Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

Congo/Central African Republic: LRA Victims Appeal to Obama

11 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #ONG-Associations.

[En Français ci dessous]

 

For Immediate Release

 

***Multimedia Available***

Congo/Central African Republic: LRA Victims Appeal to Obama
US Should Act to Protect Civilians From Atrocities, Arrest War Crimes Perpetrators

(Washington, DC, November 11, 2010) – Victims of atrocities by the Lord’s Resistance Army (LRA) have sent emotional personal pleas to US President Barack Obama, calling for urgent action to end attacks by the rebel group, Human Rights Watch said today.

Human Rights Watch conducted five research missions to northern Democratic Republic of Congo and the Central African Republic between May and September 2010, in areas where few outsiders have traveled. Researchers spoke with hundreds of victims, took their testimony, and recorded their messages to Obama and other world leaders. Based on an analysis of this and other information gathered in the region, Human Rights Watch called for a comprehensive international strategy that places at its core the protection of civilians.

Human Rights Watch on November 11, 2010, posted dozens of the video postcards, testimonies, and letters from adults and children in the region, appealing to Obama and other world leaders to help end the suffering inflicted by the LRA.

“Even in the crush of politics at home, President Obama and other world leaders should respond to the desperate cries of the LRA’s victims,” said Anneke Van Woudenberg, senior Africa researcher at Human Rights Watch. “His leadership is urgently needed to work with governments in Europe and Africa to protect civilians and arrest the war criminals responsible for the attacks.”

The LRA, an especially brutal rebel group that has caused havoc in the central African region, has killed at least 2,385 civilians and abducted over 3,054 others since September 2008, when regional peace talks collapsed, according to Human Rights Watch and United Nations documentation. With the LRA attacking villages in remote areas with limited communications, roads, and other infrastructure, the actual number of victims is probably far higher.

One community leader was forced to flee his home in Digba village, northern Congo, after the LRA attacked. He told Human Rights Watch: "There are many dead. The LRA abducted our people, whipped them, tied them up, killed them, and burned our homes. We have truly suffered a lot because of the LRA."

In May, Obama signed legislation requiring the US government to develop within 180 days a comprehensive, multilateral strategy to protect civilians in central Africa from LRA attacks and to take steps to stop the rebel group’s violence. Under the law, the new strategy is due by November 24.

The LRA was pushed out of northern Uganda in 2005 after fighting the government for nearly two decades. The rebel group now operates in the remote border regions of northern Congo, the Central African Republic, and Southern Sudan.

Many of the LRA victims were beaten to death, or their skulls were crushed with heavy wooden sticks, Human Rights Watch said. LRA combatants tied others to trees, then sliced their heads with machetes. The LRA forces abducted children to kill family members and neighbors who try to escape, are tired or weak, or whom the LRA decides it does not need.

In an attack in Duru, northern Congo, on August 28, five LRA combatants abducted eight civilians less than a kilometer from a UN peacekeeping base, and that night brutally killed three of the young men taken with knives. A woman and 16-year-old girl released the next morning told Human Rights Watch that the LRA gave them a message for the Congolese army: “We are nearby, and we will be back soon.”

The LRA is estimated to have between 200 to 400 armed combatants, plus hundreds of abductees. It has no coherent political objectives and no popular support. It is able to replenish its ranks only by abducting children, and sometimes adults, who are exposed to immense brutality and forced to fight. Three of the LRA’s leaders – Joseph Kony, Okot Odhiambo, and Dominic Ongwen – are sought by the International Criminal Court (ICC) under arrest warrants issued in July 2005 for war crimes committed in northern Uganda. All three remain at large and have been implicated in new atrocities.

Ongoing military operations against the LRA, led by the Ugandan army alongside national armies from the region and supported by the US government, have failed to capture the LRA’s top leaders or end LRA attacks on civilians. The Uganda army and their allies appear to lack the capability, will, or expertise to apprehend the LRA’s top leaders, even though they have come in close proximity to some senior commanders on several occasions in the past year.

In an earlier letter to Obama, Human Rights Watch urged the US government to use its diplomatic clout to bring together like-minded world leaders who can commit political will, resources, intelligence, and assistance for specialized units capable of arresting the LRA’s top leaders wanted for war crimes and rescuing abductees, while at the same time significantly enhancing UN, regional, and local capacities to protect communities at risk of attack.

“The LRA’s top leaders can be found, but the current strategy of supporting Ugandan army operations is clearly not working,” Van Woudenberg said. “A new approach is needed to protect civilians and to bring together improved intelligence and capable units to apprehend the LRA’s top leaders. Otherwise, the LRA’s grave threat to civilians will continue.”

Human Rights Watch has also called on the UN Security Council to step up its efforts and advance capabilities such as rapid response to protect civilians in areas affected by the LRA’s violence. While three peacekeeping missions are in the affected areas, they lack a cross-border mandate that would allow them to address the full scope of the LRA problem, and they are not focused on addressing LRA violence.

The UN peacekeeping force in Congo, MONUSCO, is the largest in the region, with nearly 18,000 troops, but only 850 UN peacekeeping troops are in the LRA-affected areas. No peacekeepers are based in Bas Uele district, on the border with CAR, despite repeated LRA attacks and abductions in the area over the past 20 months. The UN has no peacekeepers in LRA-affected areas in CAR, and only a handful of UN humanitarian staff. The United Nations Mission in Sudan (UNMIS) is present in Western Equatoria but has also proven ineffective at protecting civilians from LRA attacks.

“The UN’s response to attacks on civilians and its assistance to those in need has been woefully inadequate, so at the very least the UN needs to deploy more of its existing forces to LRA-affected areas,” Van Woudenberg said. “The UN Security Council should urgently discuss this regional threat and commit further action and resources to protect civilians at risk from the LRA.”

Based on recent reports, the LRA’s leader, Joseph Kony, may have moved to the border region between the Central African Republic and South Darfur, an area controlled by Sudan’s Khartoum government. In the past, Sudan provided important military support to the LRA.

Human Rights Watch called on the Sudanese government to ensure no support of any kind is provided to the LRA, and urged the US government and other world leaders to pressure the Sudanese government to ensure that the LRA does not find refuge in Darfur. Sudan’s president Omar al-Bashir is also wanted by the ICC for crimes against humanity in Darfur.

To view a special multimedia feature that includes video messages from victims of the LRA to President Barack Obama, please visit:
http://www.hrw.org/en/node/94226

To download or embed video footage and a high-resolution photo, please visit:
http://hrwnews.org/distribute/lra_dearobama_102810/preview.html

 

For more information, please contact:
In London, Anneke Van Woudenberg (English, French): +44-207-713-2786; or +44 (0) 77-11-66- 4960 (mobile); or woudena@hrw.org

In Kampala, Ida Sawyer (English, French): +256-77-814-3581 (mobile); or sawyeri@hrw.org

In Washington, DC, Tom Malinowski (English): +1-202-612-4358; or +1-202-309-3551 (mobile)

In New York, Rona Peligal (English): +1-212-216-1232; +1-917-363-3893 (mobile); or peligar@hrw.org
In Brussels, Reed Brody (English, French, Portuguese, Spanish): +32-2737-1489; or +32-498-625786 (mobile)
In New York, Philippe Bolopion (English, French): +1-212-216-1276; or +1-917-734-3201 (mobile)

 

 

Accounts from LRA Victims

 

Claude, a 14-year-old boy from Dakwa village (Bas Uele District, northern Congo):

Claude [not his real name] was taken by the LRA on June 2, 2009, when the rebels abducted about 55 people from Dakwa.

“The LRA attacked around 9 p.m. while everyone in the village was gathered for my brother’s funeral,” he told Human Rights Watch. “They came suddenly and started grabbing people, tying our wrists behind our backs and tying us to together in a chain.”

Claude explained that the LRA fired in the air, killed a policeman, and looted medicine, rice, peanuts, chickens, and other goods from the village, then forced their captives, including Claude, to transport the stolen goods into the forest. The adults were freed the next day, but the LRA kept Claude and the other children and took them to their temporary camp. Claude told Human Rights Watch how he was forced to kill two children who tried to flee from the LRA.

“The other children and I had to beat them over the head with large wooden sticks,” he said. “One was a 12-year-old boy from Banda, and the other was a 14-year-old boy from Bayule village.”

Claude also had to kill several adults the LRA had captured. “They often captured adults to transport things, but whenever we arrived at the base, they would order us to kill them,” he said. Claude managed to escape after nearly a year in captivity with the LRA.

“My message to President Obama is a plea for him to do all he can to save the kids who are still with the LRA and to make all the LRA combatants go home,” Claude said.

Eveline, a 12-year-old girl from Botolegi village (Bas Uele District, northern Congo):
Eveline [not her real name] was abducted in December 2009 with three other children from her village:

 

When we got to the chief’s camp. I was given to be the wife of an LRA named Nyogo. I was his servant and wife. He was very mean and aggressive, especially on days when he had to kill people. When they brought people to the camp, they wouldn’t free the adults because they were afraid they might show the camp to the soldiers. That’s why they made us kill them. I can’t remember how many people I killed in total – one day four people, another day three people. They tied the victims’ hands behind their backs and also tied a cord around their legs and sometimes around their neck. They would force the person to lie on the ground, with their face to the ground. Then if the LRA wanted us to kill them, they would give us a piece of wood and tell us to hit them on the head.”

 

Eveline managed to escape when the LRA was attacked near Samungu in June 2010.

 

“The message I have for President Obama and the international community,” she said, “is that I want them to move the [LRA] out of Congo, and free all the children who are trapped in their hands.”

Bridget, a 47-year-old woman from Kpanangbala village (Haut Uele District, northern Congo):
Bridget was sitting outside her home with her husband and brother when a group of LRA attacked her village. She tried to flee but the LRA grabbed her. They stabbed her husband to death in front of her and looted her home. Bridget managed to run away, but the LRA tied up her brother and marched away with him, back into the forest. Three days later, Bridget found his body. He and five other men had been stabbed to death deep in the forest outside her village.

“I’m not at ease because of all that I have seen,” she said. “My hope is that the international community can take measures to sanction the rebels who killed my husband and brother, and make them leave Congo. We have suffered far too much.”

Emmanuel, president of an LRA victims’ association in Obo (CAR):
Emmanuel is a 32-year-old man from Obo in southeastern CAR. On March 6, 2008, he was abducted by the LRA along with at least 46 other civilians and forced to march hundreds of kilometers to the LRA’s camp in Garamba National Park in Congo. Emmanuel was held captive and pressed into forced labor by the LRA. He only managed to escape 18 months later.

“I suffered so much as a result of the Tongo Tongo [local name for LRA],” he said. “I lived through and witnessed many crimes, I killed people, and I have come back with tragically painful scars. I am not myself, and I don’t have the means to do much or to cultivate the farm like I used to do. I take the opportunity now to ask my president Barack Obama to help us …Many of our brothers, our children, our mothers, and our fathers are dead because of the [LRA].” 

 

 

Pour diffusion immédiate
***Présentation multimédia disponible***

RD Congo / République centrafricaine : Les victimes de la LRA lancent un appel au Président Obama
Les États-Unis doivent agir pour protéger les civils contre les atrocités et faire arrêter les auteurs de crimes de guerre

(Washington, le 11 novembre 2010) – Les victimes d’atrocités commises par l’Armée de résistance du Seigneur (Lord’s Resistance Army, LRA), ont adressé de vibrantes suppliques personnelles au président américain Barack Obama, l’enjoignant d’agir d’urgence pour mettre fin aux attaques du groupe rebelle, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Entre le mois de mai et le mois de septembre 2010, Human Rights Watch a effectué cinq missions de recherche dans le nord de la République démocratique du Congo et en République centrafricaine, dans des zones où peu d’étrangers ont pu se rendre. Les chercheurs se sont entretenus avec des centaines de victimes, ont recueilli leurs témoignages et ont enregistré leurs messages au président Obama ainsi qu’à d’autres dirigeants mondiaux. Après examen de ces témoignages et sur la foi d’autres informations recueillies dans la région, Human Rights Watch a appelé à une stratégie internationale complète centrée sur la protection des civils.

Le 11 novembre 2010, Human Rights Watch a mis en ligne des dizaines de « cartes postales » vidéo, des témoignages ainsi que des lettres d’adultes et d’enfants de la région, appelant le président Obama et d’autres dirigeants mondiaux à agir pour mettre fin aux souffrances infligées par la LRA.

« Quelles que soient les pressions politiques auxquelles ils font face dans leurs propres pays, le président Obama et les autres dirigeants mondiaux devraient répondre aux cris désespérés des victimes de la LRA », a déclaré Anneke Van Woudenberg, chercheuse senior sur l’Afrique à Human Rights Watch. « Le leadership du président américain est primordial pour amener les gouvernements européens et africains à travailler sans plus attendre pour protéger les civils et arrêter les criminels de guerre responsables de ces attaques. »

La LRA est un groupe rebelle particulièrement brutal qui, depuis l’échec des pourparlers de paix régionale en septembre 2008, sème la terreur en Afrique centrale. Ce groupe a tué au moins 2 385 civils et enlevé près de 3 054 autres, selon des rapports publiés par Human Rights Watch et les Nations Unies. Compte tenu des attaques menées par la LRA contre des villages dans des régions isolées, dépourvues d’infrastructures, et où les routes et les communications sont quasi-inexistantes, le nombre réel de victimes est probablement beaucoup plus élevé.

Un dirigeant local a été contraint de fuir sa maison située dans le village de Digba, dans le nord du Congo, après une attaque de la LRA. Il a expliqué à Human Rights Watch : « Il y a beaucoup de morts, la LRA enlève les gens, les fouette, les ligote, les tue et brûle nos maisonsNous avons vraiment beaucoup souffert à cause de la LRA. »

Au mois de mai, le président Obama a signé une loi exigeant que le gouvernement américain mette en place dans les six mois une stratégie globale et multilatérale pour protéger les civils en Afrique centrale contre les attaques de la LRA et mettre un terme aux violences commises par le groupe rebelle. Selon cette loi, cette nouvelle stratégie devrait être en place le 24 novembre.

La LRA a été chassée du nord de l’Ouganda en 2005, après avoir combattu le gouvernement de ce pays pendant près de deux décennies. Le groupe rebelle mène actuellement ses actions dans les régions frontalières reculées du nord du Congo, en République centrafricaine et dans le sud du Soudan.

Bon nombre des victimes de la LRA ont été battues à mort ou ont eu le crâne fracassé à coups de gourdin, a déclaré Human Rights Watch. Les combattants du groupe armé attachent d’autres victimes à des arbres puis leur tranchent la tête avec une machette. Les forces de la LRA ont enlevé des enfants, et les obligent à tuer des membres de leurs familles et des voisins si ceux-ci tentent de s’échapper, exhibent des signes de fatigue ou de faiblesse, ou ont perdu leur utilité aux yeux de la LRA.

Lors d’une attaque menée à Duru, au nord du Congo, le 28 août, cinq combattants de la LRA ont enlevé huit civils, à moins d’un kilomètre d’une base des forces de maintien de la paix des Nations Unies, et ont brutalement tué à coups de couteau trois des jeunes hommes capturés. Une femme et une jeune fille de 16 ans relâchées le lendemain matin ont déclaré à Human Rights Watch que la LRA leur avait donné un message pour l’armée congolaise: « Nous ne sommes pas loin et nous serons bientôt de retour. »

La LRA compte entre 200 et 400 combattants armés, auxquels s’ajoutent quelques centaines de personnes enlevées. Le groupe armé n’a pas d’objectifs politiques cohérents, et ne dispose d’aucun soutien populaire. La LRA ne peut regarnir ses rangs qu’en enlevant des enfants et parfois des adultes qui sont soumis à une immense brutalité et forcés à combattre. Trois des dirigeants de la LRA – Joseph Kony, Okot Odhiambo et Dominic Ongwen – sont recherchés par la Cour pénale internationale (CPI) et sous le coup de mandats d’arrêt émis en juillet 2005 pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis dans le nord de l’Ouganda. Ces trois hommes continuent pourtant de se déplacer en toute liberté, et ont été impliqués dans de nouvelles atrocités.

Les opérations militaires actuelles contre la LRA, dirigées par l’armée ougandaise aux côtés d’autres armées nationales de la région et soutenues par le gouvernement des États-Unis, n’ont pas abouti à la capture des principaux dirigeants de la LRA ni à mettre fin aux attaques de la LRA contre des civils. L’armée ougandaise et ses alliés semblent ne pas avoir la capacité, la volonté ou l’expertise requises pour appréhender les chefs de la LRA, bien qu’ils se soient trouvés très près de certains de ses principaux commandants à plusieurs reprises l’année passée.

Dans une lettre envoyée précédemment au président Obama, Human Rights Watch a exhorté le gouvernement des États-Unis à user de son influence diplomatique pour susciter une action commune menée par les dirigeants mondiaux qui sont similairement préoccupés par cette situation. Ces dirigeants devraient faire preuve de volonté politique et consacrer des ressources financières – ainsi qu’une aide en matière de collecte de renseignements et d’autres formes d’assistance – visant à constituer des unités spécialisées capables d’arrêter les principaux chefs de la LRA recherchés pour crimes de guerre et délivrer les personnes enlevées. Ces unités renforceraient de façon importante la capacité de l’ONU ainsi que des forces régionales et locales à protéger les populations civiles vulnérables.

« Il serait d’ores et déjà possible de retrouver les principaux chefs de la LRA, mais il est clair que l’actuelle stratégie qui ne consiste qu’à soutenir les opérations de l’armée ougandaise ne fonctionne pas », a observé Anneke Van Woudenberg. « Une nouvelle approche est nécessaire pour protéger les civils, améliorer la collecte de renseignements et mettre sur pied des unités compétentes pour appréhender les principaux chefs de la LRASinon, la grave menace que la LRA fait peser sur les civils se poursuivra. »

Human Rights Watch a également appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à intensifier ses efforts et ses capacités d’intervention rapide pour protéger les civils dans les zones touchées par la violence de la LRA. Trois missions de paix sont actuellement affectées aux zones touchées par les violences, mais elles ne disposent pas de mandat transfrontière pour s’attaquer au problème d’envergure de la LRA, et n’ont pas comme objectif prioritaire d’empêcher les exactions de la LRA.

Avec près de 18 000 soldats, la force de maintien de la paix de l’ONU au Congo (MONUSCO) est la principale force de la région, mais seulement 850 Casques bleus sont déployés dans les zones soumises aux attaques de la LRA. Il n’y a aucun soldat de la paix dans le district de Bas Uélé, près de la frontière avec la RCA, en dépit des multiples attaques et d’enlèvements par la LRA dans cette région au cours des 20 derniers mois. Aucun Casque bleu n’est déployé dans les zones sous la menace de la LRA en République centrafricaine, où ne travaille qu’une petite équipe humanitaire de l’ONU. La Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) est présente dans la région de l’Équatoria occidental, mais s’est également avérée inefficace dans la protection des civils contre les attaques de la LRA.

« La réaction de l’ONU aux attaques subies par la population civile, et l’aide apportée aux nécessiteux, ont été lamentablement insuffisantes. L’ONU devrait au minimum commencer par déployer un plus grand nombre de ses forces dans les zones touchées par la LRA », a conclu Anneke Van Woudenberg. « Le Conseil de sécurité devrait discuter d’urgence de cette menace régionale, et s’engager à renforcer son action ainsi qu’à consacrer davantage de ressources à la protection des civils menacés par la LRA. »

Selon de récentes informations, le chef de la LRA, Joseph Kony, se serait déplacé vers la région frontalière entre la République centrafricaine et le Sud-Darfour, une zone contrôlée par le gouvernement de Khartoum au Soudan. Dans le passé, le Soudan a fourni un soutien militaire important à la LRA.

Human Rights Watch a appelé le gouvernement soudanais à s’assurer qu’aucune aide – sous aucune forme – ne soit fournie ’à la LRA, et a exhorté le gouvernement américain ainsi que les dirigeants mondiaux à faire pression sur le gouvernement soudanais pour empêcher que la LRA ne trouve refuge au Darfour. Le président soudanais Omar el-Béchir est également recherché par la CPI pour crimes contre l’humanité commis au Darfour.

Pour visionner une présentation multimédia spéciale incluant des messages vidéo adressés par des victimes de la LRA au président Barack Obama, veuillez suivre le lien :
http://www.hrw.org/en/node/94226

Pour télécharger ou mettre en ligne des séquences vidéo ainsi qu’une photographie haute-résolution, veuillez suivre le lien :

http://hrwnews.org/distribute/lra_dearobama_102810/preview.html

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
À Londres, Anneke Van Woudenberg (anglais, français) : +44-207-713-2786 ; ou +44 (0) 77-11-66- 4960 (portable) ; ou woudena@hrw.org
À Kampala, Ida Sawyer (anglais, français) : +256-77-814-3581 (portable) ; ou sawyeri@hrw.org
À Washington, Tom Malinowski (anglais) : +1-202-612-4358 ; ou +1-202-309-3551 (portable)
À New York, Rona Peligal (anglais) : +1-212-216-1232 ; ou +1-917-363-3893 (portable) ; ou peligar@hrw.org
À Bruxelles, Reed Brody (anglais, français, portugais, espagnol) : +32-2737-1489 ; ou +32-498-625786 (portable)
À New York, Philippe Bolopion (français, anglais) : +1-212-216-1276 ; ou +1-917-734-3201 (portable)

Témoignages de victimes de la LRA

 

Claude, un garçon de 14 ans du village de Dakwa (Bas Uélé, nord du Congo) :

Claude [pseudonyme] a été enlevé par la LRA le 2 juin 2009, lorsque les rebelles ont enlevé environ 55 personnes à Dakwa.

« La LRA a attaqué vers 21 heures alors que tout le monde dans le village était réuni pour l’enterrement de mon frère », a-t-il déclaré à Human Rights Watch. « Ils sont venus soudainement et ont commencé à nous attraper pour nous lier les poignets derrière le dos et nous attacher ensemble pour former une chaîne. » Claude a expliqué que la LRA a tiré en l’air, tué un policier, et piller le village en emportant des médicaments, du riz, des arachides, des poulets et autres marchandises ; puis ils ont forcé leurs prisonniers, y compris Claude, à transporter leur butin en forêt. Les adultes ont été libérés le lendemain, mais la LRA a gardé Claude et les autres enfants et les ont emmenés dans leur camp temporaire. Claude a dit à Human Rights Watch comment il a été contraint de tuer deux enfants qui tentaient de s’enfuir. 

« J’ai dû frapper la tête des autres enfants avec des gourdins », a-t-il dit. « L’un était un garçon de 12 ans de Banda et l’autre était un garçon de 14 ans du village de Bayule. » Claude a également été contraint de tuer plusieurs adultes que la LRA avait capturés. « Ils capturent souvent des adultes qu’ils utilisent au transport de leurs affaires et ils nous demandent de les tuer quand nous arrivons à leur base », a-t-il ajouté. Claude a réussi à s’échapper de la LRA après près d’une année de captivité. 

« Mon message au président Obama est qu’il fasse tout ce qui est en son pouvoir pour sauver les enfants qui sont encore aux mains de la LRA et de renvoyer tous les combattants de la LRA chez eux », a déclaré Claude. 

Eveline, une fille de 12 ans du village de Botolegi (district de Bas Uélé, nord du Congo) :
Eveline [pseudonyme] a été enlevée en décembre 2009 avec trois autres enfants de son village :

« Quand nous sommes arrivés au camp du chef on m’a donné à un combattant de la LRA du nom de Nyogo. J’étais sa servante et sa femme. Il était très méchant et agressif, surtout les jours où il devait tuer des gens. Quand ils amenaient des gens au camp, ils ne relâchaient pas les adultes de peur qu’ils n’indiquent l’emplacement du camp aux soldats. C’est pourquoi ils nous forçaient à les tuer. Je ne me souviens pas du nombre total de gens que j’ai tué – un jour quatre, un autre jour trois. Ils attachaient les mains des victimes derrière leur dos et aussi leurs jambes et quelques fois aussi leur attachaient une corde autour au cou. Ils forçaient la personne à s’allonger avec le visage face au sol. Ensuite, si la LRA voulaient que nous les tuions, ils nous donnaient un gourdin et nous demandaient de les frapper à la tête. »

 

Eveline a réussi à s’échapper quand la LRA a été attaquée près de Samungu au mois de juin 2010.

« Le message que j’ai pour le président Obama et la communauté internationale », a-t-elle dit, « c’est qu’ils les [la LRA] chassent du Congo et qu’ils libèrent tous les enfants tombés dans leurs mains. » 

Bridget, une femme de 47 ans du village de Kpanangbala (district de Haut Uélé, nord du Congo) : 
Bridget était assise devant sa maison avec son mari et son frère quand un groupe de la LRA a attaqué son village. Elle a essayé de s’enfuir, mais la LRA l’a rattrapée. Ils ont poignardé son mari à mort sous ses yeux et pillé sa maison. Bridget a réussi à s’enfuir, mais la LRA a ligoté son frère et l’a emmené dans la forêt. Trois jours plus tard, Bridget a retrouvé son corps. Lui et cinq autres hommes avaient été poignardés dans la forêt près de son village. 

« Je suis très perturbée par tout ce que j’ai vu », a-t-elle dit. « J’espère que la communauté internationale peut prendre des mesures pour sanctionner les rebelles qui ont tué mon mari et mon frère et les faire partir du Congo. Nous avons déjà beaucoup trop souffert. » 

Emmanuel, président d’une association de victimes de la LRA à Obo (RCA) : 
Emmanuel est un homme de 32 ans, originaire de Obo, au sud-est de la RCA. Le 6 mars 2008, il a été enlevé par la LRA avec au moins 46 autres civils et contraint de marcher des centaines de kilomètres jusqu’au camp de la LRA dans le parc national de Garamba au Congo. Emmanuel a été retenu captif et forcé de travailler pour la LRA. Il a seulement réussi à échapper 18 mois plus tard. 

« J’ai tant souffert à cause des Tongos Tongos [nom local donné à la LRA] », a-t-il dit. « J’ai survécu à de nombreux crimes dont j’ai été aussi le témoin ; j’ai tué des gens et je reviens avec des cicatrices tragiques et douloureuses. Je ne suis plus moi-même et je n’ai plus le goût ni les moyens de faire grand-chose ou de cultiver la ferme comme je le faisais. Je saisis l’occasion de demander à mon président Barack Obama de nous aider. Beaucoup de nos frères, de nos enfants, de nos mères et de nos pères sont morts à cause de la [LRA]. »

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article