Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

GABON : Un partenariat de 183 millions de dollars d’investissements pour le développement de la production de caoutchouc au Gabon

19 Mars 2012 , Rédigé par APPA Publié dans #Ministères.

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE                     République Gabonaise

                                                                                                         Union - Travail – Justice                                                                     

          

 

 

 

Communiqué de presse officiel du service de presse de la Présidence de la République Gabonaise

 

EMBARGO JUSQU’AU LUNDI 19 MARS 2012 5h00 TU / 6h00 LIBREVILLE

 

Un partenariat de 183 millions de dollars d’investissements pour le développement de la production de caoutchouc au Gabon

 

 

Libreville – le 19 mars 2012. 183 millions de dollars (91,5 milliards de francs CFA) vont être investis pour le développement d’une plantation de caoutchouc et d’une usine de transformation grâce à un partenariat entre le gouvernement gabonais et la multinationale singapourienne Olam.

 

La joint venture, dans laquelle le gouvernement gabonais aura une prise d’intérêts de 20%, permettra la création d’une plantation de 28 000 hectares dans la zone de Bitam (province du Woleu-Ntem, nord du Gabon). Après une phase de plantation qui commencera en 2013 pour s’achever en 2019, la première récolte est prévue pour 2020 avec, à terme, une capacité de production de 62,000 tonnes par an.

 

Dans la droite ligne de la politique de diversification et d’industrialisation de l’économie nationale mise en œuvre par le Président Ali Bongo Ondimba depuis 2009, une usine de transformation d’une capacité de traitement de 225 tonnes par jour sera également construite. La production de caoutchouc naturel transformé sera destinée à l’exportation dans le contexte d’une demande mondiale en hausse de 3,5% par an.

 

La confirmation de l’attractivité du Gabon auprès des investisseurs étrangers

 

Ce nouveau partenariat conclu avec la multinationale Olam, après celui des zones économiques spéciales de Nkok (région de Libreville) et de l’île Mandji (région de Port-Gentil) et celui pour le développement de 100 000 hectares de culture d’huile de palme, est un nouveau signe de l’attractivité du Gabon pour les investisseurs étrangers.

 

« L’un des éléments clés de notre stratégie à long terme est d’investir sur des cultures porteuses dans des pays qui possèdent un environnement compétitif dans ce secteur. Nous estimons que le Gabon est un des pays les plus compétitifs pour investir dans les plantations en caoutchouc du fait de la disponibilité des terres, de la qualité du sol, des conditions agro-climatiques et grâce au soutien sur le long terme et aux avantages fiscaux offerts par le gouvernement gabonais pour des projets de cette envergure » a déclaré le Director General  d’Olam (Gabon) Gagan Gupta.

 

Depuis l’élection du Président Ali Bongo Ondimba, le Gabon est entré dans une ère de changement grâce à une ambitieuse politique de réformes destiné à diversifier et à industrialiser son économie à travers une stratégie de développement durable baptisée  « Gabon Emergent ».

 

Cette politique d’ouverture économique et de réformes pour offrir un environnement des affaires plus compétitif à déjà permis au Gabon d’attirer plus de quatre milliards de dollars d’investissements directs étrangers depuis 2010 dans le cadre de la signature de contrats avec des entreprises américaines, asiatiques et européennes.

 

Un investissement en phase avec la politique du Gabon Emergent

 

Pour Magloire Ngambia, le ministre gabonais en charge de la Promotion des Investissements, ce nouveau projet s’inscrit en droite ligne des partenariats recherchés par le gouvernement gabonais et en cohérence avec la stratégie de développement du Gabon Emergent : « Le développement de ces 28 000 hectares de plantation de caoutchouc en partenariat avec Olam correspond à notre volonté de diversifier notre économie sur la base d’une réelle valeur ajoutée pour le Gabon. Cette valeur ajoutée est présente à la fois dans la construction d’une usine de transformation qui répond à notre ambition d’industrialiser notre économie, mais également au niveau des impacts socio-économiques de ce projet. A terme, plus de 6000 emplois directs et 5000 emplois indirects seront créés, avec en soutien un réel programme de formation assuré par Olam autant pour des postes qualifiés que pour la main d’œuvre nécessaire au niveau des plantations et de l’usine. Il s’agit donc pour nous d’un projet structurant qui s’inscrit en droite ligne avec notre plan stratégique pour faire du Gabon un pays émergent à l’horizon 2025 et pour le développement des zones rurales.»

 

Le ministre gabonais a également précisé que dans le cadre de ce projet, le partenariat entre le gouvernement gabonais inclus la construction de 3366 logements, d’écoles et d’un centre de santé. La constitution de ce nouveau basin d’emplois dans le nord du pays répondra ainsi aux meilleurs standards internationaux en termes de politique RSE (responsabilité sociale des entreprises)

 

Tout comme pour sa culture de palmiers à huile dans la zone de Kango (province de l’Estuaire, à 60 kilomètres au sud-est de Libreville), Olam a en effet conduit une procédure CLIP (Consentement Libre Informé Préalable) qui consiste à informer la population riveraine et à veiller à ce que les emplois créées bénéficient directement à la population des environs.

La dimension environnementale a également été prise en compte avec une étude d’utilisation des terres réalisée en amont et un bilan carbone, selon les nouvelles directives du Plan Climat du Gabon.

Les opportunités dans le secteur agricole

Dans le cadre du Plan Stratégique du Gabon Emergent, l’objectif du gouvernement est d’augmenter significativement la contribution de l’agriculture au PIB (actuellement de 5%) et d’assurer au Gabon son autonomie alimentaire en développant une agriculture, une pêche et une aquaculture modernes.

 

Un programme agricole de sécurité alimentaire et de croissance a ainsi été lancé par le gouvernement gabonais.

 

Les principales opportunités d’investissements concernent :

·        La production de biocarburant grâce au million d'hectares de savanes humides adapté au développement de cette filière ;

·        La production, d’ici 2012-2013, de 2500 tonnes par an de café et de cacao ;

·        La production d’huile de palme : l’objectif étant de produire à terme 1 million de tonnes d’huile de palme et de se positionner comme l’un des premiers exportateurs africains ;

·        Le développement de l’aquaculture et de la pêche.

 

FIN

 

Pour plus d’information, merci de contact Gagan Gupta, Directeur Général de Olam Gabon: gagan.gupta@olamnet.com

 

La politique du Gabon Emergent

Depuis l’élection du Président Ali Bongo Ondimba en août 2009, le Gabon est entré dans une ère de changement grâce à une ambitieuse politique de réformes. Longtemps dépendant de ses exportations de matières premières, le Gabon est aujourd’hui déterminé à diversifier son économie et devenir un pays émergent à l’horizon 2025 grâce à une stratégie de développement durable baptisée  Gabon Emergent. Cette stratégie repose sur trois piliers :

·        le Gabon Vert pour valoriser durablement le  formidable écosystème gabonais - 22 millions d’hectares de forêt, 1 million d’hectares de terres agricoles exploitables, 13 parcs nationaux, 800 kilomètres de littoral maritime – à travers l’industrie du bois, l’agriculture et l’écotourisme ;

·       le Gabon Industriel pour promouvoir la valorisation locale des matières premières, l'exportation de produits à forte valeur ajoutée et la diversification de l’économie nationale ;

·       le Gabon des Services pour valoriser les ressources humaines gabonaises avec l’objectif de devenir une référence régionale dans les services financiers, les nouvelles technologies de l’information, les métiers de l’économie verte, de l’enseignement supérieur et de la santé.

 

 

Pour plus d’information, merci de visiter www.presidentalibongo.com ou contacter www.cocom.rggov.org

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article