Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

Le renforcement du partenariat stratégique entre le Gabon et la France

17 Juillet 2011 , Rédigé par APPA Publié dans #Ministères.

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE                     République Gabonaise

                                                                                                         Union - Travail – Justice                                                                    

          

 

                

                                                         

 

 

 

 

Communiqué de presse officiel du service de presse de la Présidence de la République Gabonaise

 

 

 

Le renforcement du partenariat stratégique entre le Gabon et la France

 

Libreville, le 17 juillet 2011 - Le Gabon a accueilli les 16 et 17 juillet le Premier Ministre François Fillon accompagné de plusieurs personnalités du gouvernement français et d’une délégation de chefs d’entreprise. A travers la signature de plusieurs conventions économiques et de coopération, cette visite a confirmé le visage des nouvelles relations « gagnant – gagnant » entre le Gabon et le France qui avaient été définies en février 2010 à Libreville par les Présidents Ali Bongo Ondimba et Nicolas Sarkozy et qui s’inscrivent en droite ligne de la stratégie de développement – « le Gabon Emergent » - mise en place par le chef de l’Etat gabonais

 

Signe à la fois des relations profondes qu’entretiennent les deux pays et du rayonnement de Libreville sur la scène internationale, le Gabon est le pays africain qui a reçu le plus de délégations françaises officielles de haut niveau. Après trois visites du Président Nicolas Sarkozy (juillet 2007, juin 2009, février 2010), le Premier Ministre François Fillon a effectué à son tour un voyage officiel au Gabon avec les ministres Pierre Lellouche, Secrétaire d’Etat au commerce extérieur, Henri de Raincourt, Ministre chargé de la coopération, et David Douillet, Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’Etranger. Une trentaine de chefs d’entreprise et directeurs (Biopost, BNP Paribas, Bolloré, Bouygues, Dupouy SBCC Gemalto, Gras-Savoye, Lafon, Necotrans, Rougier, Cassagne, Total, …) étaient également présents dans la délégation française pour signer des conventions et participer au forum économique Gabon – France.

 

 

Une reconnaissance du rayonnement diplomatique du Gabon

Le Président Ali Bongo Ondimba a reçu pour un entretien bilatéral le Premier Ministre français. Au cours de cet entretien, les deux hommes ont pu évoquer les grands dossiers de politique internationale et la mise en œuvre des différents accords qui avaient été signés entre le Président Ali Bongo Ondimba et le Président Nicolas Sarkozy à Libreville en février 2010 dans le cadre du nouveau partenariat stratégique voulu par le Gabon et la France.

 

Au-delà des relations traditionnellement fortes entre les deux pays, la fréquence des rencontres de haut niveau entre les responsables gabonais et français marque la reconnaissance du poids du Gabon sur les grandes questions internationales, tel que l’a souligné François Fillon devant le chef de l’Etat gabonais au cours du dîner offert le samedi soir pour la délégation française: « Depuis le 1er janvier 2010, l’ambition que vous nourrissez pour votre pays a pu s’exprimer à la tribune des Nations Unies puisque le Gabon fait parti des membres élus pour deux ans au Conseil de Sécurité. Je veux vous dire que cet engagement est précieux pour la Communauté internationale, confrontée à des crises qui pourraient très difficilement être résolues sans l’implication décisive de plusieurs chefs d’Etat africains. Je tiens à saluer à cet égard les positions courageuses et responsables prises par votre pays dans les crises ivoirienne et libyenne. »

 

En sa qualité de membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, le Gabon a voté en faveur de la résolution instituant la zone d’exclusion aérienne.

 

Lors de sa toute dernière Présidence du Conseil de Sécurité, en juin 2011, le Gabon a par ailleurs fait adopter une résolution pour apporter une réponse internationale exceptionnelle afin d’enrayer la propagation du VIH/Sida à travers le monde. Cette résolution souligne également le rôle important que les opérations de maintien de la paix des Nations Unies pouvaient jouer dans la réponse à l’épidémie. Le Gabon est également à l’origine de l’adoption par  l’Assemblée générale des Nations Unies le 21 décembre 2010 de la résolution 65/189 qui instaure tous les 23 juin la célébration de la « Journée internationale des veuves ».

 

 

Les nouvelles opportunités économiques du Gabon

Mais c’est le renforcement des liens économiques qui a occupé une place centrale au cours du séjour de François Fillon.

 

Si en 2011 la France est encore le premier fournisseur du Gabon, elle ne représente toutefois plus qu’une part de marché d’un peu plus de 35%, alors que le total des importations était de 10% supérieur au début des années 2000.

 

Or, l’ouverture économique du pays aux investisseurs et à de nouveaux partenaires décidée et mise en œuvre par le Président Ali Bongo Ondimba dans le cadre du « Gabon Emergent », et qui vise la diversification et l’industrialisation de l’économie gabonaise, présente aujourd’hui de nouvelles et multiples opportunités, dans un contexte de compétitivité accrue.

 

Samedi 17 juillet, en présence du Présidence Ali Bongo Ondimba, du Premier Ministre gabonais Paul Byoghe Mba et de son homologue français François Fillon, deux contrats ont été signés entre l’Etat gabonais et des entreprises françaises. Dimanche 17 juillet, un forum économique Gabon – France a rassemblé des représentants du patronat gabonais et la délégation de chefs d’entreprise qui accompagnait le Premier Ministre français.

 

 

Des contrats dans les secteurs des infrastructures et du bois

Un contrat de marché public a été passé entre l’Etat Gabonais (Ministère de l’Energie) et ETDE, filiale de Bouygues Construction, pour un montant de 48 millions d’Euros pour le développement de la phase II du réseau interconnecté (RIC) du Woleu Ntem, province du nord du Gabon. ETDE sera en charge d’installer un réseau de lignes à haute tension en zone rurale et de déployer des liaisons de fibres optiques. Ce projet concerne 110 villages (6 700 foyers). La phase I de ce projet d’électrification avait l’objet d’un contrat signé à l’occasion de la dernière visite au Gabon du Président Nicolas Sarkozy en février 2010. A travers cet investissement, l’Etat gabonais veut promouvoir le développement de l’arrière-pays en le dotant des infrastructures socio-économiques nécessaires à la création de nouveaux pôles de croissance pour l’économie locale.

 

Le deuxième contrat, d’un montant de 23 millions d’Euros a été signé entre l’Etat gabonais (Ministère des Eaux et Forêts) et LIGNAFRICA, joint-venture entre les groupes industriels forestiers français Rougier et Cassagne, et Forêt Ressources Management, un cabinet français d’ingénierie forestière. Il attribue à LIGNAFRICA l’exploitation durable d’un périmètre forestier de 39 000 hectares, dont 14 000 d’okoumés. Le projet est multi-facette : plantation et recherche et développement (clonage d’okoumés), protection de l’environnement (reboisement, valorisation des déchets) ; industrialisation (transformation locale d’okoumé). Il contribuera à créer 400 emplois permanents. Ce contrat répond à la politique mise en place depuis début 2010 par le Président Ali Bongo Ondimba pour doter le Gabon d’une véritable industrie forestière afin d’apporter plus de valeur ajoutée localement avant exportation et favoriser la création de richesses pour le Gabon et d’emplois qualifiés.

 

 

Forum économique Gabon France

Mais au-delà de la signature de ces deux conventions, les entreprises françaises doivent plus résolument saisir les opportunités que représentent les 3 piliers de la stratégie d’un Gabon émergent voulu et engagé depuis 20 mois par le Président Ali Bongo Ondimba.

 

Tel est le message que la partie gabonaise a voulu faire passer lors du forum économique Gabon France qui a réuni dans la matinée du dimanche 17 juillet des membres du patronat gabonais et la délégation de chefs d’entreprise français en présence du Ministre gabonais de l’Economie Magloire Ngambia et du Secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur Pierre Lellouche.

 

« Afin d’appuyer l’ambition de la politique du Gabon Emergent, nous faisons un effort particulier pour renforcer la compétitivité globale du Gabon en développant les infrastructures de transport, d’énergie, de communication, en apportant un intérêt particulier à la formation, en appuyant les activités moteurs de la croissance économique et en améliorant l’environnement des affaires. […] Nous avons déterminé certain secteurs prioritaires où l’expertise française est souhaitée : les hydrocarbures, les mines et la sidérurgie, le bois, l’agriculture et la pêche, le tourisme » a indiqué Magloire Ngambia.

 

A son tour, Pierre Lellouche a exhorté les entreprises françaises à être plus présentes : « La politique du Président Ali Bongo Ondimba a déjà attiré de nouveaux partenaires, dont la Chine et l’Inde. La compétition augmente et nous nous en rendons compte. […] Il n’y a plus de chasse gardée. Mais il n’y a pas de raison de s’en effrayer. Les entreprises françaises doivent le comprendre et en profiter pour tisser de nouveaux partenariats. »

 

 

Un partenariat gagnant – gagnant au niveau économique …

Lors du forum économique Gabon – France, deux conventions ont été signées qui illustrent le nouveau partenariat que les deux pays mettent en place et qui est basé sur la promotion des intérêts des deux parties à long terme.

 

La première convention a été signée entre la CPG (Confédération Patronale Gabonaise) et le MEDEF (Mouvement des entreprises françaises). Il s’agit d’un protocole d’accord visant à renforcer les liens entre les deux institutions et à conduire des actions de renforcement des capacités humaines grâce à des programmes de formation. Ce protocole d’accord complète une autre convention signée entre la Chambre de Commerce et d’Industrie de Libreville et HEC pour la mise en place de formations à destination des cadres du secteur privé.

 

Un tel programme de séminaires de formation et de sensibilisation existe déjà pour l’ensemble des agents de l’administration publique gabonaise. Le programme « HEC Emergence », voulu par le Président Ali Bongo Ondimba dans le cadre de son programme de réformes, a été conclu avec le Ministère du Budget pour permettre à l’administration publique gabonaise de mieux accompagner la mutation du Gabon vers l’émergence.

 

La troisième convention a été signée entre l’Etat Gabonais (Ministère de l’Economie) et l’AFD (Agence Française de Développement). Dans le cadre de l’accord de conversion de dettes, cette convention de financement d’un montant de 1,5 million d’Euros a pour objet la mise en place d’un bureau d’accompagnement à l’industrialisation de la filière bois au service des opérateurs locaux. Le BIB (Bureau Industrie Bois) vient en appui de la politique d’industrialisation décidée par le Président Ali Bongo Ondimba.

 

 

Et pour la protection de l’environnement

Autre illustration de ce partenariat gagnant- gagnant, cette fois dans le domaine de la protection de l’environnement, une présentation a été effectuée devant la délégation française de la politique des parcs nationaux du Gabon et du projet SEAS AGEOS.

 

Créée en février 2010, l’Agence d’Etudes et d’Observations Spatiales (AGEOS) sera dotée d’une station de réception d’images satellites avec un rayon de couverture de 2 800 kilomètres, lui permettant de couvrir une vingtaine de pays africains. Dans le cadre de cette agence, un programme de Surveillance de l’Environnement Assisté par Satellite (SEAS) a été développé sur la base d’une coopération tripartite entre le Gabon, le Brésil et la France afin de renforcer la gestion durable de l’environnement en Afrique Centrale, et notamment des 2 millions de kilomètres carrés de forêts du Bassin du Congo.

 

 

La confirmation d’un partenariat rénové et renforcé

Le Premier Ministre François Fillon a au final réitéré l’engagement de la France pour un partenariat rénové entre les deux pays, tel que défini en février 2010 entre les présidents gabonais et français, et au service de la stratégie du Gabon Emergent : « La France suit avec le plus grand intérêt la voie que vous avez choisie pour le développement de votre pays. Elle se tient prête à vous apporter son expertise chaque fois que vous le souhaiterez. Le partenariat d’aujourd’hui entre la France et le Gabon est une relation rénovée, dynamique et plein d’avenir. »

 

Le Président Ali Bongo Ondimba s’est pour sa part félicité de la mise en œuvre actuelle du Plan d’action du partenariat stratégique 2010 – 2014 : «La France, alliée traditionnelle du Gabon, a su intégrer dans une démarche de coopération gagnant – gagnant la montée en puissance du Gabon Vert, du Gabon Industriel et du Gabon des Services. […] La forte délégation qui vous accompagne et vous-même, avez pu mesurer combien le Gabon est le pays où les espoirs et les rêves sont encore et toujours possibles. »

FIN

 

 

La politique du Gabon Emergent

Depuis l’élection du Président Ali Bongo Ondimba en septembre 2009, le Gabon est entré dans une ère de changement grâce à une ambitieuse politique de réformes. Longtemps dépendant de ses exportations de matières premières, le Gabon est aujourd’hui déterminé à diversifier son économie et devenir un pays émergent à l’horizon 2025 grâce à une stratégie de développement durable baptisée Gabon Emergent. Cette stratégie repose sur trois piliers :

·       le Gabon Vert pour valoriser durablement le  formidable écosystème gabonais - 22 millions d’hectares de forêt, 1 million d’hectares de terres agricoles exploitables, 13 parcs nationaux, 800 kilomètres de littoral maritime – à travers l’industrie du bois, l’agriculture et l’écotourisme ;

·       le Gabon Industriel pour promouvoir la valorisation locale des matières premières, l'exportation de produits à forte valeur ajoutée et la diversification de l’économie nationale ;

·       le Gabon des Services pour valoriser les ressources humaines gabonaises avec l’objectif de devenir une référence régionale dans les services financiers, les nouvelles technologies de l’information, les métiers de l’économie verte, de l’enseignement supérieur et de la santé.

 

Concrétisation de la politique de réformes et d’ouverture du pays, le Gabon a attiré plus de quatre milliards de dollars d’investissements directs étrangers en 2010 dans le cadre de la signature de contrats avec des entreprises américaines, asiatiques et européennes.

 

 

Pour plus d’information, merci de visiter www.presidentalibongo.com ou contacter www.cocom.rggov.org

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article