’Amazonie. La protection de cet écosystème joue un rôle de premier plan dans les efforts internationaux pour réduire l’impact des changements climatiques. Le Bassin du Congo capture près de 15% des émissions mondiales de carbone.
  2. Le Gabon a protégé 11% de son territoire à travers un réseau de 13 parcs nationaux, classant le pays en deuxième place mondiale en termes de pourcentage de superficie protégée, derrière le Costa Rica, et exprimant clairement son intention de préserver cette ressource. 
  3. Le Gabon accueille une biodiversité d’une grande richesse : 680 espèces d’oiseaux, 98 espèces d’amphibiens, plus d’une centaine d’espèces de reptiles, 198 espèces de mammifères et plus de 6000 espèces de plantes.
  4. Le Gabon a signé en juin dernier un accord de coopération avec le Brésil et la France pour créer une agence d’études et d’observation spatiale. L’utilisation des technologies satellitaires permettra à tous les pays du Bassin du Congo de surveiller l’évolution de plus de 2 millions de kilomètres carrés de forêts tropicales humides.
  5. Lors d’une conférence organisée en 2009 à Londres par « the Prince of Wales Rainforests Project », le président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba, a qualifié l’atmosphère et l’ensemble des forêts de la Terre de « bien commun de l’humanité », et a appelé à « une vision commune… un nouvel ordre écologique mondial. »
  6. Dans un article publié par le quotidien britannique The Guardian en date du 21 mars 2010, le Président Ali Bongo Ondimba a déclaré : « La cohésion dont ont fait preuve les pays africains et la position commune qu’ils ont adopté à Copenhague lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques a lancé un signal très fort aux Africains et au reste du monde sur l’impact potentiel d’un vote africain commun. Si nous, les Africains, pouvons continuer à adopter des positions communes sur des grandes problématiques internationales, nous pourrons avoir bien plus d’influence au sein d’institutions multilatérales comme les Nations Unies et la Banque Mondiale, ce qui nous à jusqu’à présent toujours manqué. »

FIN

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article