Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

Cameroun/Nigeria : Petition otages francais

24 Février 2013 , Rédigé par APPA Publié dans #ONG-Associations.

Afrique terre de prédation !

La bande sahélienne est devenue territoire de prédation et de trafics en tout genre. On devine des ombres sournoises tapies derrière les dunes et de rachitiques buissons d’épineux, traquant comme un gibier dont le double tort est d’être passé par là, profitant de sa liberté de mouvement, et d’appartenir à la mauvaise race ou à la mauvaise religion. Des velléités plus conquérantes voient le jour. Au Nigeria, on rue dans les brancards. Le Mali sera le premier terrain d’expérimentation d’un état subsaharien sous le régime de la Charia. La conquête s’étend aux confins du Cameroun.

 

Les étoiles meurent sans un soupir. Les prédateurs sont ambitieux. Demain, le Cap.

Il y a quelques jours, un groupe dont l’appartenance reste indéterminée et les revendications inconnues, enlevait dans le nord du Cameroun, sur la frontière avec le Nigeria, une famille française « blanche », trois adultes et quatre enfants en bas âge. Devant une action aussi barbare, on est obligé de s’incliner. L’humain est vraiment capable de tout. Chapeau bas, les artistes. Vous avez atteint les limites de l’ignoble. Quels sont les objectifs, quelles sont les motivations de ces brigands ? Se revendiqueraient-ils de l’islam ?  Cette religion, l’une des plus grandes de l’humanité, serait-elle le moteur de leur action ? Est-ce au nom d’une guerre sainte de l’Orient contre l’Occident qu’ils peuvent se permettre de ne pas faire de quartier, d’empester l’Afrique qui, même dans leur logique folle, ne leur a rien fait, et d’inclure les enfants parmi leurs captifs de guerre ?

 

Imaginez à quel point j’en suis. Imaginez que dans l’écoeurement qui m’envahit, j’en arrive à espérer que ces individus soient de simples petits bandits de grands chemins. Il en a existé même au nord du Cameroun, que l’on nommait les coupeurs de route. J’en finis par espérer qu’ils aient enlevé cette famille pour de vils motifs crapuleux. Mais si c’est au nom d’une religion et d’une guerre sainte...

 

Imaginez que dans mon incapacité à apporter une aide quelconque à ces otages – je n’ai que la plume et le verbe pour armes -, imaginez que j’en arrive à souhaiter dans mon désespoir, que leurs bourreaux soient de petites bêtes qui essaient comme certains pensent, de les vendre à des groupes mieux constitués et plus idéologisés. Vous me pardonnerez cette implication épidermique à laquelle je ne vous ai pas habitués. Mais je suis pris aux tripes, à cause de ma condition de père, à cause de ma double appartenance, camerounaise et française, car le drame qui se joue, concerne mes frères humains, mes concitoyens français et a démarré sur la terre où est enterré mon placenta.

Au Cameroun on observe depuis toujours, une sérénité et une fraternité citoyenne entre les religions et les ethnies qui composent le pays. Il ne s’agit point d’une cohabitation ou d’une insipide coexistence pacifique, mais d’une fraternité franche et pure. La religion n’encombre pas l’espace public et personne ne se réclame d’elle pour poser un acte ou une revendication. Sur la base ethnique, tout le monde reconnaît les spécificités, les forces et les faiblesses des uns et des autres. Mais il n’y pas plus de conflictualité parmi ces ethnies, qu’entre les Basques et les Bretons. Il y en a bien moins qu’entre les Flamands et les Wallons de Belgique, les Hutus et les Tutsis. Depuis la constitution de la nation, il n’y a dans ce pays, ni guerre de religions, ni guerre tribale, ni guéguerre anticolonialiste. Le Blanc n’est pas pris à partie à cause de sa race, de sa religion ou des actes de ses aïeux. Aucun dignitaire religieux de l’islam ne signera une fatwa contre un hypothétique axe blanc du mal ou ennemi d’Allah. Alors, pour toutes ces raisons, le Cameroun ne méritait pas que des illuminés ou des brigands venus d’ailleurs, commettent sur son territoire leur acte ignoble dont il est clair, qu’ils soient des brigands ou des religieux, qu’il repose sur une certaine conception de l’islam.

 

Je vous écris aujourd’hui, chers amis, pour une raison bien simple. Nous avons mis en ligne une pétition exigeant la libération immédiate et sans condition des otages enlevés sur le sol camerounais. Cette pétition a été introduite par moi-même et par une jeune élue française, de la même double appartenance que moi. Je sollicite de tout cœur votre soutien.

 

Je sollicite que tous les lecteurs manifestent leur sympathie au Cameroun, mais surtout à la famille éprouvée qui ne mérite pas cela, en signant massivement cette pétition. Impliquez vos amis, vos familles, vos réseaux, vos collègues, pour que la voix de l’amitié et de la paix, étouffe les croassements des corbeaux de la haine. 

Je joins le lien pour accéder à cette pétition.

 

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/gouvernements-fran%C3%A7ais-et-camerounais-lib%C3%A9ration-de-la-famille-moulin-fournier-3

 

Au cas où vous auriez des difficultés à y accéder par cette voie, utilisez donc la bonne vieille méthode des mots clés. Entrez dans le moteur de recherche Google, les mots suivants : pétition cameroun otages dubos kelman.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

voyance par mail gratuite 16/03/2016 13:28

Un blog de haute qualité.C'est le type de blog qui me plaît et dont lesquels je partage mon point de vue modeste.