Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

Articles avec #ailleurs sur le web tag

Pourquoi Strauss-Kahn a perdu la partie

10 Juillet 2011 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

Depuis le 14 mai 2011 une triste affaire de viol présumé, vendue par la presse comme un feuilleton à rebondissements, passionne la planète. Mais il n’y a finalement guère de mystère sur l’issue de cette histoire. Strauss-Kahn a déjà tout perdu ou presque.

D'abord l'essentiel : l'honneur. A supposer que cela ait un sens pour lui et ses amis.

Par sa propre démission -qui est presque un aveu- il a aussi perdu son poste lucratif et prestigieux de directeur général du FMI avec l’humiliation de voir arriver comme successeur une femme, française et de surcroît adversaire politique.

Strauss-Kahn a vu du même coup son rêve s’effondrer. Il ne sera jamais président de la République et, même s’il réussit à passer entre les mailles des filets judiciaires américain et français, ce qui est très improbable, - et devrait l’occuper quelques mois sinon quelques années - il aura le plus grand mal à revenir en politique, même au plus modeste niveau.

A terme, il a perdu en outre, très probablement, le soutien de son épouse. Anne Sinclair a adopté l’attitude d’une femme qui défend son mari contre vents et marées. Très bien ! Respectons ce choix. Mais n'en a-t-elle pas beaucoup trop fait et sa posture arrogante n'a-t-elle pas desservi celui qu’elle prétendait aider ? Passer l’éponge sur une incartade est une chose, supporter l’humiliation d’être bafouée et contente pendant trente ans en est une autre, couvrir un viol présumé avec l’impudence que donne la fortune en est une troisième. Pendant combien de temps supportera-t-elle encore de n'être que la grosse dame qui règle les additions, comme dans les films des Marx brothers ? On peut comprendre qu’elle ait joué gagnant un homme qui lui permettrait de réaliser un rêve par procuration : entrer à l’Élysée. Mais jusqu’à quel point sa "magnanimité" affichée, dans laquelle je ne vois qu'une injure faite à toutes les femmes violées, lui permettra-t-elle de miser désormais sur un tocard ?

Si on enlève à Strauss-Kahn la fortune de sa femme et la perspective d’une réussite en politique, que reste-t-il ? Un brillant économiste selon certains admirateurs ? Soyons honnête : sa thèse « Économie de la famille et accumulation patrimoniale » et son livre sur « La richesse des Français », deux ouvrages publiés il y a plus de trente ans, ne le prédisposent guère au prix Nobel. Il reste donc un homme dont la célébrité reposera sur l’un des plus grands scandales sexuels de l’histoire et qui ne pourrait être intéressant, à la rigueur, s’il en avait le talent, qu’à travers une introspection littéraire sur propre cas. Le plus probable, c’est que Strauss-Kahn restera un cas d’études clinique et, certainement, un héros de la petite histoire au même titre que Gilles de Rais, le cardinal de Rohan, Félix Faure, John Profumo ou le cardinal Daniélou.

Les maladresses des bons amis

Ceux qui ont tenté de défendre Dominique Strauss-Kahn ne l’ont guère aidé, c’est sûr. Jacques Lang qui a tenté de minimiser le viol présumé en déclarant qu’il n’y avait « pas mort d’homme ». Jean-François Kahn qui ne voyait d’ans cette affaire qu’un banal « troussage de domestique ». Bernard-Henri Lévy pour lequel Strauss-Kahn n’était pas «un justiciable comme les autres » et qui invoquait, sans en comprendre, apparemment, l’ironie dans le cas d’espèce (d'autant qu'on imagine mal BHL en train de rire) l’adage « Rira bien qui rira le dernier ». Michèle Sabban qui dénonçait « un complot international ». Johnny Hallyday, lui-même accusé de viol en 2002, qui ne voyait dans les chefs d’inculpation visant Strauss-Kahn, que des « critiques odieuses ». Elisabeth Badinter pour laquelle tout cela n'est qu'une «possible injustice» (qui aurait frappé Strauss-Kahn, bien sûr, pas la victime présumée). Finkielkraut pour qui le fait d'oser porter une accusation contre un homme au-dessus de tout soupçon comme Strauss-Kahn équivaut à un... « viol ». Rien de moins ! Jean-Marie Le Guen qui déclarait encore le 5 juillet 2011 que Strauss-Kahn serait en 2012 « un atout considérable pour la gauche». Il ne manquait, pour compléter ce florilège, que la réaction de Roman Polanski lequel, heureusement, a gardé le silence.

Un dossier d’accusation accablant

Les injures et les calomnies déversées sur Nafissatou Diallo par les avocats et le communicants de Strauss-Kahn ne doivent pas faire oublier que les faits reprochés à l’ex-directeur général du FMI sont étayés, non seulement par le témoignage de Nafissatou Diallo qui n’a pas varié d’un iota, mais aussi par des preuves impossibles à réfuter qui corroborent ce témoignage : notamment un rapport médical et des expertises médico-légales accablants. Les mensonges de la défense de Strauss-Kahn qui, dans un premier temps, a tenté d’établir que le Français était déjà parti au moment des faits et que la présumée victime n’était « pas attirante » avant d’en venir à une « relation consentie » risquent de peser lourd le moment venu. Sans parler des tentatives du sexagénaire à l’encontre de deux autres employées de l’hôtel et de la présence nocturne d’une jeune femme dans les heures qui ont précédé l’agression : autant d’indices d’une libido pathologique.

L’attitude désinvolte d’un justiciable sûr d’être supérieur aux autres.

La posture arrogante de Strauss-Kahn qui, au motif qu’il avait partiellement recouvré la liberté, se voyait déjà disculpé et allait fêter l'événement avec sa femme au Scalinatella, l'un des plus huppés restaurants new-yorkais (600 dollars les pâtes aux truffes et le Brunello Di Montalcino pour porter un toast à la santé des rmistes Sarcellois) n’est peut-être pas de nature, quant on y réfléchit, à faciliter un abandon des charges. La décision provisoire d’un magistrat n’éloigne ni la perspective d’un procès, ni celle d’une condamnation avec la perspective d’un retour à Rikers island où le menu et la carte sont moins gastronomiques.

La quasi-certitude d'une lourde condamnation au civil.

Si, d'aventure, DSK échappait au pénal américain, il peu probable qu'il puisse s'en tirer au civil et, dès lors, il risque bel et bien d'être condamné pour les mêmes faits, sinon à la prison, du moins à de faramineux dommages-intérêts qu'Anne Sinclair ne sera peut-être pas disposée à payer.

L’ouverture d’un second front en France.

L’attitude de Tristane Banon qui, après avoir porté des accusations contre Strauss-Kahn, a refusé de venir témoigner dans le procès américain, s’explique très certainement par la volonté de ne pas réduire sa propre affaire à un banal épisode du dossier new-yorkais. Par ailleurs, on peut comprendre que la jeune femme, à laquelle le comité de soutien à Nafissatou Diallo apporte aujourd'hui ses encouragements, n’ait pas voulu s’exposer aux calomnies que pourraient utiliser contre elle les avocats de Strauss-Kahn dans la procédure américaine. L’ouverture d’une enquête préliminaire en France et la perspective d’une longue instruction qui pourrait déboucher sur un procès en cour d’assises risquent d’apporter à l’accusation américaine des éléments de toute évidence défavorables à Dominique Strauss-Kahn. En outre, avec l'entrée en scène de Banon, qui n'est ni "noire" ni musulmane, il va être plus difficile d'invoquer le "complot" et un "nouvelle affaire Dreyfus".

La politisation du dossier

Les féministes françaises, habituées à voir les victimes de viol calomniées par les violeurs, ont adopté une attitude courageuse qui doit rappeler que la discrimination sexuelle va généralement de pair avec la discrimination raciste. De ce point de vue, c’est à bon droit que la diaspora africaine, en France à travers le comité de soutien créé dès le 24 mai 2011, puis aux USA, avec la mobilisation des syndicats et des militants pour les droits civiques , a vu dans les attaques portées contre Nafissatou Diallo la manifestation d’un racisme à peine dissimulé. Le hallali négrophobe auquel on a assisté à partir du 1er juillet 2011 a été en effet d’une violence rarement atteinte depuis les années soixante. Bien sûr, la couleur de Nafissatou Diallo n’a jamais été invoquée explicitement pour justifier ces attaques. Ce qui a en effet changé depuis les années soixante, c’est que le racisme au premier degré n’est plus socialement tolérable dans la société occidentale. Cependant, il faudrait être de bien mauvaise foi pour soutenir que l’acharnement contre Nafissatou Diallo, traitée, pendant une semaine, et sans aucune preuve, non seulement par des journaux à scandale, mais par des organes de presse dit « respectables », de menteuse, de complice de trafic de drogue et de prostituée, n’a absolument rien à voir avec sa couleur, ses origines ni sa religion. Le lynchage en règle auquel on a assisté, n otamment dans la presse française de gauche, n’est absolument pas contradictoire avec l’attitude première qui a consisté à sanctifier Nafissatou Diallo. Au contraire. Les préjugés contre les femmes africaines ou afro-descendantes s’expriment de deux manières qui semblent figées depuis le XVIe siècle. Tantôt on a recours au stéréotype paternaliste de la «vraie noire» qui serait en adéquation avec la nature, tantôt à celui de la « fausse noire » dénaturée par le contact avec l’Occident.

Dans les deux cas, prévalent de grossiers préjugés qui réduisent la femme africaine aux fantasmes sexuels projetés sur elle par des anciens pays colonisateurs et esclavagistes. Ce sont, de toute évidence, ces fantasmes qui ont allumé la libido de Strauss-Kahn et peut-être amené cet homme à des actes de violence, suite au refus de Nafissatou Diallo de se plier aux fantasmes de l’ancien maire de Sarcelles. Pour plus de détails, on se reportera aux intéressants travaux de Yann Le Bihan, chercheur en psychologie sociale.

Pendant un mois, Nafissatou Diallo a donc été hypocritement présentée comme une « vraie noire » issue d’un village africain utopique et en tout point conforme aux villages mis en scène dans les expositions coloniales des années trente. C’était une bonne musulmane, issue d’une famille respectée. En « bonne sauvage », elle était incapable de mentir. Tout a basculé en quelques heures. Nafissatou Diallo est devenue une « fausse noire » vénale pervertie par le contact avec la société américaine et incapable de s’acculturer, du fait de son « infériorité » naturelle. On a insisté sur l’argent dépensé pour des soins jugés futiles pour une « vraie noire » – coiffure, instituts de beauté. Bien sûr, il a tout de suite été affirmé que le financement de ces dépenses futiles était assuré par des hommes. Nafissatou a été immédiatement traitée de prostituée par toute la presse occidentale, en précisant qu’il s’agissait d’une « filière guinéenne » pour replacer la prostitution dans un contexte spécifiquement africain. Les calomnies distillées par les avocats et communicants de Strauss-Kahn dans le peu reluisant New York Post étaient reprises presque sans réserves dans Libération et même dans Le Monde. Des conversations téléphoniques, jamais rendues publiques, mais citées par de mystérieuses sources « proches du dossier » révélaient que Nafissatou avait des liens avec des trafiquants de drogue (qui eux, soit dit en passant, ne semblent pas profiter de la présomption d’innocence). Bien sûr, la « fausse noire » avait tout de suite flairé la bonne affaire et appelé son complice – noir évidemment – pour en parler avec lui.

Il ne manque plus à Nafissatou, pour faire bonne mesure et confirmer la théorie du complot international, que l’imputation de relations avec des terroristes islamistes. Ce qui, finalement, va peut-être venir. On compte sur Taylor, Brafman et Khiroun pour nous régaler encore de leurs affabulations et de leurs bobards.

La suite sur http://www.claude-ribbe.com 

Lire la suite

Côte d'Ivoire : Des rebelles incendient un bus bondé d’élèves

28 Février 2011 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

Ils incendient un bus bondé d’élèves

Ou pourquoi la France se réjouit que les rebelles aient réussi à couper les émissions de la télévision Nationale Ivoirienne.
Ces images risqueraient d'avoir un trop gros impact sur la tournure des évènements.


http://infoscotedivoire.net/fr/articles/26022011/article7.php

Des rebelles incendient un bus bondé d’élèves



     Des rebelles à la solde de Ouattara ont incendié un bus rempli d’élèves à Bel aire, un quartier de la commune de Yopougon

 

      La barbarie des militants du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix, RHDP, est loin d’avoir pris fin. Pour répondre à l’appel à la révolution lancé par leur mentor Alassane Ouattara, des militants du (RHDP) ont incendié un bus alors qu’il était rempli d’élèves à Bel Aire, un quartier de la commune de Yopougon, hier vendredi 25 Février aux environs de 10 heures. Ces élèves qui se rendaient tout simplement à l’école, ont failli être assassinés de façon tragique par des bandits de grand chemin à la solde d’Alassane Ouattara. Et la raison de cette barbarie n’est autre que d’empêcher les enfants d’aller à l’école.

 

Aucune perte en vie humaine n’a été déplorée, mais de nombreux blessés ont été évacués dans les centres hospitaliers de la ville d’Abidjan. En colère et pour riposter à cette énième tentative d’assassinat, les jeunes de la commune de Yopougon ont incendié trois gbakas (voitures communales de transport en commun), sensés appartenir aux militants du RHDP.

 

Mais les jeunes de la commune, ne se sont pas arrêtés à cet acte. Après avoir incendié les gbakas, ils ont pris d’assaut les quartiers précaires de ladite commune, pour chercher des caches d’armes et déloger toutes personnes suspectes. Et leur entreprise s’avèrera fructueuse puisque dans l’après-midi une cache d’armes a été découverte dans une mosquée et mise à la disposition des forces de l’ordre. Il semble évident que les jeunes de Yopougon veulent définitivement sécuriser leurs quartiers. Ils disent vouloir donner une leçon exemplaire aux partisans d’Alassane qui croient détenir le monopole de la violence en Côte d’Ivoire. Il ressort de leur propos que seule une riposte exemplaire et farouche peut mettre fin aux dérives de Ouattara et ses rebelles.

 

N’eut été la détermination des Forces de Défense et de Sécurité, Yopougon aurait été le théâtre d’un affrontement sanglants entre les jeunes patriotes de Yopougon d’un coté, qui, jusqu’ici sont restés calmes et loin de toute prise de position, par amour pour la Côte d’Ivoire et les rebelles de l’autre coté. Une fois encore les Forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire ont fait preuve de bravoure pour empêcher le pire de se produire à Yopougon, en tirant des coups de sommation en l’air pour disperser les foules.

 

Pour l’heure les choses sont rentrées dans l’ordre mais la tension reste vive entre les deux camps. Les policiers du 16ème arrondissement se sont déployés dans toute la commune et ont érigé des barrages pour contrôler tous les mouvements. Ces signes et entreprises belliqueuses des pro-Alassane, ressemblent aux soubresauts d’une personne agonisante dont la mort n’est plus loin, a commenté un passant à l’endroit des rebelles.

 

Fatime Souamée

 

Lire la suite

REMISE du PRIX TCHICAYA U TAM’SI DE POÉSIE

5 Novembre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

REMISE du PRIX TCHICAYA U TAM’SI DE POÉSIE

Le 12 novembre 2010 à  11 heures

Centre de Formation et de Recherche en Art Dramatique (CFRAD) de Brazzaville

----------------------------------------------------

Pour sa première édition, le Prix Tchicaya U Tam’si de Poésie sera décerné le vendredi 12 novembre 2010 au CFRAD à 11 heures.

Pour mémoire, le Prix Tchicaya U Tam’si de poésie a été initié par l’association de même nom, établie en Région Parisienne, à l’occasion des cinquantièmes anniversaires de l’accès à l’indépendance des États africains et pour commémorer l’engagement de Tchicaya U Tam’si auprès de Patrice Emery Lumumba.

 

Le Prix sera décerné tous les ans. Les textes présentés au concours sont  inédits.

Pour la première session, le Prix honorera des auteurs issus de l’un des États intérieurs des bassins de l’Oubangui et du Congo, soit la République de Centrafrique, la République Démocratique du Congo et la République du Congo, dont les textes ont été reçus jusqu’au mois d’août 2010.

 

Le Prix Tchicaya U Tam’si de Poésie est doté d’une récompense globale de 1.000.000 F. CFA, soit 1500 € environ, à répartir entre trois lauréats à raison de :

 

– 1er Prix : 500.000 FCFA

– 2e Prix : 300.000 FCFA

– 3e Prix : 200.000 FCFA

 

Tous les amoureux de la poésie et les mécènes culturels sont conviés à cette remise des prix

 

Fait à Brazzaville, le 03 novembre 2010

 

Docteur Jean-Blaise BILOMBO SAMBA, Poète, Directeur du CFRAD

Léopold CONGO-MBEMBA, Poète, Chef du projet Prix Tchicaya U Tam’si  

 

 

Siège : 10, allée des Peupliers 95570 Bouffémont • Tél +336 81 74 48 88 • +336 78 38 37 69

Association Loi 1901 • n° 2/03753 du 28-12-1989 • Sous-préfecture du Raincy

www.tchicayautamsi.org

 

Lire la suite

RDC/Belgique : Félix Wazekwa condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles

22 Octobre 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

Felix Nlandu Wazekwa, leader de l’orchestre Culture Pays-Vie, a été condamné à 2 ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bruxelles.

Il était prévenu d’avoir fait entrer illégalement sur le territoire belge, à quatre reprises entre février 2003 et novembre 2004, près de 20 personnes. Il y aurait été obligé par son producteur. « Lorsqu’un artiste a la chance de pouvoir se rendre en Europe pour se produire sur scène, il doit se plier aux exigences des producteurs », avait expliqué le prévenu.

« Ceux-là profitent souvent de la situation pour incorporer des candidats à l’immigration clandestine dans des groupes d’artistes véritables ».

Le chanteur avait donc avoué avoir fait entrer illégalement en Belgique huit Congolais le 18 février 2003, trois le 15 mars 2004, six le 20 mars 2004 et trois autres le 22 novembre 2004.

Il a admis avoir participé au phénomène d’immigration clandestine typique de la nationalité congolaise et de ses groupes artistiques, musicaux ou religieux.

Un phénomène connu sous le nom "Ngulu".

Il avait été condamné par défaut en juillet dernier à 2 ans de prison ferme. Il a fait opposition et le tribunal l’a condamné mercredi à la même peine avec sursis. Le tribunal a pris en compte le fait que le prévenu n’avait pas d’antécédent judiciaire et qu’il avait tout de suite avoué.

L’affaire avait eu, en juillet déjà, un fort écho dans la presse congolaise et sur Télé Matonge.

AEM/Agence Belga/MMC


Lire la suite

Pius Njawé décède aux USA.

13 Juillet 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

USA-CAMEROUN: PIUS NJAWÉ DÉCÈDE AUX ETATS UNIS D'AMÉRIQUE DES SUITES D'UN ACCIDENT DE CIRCULATION

 

Pius Njawe:Camer.beSelon les dernières informations parvenues ce jour à la rédaction de camer.be, le journaliste Pius Njawé, patron du groupe Presse Free Media Group est décédé aux Etats unis d'Amérique et plus précisément à 14h 55 en Virginie, heures locales (23 h au Cameroun)  des suites d'un accident de circulation.Selon Marcel Simé, membre du Code et de l'UPC,Pius Njawe se trouvait sur l'autoroute Ruismond à  cheaspeake en Virginie. Alors que le vehicule conduit par un membre de sa famille aux Usa  était en panne, un camion roulant à vive allure est venu les percuter laissant sur les carreaux un mort dont Pius Njawé et le chauffeur dans un état critique.

Qui était Pius Njawé?

Puis Njawé était un journaliste militant pour les droits de l'Homme et la liberté de la presse au Cameroun. Il fonde en 1979  le journal Le Messager puis directeur général du groupe de presse Free Media Group.Ce groupe fait l'objet de nombreuses censures et pressions diverses par le régime du président Paul Biya. Pius Njawé a été emprisonné à plusieurs reprises, notamment à la fin des années 90, mais il a continué à dénoncer la situation critique du journalisme indépendant au Cameroun.Il a été lauréat du Prix de la libre expression en 1991 et de la plume d'or de la liberté en 1993. Selon le confrère Ericien Pascal NGUIAMBA , Pius Njawé qui arrive un peu par hasard dans la profession, a su prouver que la réussite réside au bout de l’effort et du travail.

Né le 04 mars 1957 à Babouantou dans la région de l’ouest, Pius Njawé entre dans la communication comme garçon de course au journal Semences africaines, emploi qu’il exercera de 1972 à 1974. Après ce passage dans l’organe de presse de René Philombe, il est recruté à l’hebdomadaire La Gazette où il occupera les fonctions de chef des informations intérieures à l’agence de Yaoundé. C’est son reportage Les Lucioles de la nuit qui parle des prostituées et dont quelques extraits sont repris par le journal français Le Monde, qui va lui frayer le chemin vers les sommets. En 1976, il est le correspondant du groupe de presse qui édite les magazines Amina et Bingo.

 

 

En novembre 1979, Pius Njawé décide de prendre son destin en main en créant le Journal Le Messager. Il est âgé de 22 ans. Le jeune Directeur de Publication va vite imposer son journal sur une scène politique marquée par la restriction des libertés sous le régime du Président Ahidjo. Le Président Paul Biya qui va instaurer un nouvel ordre en matière des libertés va à coup sûr consolider la ligne éditoriale du journal de Njawé caractérisé par un ton satirique qui le classe dans le camp d’une certaine opposition.

Le 27 décembre 1990, Pius Njawé et Célestin Monga sont arrêtés pour outrage au chef de l’Etat à cause d’une lettre ouverte La démocratie truquée publiée par Le Messager. Avec Monga, il est condamné le 18 janvier 1991 à six mois de prison avec sursis et à 300.000 francs Cfa d’amende. En octobre 1992, après la victoire du président Biya à l’élection présidentielle, Pius Njawé choisit de s‘exiler au Benin et en France. En décembre 1997 Pius Njawé est arrêté puis incarcéré à la prison de New Bell à Douala pour propagation de fausses nouvelles. Le DP du journal Le Messager avait évoqué un possible malaise cardiaque du Président Paul Biya, lors d’une édition de la finale de la coupe du Cameroun.
 
Dans son parcours, Pius Njawé a également remporté des lauriers. En 1986 il suit une formation à l’Institut International de la Communication de Montréal au Canada. En 1990, il suit une autre formation à la Maine University aux Etats Unis. Un an plus tard il reçoit à Abidjan en côte d’ivoire le prix de la Libre Expression de l’UIJPLF ; A New York, il reçoit le Press Freedom Award décerné par le Committee to Protect journalist. En 1993, il est le Président de l’Organisation Camerounaise pour la Liberté de la Presse (OCALIP), et Président de l’Union des Editeurs de la Presse Privée d’Afrique Centrale(UEPAC) en 1996. Pius Njawé a également reçu en 1993 à Berlin en Allemagne, la Plume d’or de la liberté de l’association mondiale des journaux.Il est élu  en 1989, président de la section Afrique de Reporters–Sans-Frontières. Ce notable Bamiléké marié et père de famille, est l’auteur de Le Bloc Note du Bagnard, sorti en 1998. Pius Njawé est aussi le promoteur de la Radio Freedom Fm qui malheureusement reste scellée jusqu’aujourd’hui.

Nous y reviendrons à travers un développement ultérieure.

Origine : http://www.camer.be

Lire la suite

Drogba pourrait être forfait pour la Coupe du Monde 2010.

4 Juin 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

La nouvelle semble incroyable, mais il ne s'agit pas d'un poisson d'avril. Le capitaine des éléphants de Côte d'Ivoire Didier Drogba s'est blessé lors du match amical que la Côte d'Ivoire disputait face au Japon à Sion en Suisse.

A la suite d'un choc avec le défenseur japonais Tulio à la 15ème minute, Drogba s'est fracturé un des os du bras, le cubitus. Amené rapidement à l'hôpital pour des examens, il a été confirmé que le capitaine des éléphants souffrait bel et bien d'une fracture. Drogba lui même aurait fait savoir au quotidienL'Equipequ'il devait déclarer forfait pour la coupe du monde : "Après examens, le joueur nous a confirmé qu'il ne pourrait pas disputer la Coupe du monde"

Une catastrophe nationale pour la Côte d'Ivoire et pour la première coupe du monde à se dérouler en Afrique, qui se jouera donc sans deux des meilleurs joueurs africains de l'histoire, Michael Essien et Didier Drogba.

Avant sa sortie, Didier Drogba avait marqué le 1er but ivoirien sur coup franc dévié. C'est Kolo Touré qui a marqué le second but en deuxième mi temps sur une passe de Tiéné. La Côte d'Ivoire s'est finalement imposée 2-0 dans ce match amical qu'elle a dominé de bout en bout. Mais la victoire est bien amère après la blessure de son emblématique capitaine!

NB : Mise à jour 16h06 : l'entourage de Didier Drogba n'exclut pas de faire jouer Drogba avec une protection, malgré sa fracture, en fonction de la gravité et de l'évolution de sa blessure. Affaire à suivre.  Grioo.com

Lire la suite

L'ETAT SAUVAGE' et 'CARNET DE NOTE POUR UNE ORSTIE AFRICAINE

18 Mai 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

CINEMONDES / LETTRE D'INFOS N° 20 / Mai 2010





Dans la continuité de la thématique des 'INDEPENDANCES AFRICAINES',  Krysalide vous propose 2 projections au cinéma de la gare St.Sauveur de Lille :

'L'ETAT SAUVAGE' et  'CARNET DE NOTE POUR UNE ORSTIE AFRICAINE' ... 







MERCREDI 26 MAI 2010 - 20h00 - Cinéma St.Sauveur
'L'ETAT SAUVAGE' - Un film de Francis GIROD | 1978 | Fiction | 1h55 'L'ETAT SAUVAGE'
Un film de Francis GIROD | 1978 | Fiction | 1h55

Antoine Gravenoire continue de faire du trafic, comme par le passé, dans une jeune république africaine. La décolonisation n'ayant pas eu pour effet le remplacement systématique des Blancs par des personnalités noires compétentes, ce sont donc encore les Européens qui, en fait, détiennent (...) 
Avec Michel Piccoli et Claude Brasseur
(... lire la suite ici ...)












MERCREDI 16 JUIN 2010 - 20h00 - Cinéma St.Sauveur
'CARNET DE NOTES POUR UNE ORESTIE AFRICAINE' - Un film de Pier Paolo PASOLINI | 1970 | Fiction | 1h10
'CARNET DE NOTES POUR UNE ORESTIE AFRICAINE'
Un film de Pier Paolo PASOLINI | 1970 | Fiction | 1h10

Le maître italien débarque dans un pays d’Afrique. Il prend des notes, avec sa caméra, pour préparer son prochain film, une transposition d’Orestie, la tragédie d’Eschyle, dans l’Afrique d’aujourd’hui. De retour en Italie, il montre ses premières images à un groupe d’étudiants africains de l’université de Rome. Il leur demande leur avis… Fragments d’une oeuvre à jamais suspendue, ce carnet montre (...)
(... lire la suite ici ...)











PHOTOS DU FESTIVAL 2010  ICI

KRYSALIDE DIFFUSION - CINEMONDES






Lire la suite

Afriqiyah Flight 771 crash release

12 Mai 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

Afriqiyah Flight 771 crash release

(Forimmediaterelease.net) We are very sorry to announce the tragic loss of Afriqiyah airways flight 8u 771 from Johannesburg in an accident during landing at Tripoli international airport at 04:00 UTC. (06:00 am Tripoli time) today Wednesday 12 May. We extend our deepest sympathy to the families and friends of the victims the search and rescue mission has now been completed and casualties have been moved to various hospitals. the secretariat of health will issue a statement on the condition of those casualties.

At this moment we cannot speculate further and will relay to you all factual information as we receive them.

Parties seeking information on passengers should contact.

From Libya : 0213341181

International : +44 203 3552737

We would like to inform the passanger's relatives of the ill-fated Afriqiyah flight 8U 771 /12 May 2010 that all assistance will be offered to them if they wish to travel to Tripoli (Tickets, Accommodation and visa) will be granted upon arrival in Tripoli.

There will be no need for the Arabic translation of passport usually required.

MEDIA CONTACT

From Libya: 0213341181 International: +44 203 3552737

Lire la suite

TOGO : Des échauffourées à Sokodé

11 Mai 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

Koaci.com Lomé:: (ph Laurent Despas)::

Deux villes de l’intérieur du pays sont actuellement objet à une tension pour cause d’étouffement policière de la contestation de la réélection de Faure Gnassingbé. Situées dans la région septentrionale où les résultats officiels octroient à Faure Gnassingbé des résultats à la soviet, Sokodé et Bassar sont en ébullition chaque week-end, depuis trois semaines. Elles sont pourtant quadrillées par des forces de sécurité, voire des militaires, selon des habitants, pour empêcher toute manifestation de contestation de la victoire du candidat du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT).

Samedi dernier, on note des échauffourées à Sokodé. Face de à la détermination des militants du Front Républicain pour l’Alternance et le Changement ( FRAC) que les organisateurs estiment à 10.000, à exécuter une marche de protestation interdite par le Préfet de la localité, le député UFC de la ville a du battre en retraite. Son appel à annuler la marche du fait du quadrillage de la ville par les forces de sécurité, n’ayant pas eu un écho favorable auprès de ses militants.

Le face à face entre les militants et les forces de sécurité a débouché sur des affrontements faisant, des blessés. « Les forces de sécurité ont chargé les manifestants qui ont riposté par des jets de pierres. On note des blessés dont un responsable local de l’UFC ainsi que des motos emportées par les forces de sécurité », nous a confié au téléphone, un témoin de la scène. Des journalistes ont témoigné avoir été empêchés de faire librement leur travail, pendant que d’autres assurent avoir même bénéficier de la protection policière pour faire leur travail.

A Bassar, ville natale du président de Sursaut-Togo, Kofi Yamgnane, on note six personnes interpellées, dont un journaliste. Il est reproché au confrère Sankeba Tchein David, animateur sur Radio Dawul, d’appeler les populations à répondre à l’appel à la marche lancé par le FRAC. En réalité, le confrère n’a fait que diffusé un communiqué du FRAC, sur les antennes. Selon nos informations, Sankeba David, serait un ancien militaire reconverti en animateur radio.

Les six personnes interpellées à Bassar par les forces de sécurité déployées pour empêcher la marche de protestation, ont été déférées à Kara. Le responsable de Radio Dawul, Prospère Tassoun N’Koutcha qui a fait le déplacement pour s’enquérir des nouvelles de son employé, a également été placé en garde à vue. Le personnel de radio Dawul a été soumis à des pressions de toutes sortes des autorités politiques, lors de la campagne électorale. « Nous sommes au courant de la situation et avons saisi à cet effet, le Directeur de la Gendarmerie nationale, le Col. Yark », assure Crédo Tetteh, le Secrétaire général de l’Union des journalistes Indépendants du Togo (UJIT).

Le pouvoir qui tentait de faire croire que seule Lomé manifeste contre les résultats officiels proclamés à la suite de la présidentielle du 04 mars 2010, a de plus en plus du mal à étouffer la contestation populaire, même dans la zone supposée être le fief du parti au pouvoir. Une situation qui fait de plus en plus douter des résultats attribués à Faure Gnassingbé, dans le nord à l’issue de l’élection présidentielle. Jean-Pierre Fabre a d’ailleurs été accueilli par des scènes de liesse populaire, lors de la campagne électorale en particulier à Sokodé et à Bassar, entre autres.
http://www.koaci.com/index.php?k=main&koaci=actualite_info&numero_article=5090
Lire la suite

Mamadou M’Baye, Candidat à la Direction générale de l’agence française de développement (AFD)

24 Avril 2010 , Rédigé par APPA Publié dans #Ailleurs sur le Web

Écrit par Edgard Kaho de Courrier d’Afrique  

Vendredi, 23 Avril 2010

 

Le 25 avril, le mandat de Jean-Michel Sévérino Directeur de l’agence française de développement (AFD) arrive à terme. Il sera procédé à son remplacement. En lice, deux personnalités pour lui succéder ; Dov Zérah, énarque, Magistrat à la Cour des comptes, et ancien directeur de cabinet de Michel Roussin à la Coopération, et le financier Mamadou M’Baye, polytechnicien, Chef d’entreprise et spécialiste du Financement du Développement.

 

M. Mamadou M’Baye, Candidat à la Direction générale de l’Agence Française de Développement (AFD)

M. Mamadou M’Baye, Candidat à la Direction générale de l’Agence Française de Développement (AFD)

 

En France, Mamadou Mbaye d’origine sénégalaise est parrainé par Olivier Stirn, conseiller du président Nicolas Sarkozy. En Afrique, « l’outsider » (il se définit comme) dispose également de solides soutiens notamment des Chefs d’Etat du Gabon, du Congo et du Sénégal. A 41 ans, Mamadou Mbaye a un parcours qui se passe de commentaires. Polytechnicien,  Chef d’entreprise, il est également un spécialiste du Financement du Développement.

 

Dans un document-programme, il a démontré sa volonté d’apporter une dynamique nouvelle à l’Agence française de développement. « Mon projet consiste à maintenir et accélérer la dynamique positive actuelle au sein du groupe AFD. Nous avons noté que l’AFD est une institution reconnue par ses pairs qui véhicule une excellente image de la France. Ceci est à mettre au crédit de l’actuelle direction générale. Je compte renforcer les priorités actuelles tout en ouvrant de nouvelles voies, ceci doit être fait en préservant les équilibres internes y compris la qualité managériale de l’équipe en place. L’AFD est un des acteurs de la politique du gouvernement en matière de coopération internationale. Tous les acteurs de cette politique doivent travailler dans le même sens. »

 

Nicolas Sarkozy doit trancher et le choix qui semble s’offrir au Président français est celui de la poursuite, avec M. Dov Zérah, de la politique de ces vingt dernières années avec potentiellement les succès mais aussi les limites de cette approche ou, avec M. M’Baye, l’adoption d’une vision plus pragmatiques des questions Développement consistant à limiter les types d’actions qui ne fonctionnent pas et la mise à contribution des moyens du Privé qui, selon son plan, permettrait de multiplier par dix les capacités d’intervention de l’Agence.

 

 
 

Le Programme de Mamadou Mbaye

La France est le troisième bailleur de fonds de l’aide au développement. L’AFD est le principal opérateur de l’aide française aux pays en développement.

 

L’institution a profondément évolué ces dernières années montrant sa capacité à s’adapter aux enjeux de la mondialisation.

 

En matière de coopération internationale, le véritable défi, à mon sens, n’est pas celui de l’aide au développement en tant que telle mais celui de l’organisation d’un développement équilibré partout dans le monde.

 

La France en est consciente et peut contribuer à véhiculer ce message.

 

De quelle manière notre pays peut-il contribuer à ce que les pays émergents, qui sont les partenaires de sa politique étrangère, arrivent à un niveau de développement politique et social qui leur permettent de tenir leur place dans la mondialisation ? Comment travailler avec nos partenaires européens à cet effet ?
Par quels moyens mobiliser la communauté internationale autour de cet objectif ?

 

I – L’AFD

L’AFD est l’opérateur de l’aide au développement en France et l’une des institutions principales de financement de la coopération économique au niveau international
Nous pourrions citer quelques organismes similaires comme la Banque Européenne d’Investissement et la KFW allemande.

 

L’activité bancaire du Groupe s’est beaucoup développée au cours de ces dernières années. La France possède un intérêt stratégique a poursuivre ce développement.

 

Quels sont les enjeux ?

 

• Il s’agit de participer à la solidarité internationale tout en préservant et en développant nos intérêts économiques.

C’est, somme toute, notre intérêt que de nous montrer solidaire.

 

• L’Europe ne peut pas rester inactive avec à son Sud un continent (le continent africain) qui connaît une croissance démographique importante en même temps qu’une crise de croissance économique. Cela nourrit des tensions qui finissent par arriver dans l’espace économique européen. Tensions qu’il s’agit de désamorcer.

 

• Il nous faut aussi plus largement avancer vers un monde globalisé le plus équilibré possible.

 

• Les pays émergents deviendront des concurrents sur le plan économique, il est important pour l’intérêt du pays que l’Etat, au travers de ses différents moyens, contribue à ouvrir leurs économies aux entreprises françaises.

 

• Le gouvernement entend soutenir la réalisation des Objectifs de Développement du Millénaire.

La France peut maintenir son engagement financier dans ces différents domaines en soutenant le développement des activités de l’AFD. L’AFD est une institution reconnue par ses pairs. Elle véhicule une excellente image de la France. Il est important que cette dynamique soit maintenue et accélérée.


II – Mon projet pour l’AFD

Mon projet consiste à maintenir et accélérer la dynamique positive actuelle au sein du groupe AFD.

 

Nous avons noté que l’AFD est une institution reconnue par ses pairs qui véhicule une excellente image de la France. Ceci est à mettre au crédit de l’actuelle direction générale.  

 

Je compte renforcer les priorités actuelles tout en ouvrant de nouvelles voies, ceci doit être fait en préservant les équilibres internes y compris la qualité managériale de l’équipe en place.

 

L’AFD est un des acteurs de la politique du gouvernement en matière de coopération internationale.

 

Tous les acteurs de cette politique doivent travailler dans le même sens. Participer à la bonne cohérence dans l’ensemble des politiques publiques françaises en matière de développement sera pour l’AFD un objectif permanent.

 

Nous comptons :

• Participer, par le financement de la recherche et de la production intellectuelle, à la création de solutions nouvelles et innovantes de développement.

 

• Soutenir l’amélioration des systèmes éducatifs et des systèmes de santé dans les pays les plus pauvres,

 

• Participer à tous les débats sur le développement et les grands enjeux mondiaux,

 

• Participer à la préservation des biens publics mondiaux (eau, terre, air).

 

• Apporter un soutien aux états dans leurs projets de lutte contre le réchauffement climatique tout en contribuant à assurer un développement économique soutenu. Les politiques environnementales qui participent à la croissance dans ces pays seront celles qui auront un impact durable.

 

• Organiser des apports technologiques qui facilitent l’utilisation des énergies renouvelables, notamment l’énergie solaire

• Contribuer à la protection des forêts et à la lutte contre la désertification

 

• Développer les partenariats public-privé sur les enjeux liés au développement

 

• Favoriser les initiatives de coopération décentralisée.

 

Nous comptons, de plus, élargir la capacité de l’organisation à accompagner davantage les PME françaises dans leurs investissements à l’étranger.
Il s’agit spécifiquement pour cela de parvenir à augmenter le capital de l’AFD afin de développer ses capacités à s’engager dans les pays émergents aux côtés de nos entreprises. Cela continuera à avoir un impact politique, et présentera un très grand intérêt dans le renforcement de la position des sociétés françaises à l’étranger.

 

Un volet spécifique sera développé pour chaque grande zone géographique. Notamment nous développerons un volet Afrique pour lequel il s’agira pour l’AFD, dans le cadre de ses missions globales :

 

• d’atténuer et de contrer l’idée d’un désintérêt de la France pour l’Afrique,

 

• de mettre l’accent sur des projets qui favorisent l’aller-retour des élites franco-africaines. Les personnes formées doivent être mises en situation de pouvoir rentrer participer au développement de leur pays,

 

Conclusion

 

2010 est une année charnière où nous fêtons le cinquantenaire des indépendances. Ma candidature à la Direction Générale de l’AFD, qui a soulevé un certain enthousiasme auprès de l’opinion et de bon nombre de responsables politiques français ainsi que de Chefs d’Etat africains, souhaite symboliser, entre la France et les partenaires de sa politique étrangère dans le monde en développement, une relation qui s’est adaptée aux enjeux de la Mondialisation et de la construction européenne.

 

Mamadou M’Baye, polytechnicien, ancien de l’Ensae, chef d’entreprise, membre du Club 2012, Secrétaire Général d’Africa2030, Candidat au poste de Directeur Général de l’Agence Française de Développement.

-------------------------------------------------------

Courrier d’Afrique

Le trait d’union avec le continent 

www.courrierdafrique.net

-------------------------------------------------------

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>