Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

Articles avec #organisations internationales. tag

AFD : le bien-etre socle du developpement ?

26 Mars 2013 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Cet eMail ne s'affiche pas correctement ? Ouvrez-le dans votre navigateur
Photo : © Paul Kabre
26 MARS 2013
 INSCRIVEZ-VOUS 
de 17h00 à 19h00
 
 
Le bien-être :
socle du développement ?
Conférence-débat, animée par Claire Hédon, journaliste pour RFI
 
À L’AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT / SALLE JACQUES ALLIOT
Améliorer les conditions de vie des populations est un des objectifs visés par les actions de développement, telles que la construction d’écoles ou de réseaux d’eau potable. Lors de leur élaboration, l’attention est davantage focalisée sur le projet, dans ses composantes techniques et le cas échéant économiques, que sur les bénéficiaires. Pourtant, dans certains contextes, la capacité à agir (empowerment) de la population, à réaliser son potentiel, a été affectée. Ainsi, des expériences traumatisantes, comme les guerres ou la violence urbaine, sources de mal-être, multiplient les risques de dépendance par 2 à l’alcool et par 3 à la drogue. Dans ces environnements, apporter des services de base ou entreprendre des actions de réaménagement urbain, sans accompagnement psychosocial des populations peut-il conduire à une amélioration efficiente des conditions de vie des populations ? Comment intégrer une composante psychosociale dans un projet de développement, quand celle-ci apparaît nécessaire ? Cette composante complexifie-t-elle le projet ou est-elle nécessaire pour atteindre les objectifs poursuivis par le projet ? Peut-on mener un territoire sur la voie d’un développement pérenne sans bien-être de sa population ? Adressée à tout acteur du développement, cette conférence sera l’occasion d’échanger sur ces questions en présence de trois experts qui partageront avec le public leurs expériences et propositions.
 avec 
Cécilie Alessandri
Responsable du bureau soutien psychosocial à la Croix-Rouge française
Eugénie Constancias
Responsable performance sociale chez Entrepreneurs du Monde
Thierry Liscia
Expert de la cellule crise et conflits de l’AFD
 Programme 
L'accompagnement de jeunes patients atteints de VIH
au Cambodge
Cécilie Alessandri
L’accompagnement de bénéficiaires de prêts de micro-finance en Haïti après le séisme
Eugénie Constancias
L’accompagnement au retour des populations déplacées
à l’est du Tchad
Thierry Liscia
La conférence sera suivie d’un rafraîchissement
 Pour en savoir + 
Les vidéos de la conférence ID4D « Conjuguer lutte contre la pauvreté, cohésion sociale
et santé mentale » (partie I et partie II)
INSCRIPTION OBLIGATOIRE SUR AFD.fr
Retrouvez la conférence sur le blog ID4D : 
www.id4d.org
 INSCRIVEZ-VOUS   
AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT / 5 Rue Roland Barthes - 75012 PARIS
Transports en commun : Arrêt Gare de Lyon / Sortie 9 Voir le plan d'accès
Lire la suite

Trois produits agricoles africains d'excellence et l'AFD au Salon de l'Agriculture

21 Février 2013 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Si ce message ne s'affiche pas correctement,Cliquez ici
corner-top-left
logo
Lettre de l'AFD  separator 21/02/2013  home
lineseparator
 
corner-top-right
pix
pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix pix

Miel, poivre et café d'excellence : les premières Indications géographiques protégées africaines au Salon de l'agriculture

Graines de poivre

Soutenir les produits d'excellence de l'agriculture africaine, c'est le but affiché des Indications géographiques protégées (IGP) africaines. Stand et dégustation au Salon de l'agriculture, tournée de grands restaurants parisiens, le programme est chargé pour les producteurs de poivre de Penja, de miel d'Oku et de café 
Ziama-Macenta.

► En savoir plus

Actualités agriculture africaine

Interview 

"Notre objectif est de renforcer les petits agriculteurs africains"

Le riz de mangrove en Guinée 

Le riz biologique aux rendements qui triplent

Publication 

Assurer l'accès à la finance agricole

 

En incitant les petits producteurs à se regrouper et à repenser toute leur filière, les Indications géographiques protégées (IGP) ont pour objectif de moderniser les pratiques et de répartir plus équitablement la valeur ajoutée. Pour Jean-Luc François, responsable du Développement agricole à l’AFD, elles sont un outil de plus dans l'attirail de promotion d'une agriculture familiale face aux marchés mondialisés. 
© Photo de Aly Boubacar

La  production du riz de mangrove, basée sur une alternance d'entrée d'eau de mer et d'eau douce dans les parcelles, permet un maintien de la fertilité des sols sans apport d'engrais. Le projet a financé la réalisation d'infrastructures hydrauliques sur 5 000 hectares et le renforcement des organisations de producteurs. Aujourd'hui, plus de 50 000 personnes sont employées de manière pérenne dans le secteur.

Le financement inadapté du secteur agricole freine les possibilités de développement de la production agricole, de la transformation des produits, ainsi que les ventes pour les acteurs du monde agricole, dans beaucoup de pays en développement. Les auteurs de cette étude proposent la création de produits financiers adaptés aux besoins et contraintes du secteur.


► Lire l'interview

► Voir les reportages vidéo et photo

► Lire le A Savoir

Actualités des autres projets

Santé

Lutter davantage contre les maladies émergentes en Asie du sud-est

Gestion durable de la forêt 

Plus de moyens pour contrôler l’exploitation forestière au Gabon

Dans la continuité du partenariat entre l'AFD et l'Institut Pasteur, la nouvelle subvention de 2,7 millions d’euros sera consacrée au renforcement des capacités des laboratoires de cet Institut. Elle permettra d’appuyer les politiques publiques afin de lutter contre les maladies émergentes en Birmanie, au Cambodge, au Laos et au Vietnam.

Depuis 2001, le Gabon, pays recouvert à 80 % de forêt, s'est engagé dans une politique de gestion durable de sa forêt. Pour contrôler plus efficacement l’exploitation forestière privée, la France et le Gabon ont décidé d’un financement de douze millions d’euros pour un projet permettant de doter l’administration de moyens de contrôle accrus (véhicules 4x4, tracking, bureaux, etc.).

► En savoir plus ► En savoir plus

Outre-mer

L'AFD accorde 800 000 euros pour le financement de la biodiversité dans les Outre-mer

GUADELOUPE_Tortue_Faune_marine _photo_AFD_Thomas_de _GUBERNATIS.jpg


La Commission européenne teste depuis 2011 le mécanisme de financement BEST dédié aux projets biodiversité dans ses Outre-mer. L’AFD apporte un financement complémentaire de 800 000 euros à ce mécanisme afin de soutenir davantage de projets et de le pérenniser.

ONG

Huit nouveaux projets d'ONG françaises co-financés par l'AFD

Julien_Blachier_1.JPG


Le Comité spécialisé du Conseil d’Administration de l’AFD pour l’appui aux initiatives des ONG a approuvé le 19 février le financement de huit nouveaux projets d’ONG - dont Aide et Action, Eau Vive, Samu Social international, Guilde européenne du Raid, Coordination Sud - pour un montant de 9,08 millions d’euros.

logo proparco

Promouvoir le financement de la santé en Géorgie

Le gouvernement a initié en 2007 un vaste plan d’investissements pour réhabiliter et moderniser les hôpitaux. Les banques sont mobilisées de façon croissante. Proparco accompagne le développement de TBC Bank dans le secteur de la santé.

logo ffem

Plateau des Guyanes : 1 million d'euros pour la coopération forestière régionale

Pour contribuer à la réduction des gaz à effet de serre, le FFEM et l’Office national des forêts (ONF) accompagnent le développement des compétences des services forestiers des pays du Plateau des Guyanes.

Publication

Les classes moyennes en Afrique

Afrique Contemporaine n°244

244-Afrique-contemporaine-logo.png

L’éclosion des « classes moyennes » en Afrique subsaharienne est-elle une réalité ? En réunissant les analyses d’éminents spécialistes et les résultats issus d’enquêtes de terrain dans des pays aussi variés que le Togo, le Cameroun, le Mozambique, le Gabon, le Kenya, le Niger et l’Afrique du Sud, Afrique contemporaine part « à la recherche des classes moyennes » en Afrique.

 

logo solidaires du monde

Table-ronde : « Le Web : pour une éducation à la citoyenneté mondiale ? »

Le 25 février, à la Maison des Métallos, à Paris

Solidaires du Monde, la plate-forme des blogueurs solidaires, vous invite à réfléchir tous ensemble à l’influence du médium Web sur les pratiques d’Education au Développement et à la Solidarité Internationale et sur la sensibilisation à l’engagement des citoyens. Seront présents Anne Kaboré, d'Educasol, Archippe Yepmou, d’Internet sans Frontières, Pascal Jeanne, Chargé de CCFD Terre Solidaire, Astrid Blomart, d’Une option de plus et David Eloy, rédacteur en chef d’Altermondes.

pix
corner-bottom-left-left corner-bottom-right-right
corner-bottom-bottom-left corner-bottom-bottom-right
Copyright © 2012 - Agence Française de Développement
Lire la suite

Journée de solidarité avec le Mali le 18 février au siège de l’UNESCO

15 Février 2013 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Paris, 14 février- Décideurs et experts du Mali, de France et de l’UNESCO vont élaborer un plan d’action pour restaurer le patrimoine culturel du Mali et sauvegarder les remarquables manuscrits du pays au cours d’un événement d’une journée organisé au siège de l’UNESCO le 18 février.

Cet événement prévoit une série de présentations et de discussions avec la participation de Bruno Maïga, ministre de la Culture du Mali et Aurélie Filippetti, ministre française de la Culture et des responsables du patrimoine culturel, des musées et des bibliothèques du pays. Il fait suite à une visite au Mali de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et du Président français François Hollande. Il fait également aux appels répétés de l’UNESCO en faveur de la préservation du patrimoine du pays.

L’UNESCO s’est par ailleurs engagée à soutenir les efforts du Mali pour reprendre possession de son patrimoine, qui a été très sévèrement endommagé par les groupes armés qui occupaient une large partie du pays l’année dernière. A Tombouctou et Gao, ces groupes armés ont en effet largement endommagé et détruit les sites du patrimoine mondial. Ils ont aussi cherché à détruire les remarquables bibliothèques du pays.

La Journée de solidarité du Mali sera ouverte à 10h00 (accueil des participants à 9h00) par Irina Bokova, Aurélie Filippetti, Bruno Maïga et Solomon Jason Mbuzi, Président du groupe Afrique, Ambassadeur et Délégué permanent de la Zambie auprès de l’UNESCO.

Veuillez noter que les journalistes pourront assister à la cérémonie d’ouverture qui sera suivie par un point de presse en présence de la Directrice générale de l’UNESCO et des ministres français et malien de la culture.

Au cours d’une session privée qui aura lieu à partir de 11h00, les responsables du patrimoine culturel malien et des experts de l’UNESCO examineront un projet de plan d’action pour la restauration du patrimoine culturel malien, notamment des manuscrits, avec des décideurs du Mali, des pays voisins et de France. Le plan d’action sera présenté au cours d’une conférence de presse à 17h30.

A 18h00, l’Ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF Angélique Kidjo ouvrira un programme culturel au cours duquel se produiront des artistes et des personnalités maliens de premier plan : Rokia Traoré, Bafing Kul & the Appolo Band, Maliden, Cheick Tidiane Seck, Pedro Kouyaté et Inna Modja (inscription en ligne).

***

Accréditations : Djibril Kébé, Service de presse de l’UNESCO, +33 (0) 1 45 68 17 41, d.kebe@unesco.org

Lire la suite

Centrafrique : le Conseil de Sécurité proroge d'un an le mandat du BINUCA

25 Janvier 2013 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Alors que la République centrafricaine est déstabilisée par les menées d'une coalition rebelle qui conteste l'autorité de l'État, le Conseil de Sécurité a, jeudi, prorogé d'un an le mandat du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA), jusqu'au 31 janvier 2014. En adoptant une résolution à l'unanimité de ses quinze membres, le Conseil demande au Gouvernement, à la coalition « Séléka », aux groupes armés et à l'opposition démocratique de « s'acquitter de bonne foi de leurs obligations découlant de la Déclaration de principe signée à Libreville le 11 janvier 2013 ». Le Séléka, un regroupement de formations rebelles, a pris les armes le 10 décembre dernier pour réclamer le respect intégral de l'Accord de paix global de Libreville en date de 2008, qui prévoyait notamment un programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR), jamais mis à exécution. À la demande du gouvernement centrafricain, des éléments de l'Armée nationale tchadienne sont entrés en République centrafricaine le 17 décembre pour appuyer la contre-offensive menée par les Forces armées centrafricaines (FACA). La Déclaration de principe du 11 janvier dernier était assortie d'un accord de cessez-le-feu conclu entre le gouvernement et le Séléka, à la mise en œuvre duquel appelle le Conseil de sécurité. Il en va de même de l'accord politique sur le règlement de la crise, signé notamment par la majorité présidentielle, l'opposition démocratique, les groupes armés et le Séléka et la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC). Inquiet du manque d'autorité de l'État en dehors de la capitale Bangui, « qui a laissé s'installer un grave vide sécuritaire dans nombre de régions », le Conseil de sécurité demande au BINUCA de continuer d'accompagner l'entreprise de consolidation de la paix en République centrafricaine, comme le prévoit son mandat, y compris les processus de DDR et de réforme du secteur de la sécurité et d'user de ses bons offices en vue de faciliter l'application intégrale des accords signés à Libreville le 11 janvier. Le Conseil de sécurité exige de tous les groupes armés, notamment de la coalition Séléka, qu'ils empêchent l'enrôlement et l'emploi d'enfants, et leur demande d'appliquer immédiatement les dispositions des plans d'action signés avec la Représentante spéciale du Secrétaire général pour le sort des enfants en temps de conflit armé en novembre 2011. Enfin, il prie instamment le gouvernement centrafricain d'enquêter sur les informations faisant état de violations des droits de l'homme dans le pays, notamment à Bangui, de veiller à ce que les responsables soient traduits en justice et de prendre toutes mesures nécessaires pour prévenir de nouvelles violations. Le Secrétaire général, ajoute la résolution adoptée aujourd'hui, devra présenter, le 31 mars prochain au plus tard, un rapport sur la situation sur le terrain et les moyens dont dispose la BINUCA pour renforcer la mise en œuvre de ses activités prioritaires.   


Avec les compliments du Bureau Intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA).

Uwolowulakana IKAVI 
Spokesperson and Head PIU 
UN Integrated Peacebuilding Office in Central African Republic (BINUCA)
 
Intermission : 173- 6460
 
E-mail : ikavi@un.org    
 
http://www.binuca.unmissions.org

Lire la suite

Signature de l’accord de sortie de crise par les parties centrafricaines

15 Janvier 2013 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Le vendredi 11 janvier 2013, les différents représentants des délégations centrafricaines en négociations ont signé à Libreville un accord pour mettre un terme à la crise politico-militaire. C’était en présence de chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats d'Afrique Centrale (CEEAC), notamment Ali Bongo Odimba, président du pays hôte, le président centrafricain, François Bozizé Yangouvonda, le président de la République du Congo, par ailleurs président du Comité du suivi de l’Accord de Paix Global de Libreville, Denis Sassou Nguesso, le président en exercice de la CEEAC, Idriss Deby Itno, et le Secrétaire général de la CEEAR, Nassour Guelengdouksia Ouaidou. 
Y ont été représentés, Sao Tome et Principe, notamment par son Premier ministre ; le Cameroun, par son Vice-Premier ministre chargé des Relations avec le Parlement ; le Burundi, par son ministre de la Défense nationale ; la RD Congo et l’Angola ayant été représentées leur ministre des Affaires étrangères. 
L’accord de sortie de la crise politico-militaire signé préconise un cessez-le-feu entre le Gouvernement et la Coalition Seleka, le maintien du président François Bozizé au pouvoir jusqu’à la fin de son mandat en 2016 et la formation d’un gouvernement de transition d’union nationale, lequel sera chargé d’organiser les élections législatives anticipées, ce, après la dissolution de l’Assemblée nationale. Ledit gouvernement aura à sa tête un premier ministre issu de l’opposition. 
La signature de l’accord intervient après d’intenses discussions respectivement avec le Comité de suivi de l’Accord de Libreville et les chefs d’Etat de la CEEAC, et les différentes délégations centrafricaines -notamment celle gouvernementale, conduite par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Jean Willybiro Sako, de l’opposition démocratique, par Me Nicolas Tiangaye, de la Coalition Seleka, par Michel Djotodia, et des mouvements politico-militaires, par Abdoulaye Hissein-, lesquelles ont, à tour de rôle, levé le voile sur leurs préoccupations relatives à la crise. 
« Nous ne saurions rester indifférents face au conflit centrafricain. C’est dans cette optique qu’a été organisé, en décembre dernier à N’Djamena, le sommet extraordinaire avec pour objectif d’évaluer les mesures urgentes pour ramener la paix et la sécurité en RCA. Les rencontres, le 8 et 9 janvier, des ministres des Affaires étrangères de la CEEAC et du Comité de suivi entrent également dans ce cadre », a souligné, dans son intervention, le président gabonais, Ali Bongo Odimba. 
« Nous avons choisi l’option du règlement politique et non militaire à la crise », a souligné pour sa part le président Sassou Nguesso », saluant par ailleurs « le langage de vérité des différentes délégations centrafricaines présentes». Le président congolais a aussi remercié les pays qui ont déployé dans un délai aussi court les contingents en RCA ». Pour sa part, le président Idriss Deby a exprimé ses pensées pieuses à l’égard de toutes les victimes de la Centrafrique », invitant « mon confrère Bozizé, démocratiquement élu, à écrire à l’encre indélébile une nouvelle page de l’histoire de la Centrafrique, avec notre appui ». 
Les chefs d’Etat de la CEEAC ont aussi exprimé leur gratitude à l’égard des partenaires internationaux au nombre desquels les Nations Unies, l’Union Africaine (UA), l’Union Européenne (UE), l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), ainsi que celui des partenaires bilatéraux, dont la France et les Etats-Unis. Occasion pour ces derniers de saluer le bon déroulement des assises et l’esprit de compromis ayant animé les différentes parties, tout en réitérant leur disponibilité à accompagner la Centrafrique dans la mise en œuvre des recommandations.


Avec les compliments du Bureau Intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA).

Uwolowulakana IKAVI 
Spokesperson and Head PIU 
UN Integrated Peacebuilding Office in Central African Republic (BINUCA)
 

Lire la suite

ppement à vous La Caraïbe et ses enjeux de développement : regards croisés - Conférence des Idées pour le Développement le 17 janvier à l'AFD

8 Janvier 2013 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Cet email ne s'affiche pas correctement ? Ouvrez-le dans votre navigateur

17 JAN. 2013
DE 09H30 À 12H00
 
 INSCRIVEZ-VOUS 
La Caraïbe 
et ses enjeux 
de développement :
regards croisés
Conférence-débat, animée par Philippe Orliange, directeur du département 
Amérique latine et Caraïbes, AFD
 
À L’AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT / SALLE JACQUES ALLIOT
A l’occasion de la sortie de l’étude “Trajectoires de développement dans la Caraïbe” réalisée par la Commission Economique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPALC), l’AFD réunit six experts pour présenter leurs travaux et leurs analyses respectives sur les dynamiques territoriales, sociales, économiques et politiques de la région caribéenne. Adressée à un public soucieux de mieux comprendre cette région et ses grands enjeux, cette conférence alternera présentations et échanges avec la salle.
 avec 
Ambassadeur Ruben Silié Valdez
Ambassadeur de la République dominicaine en Haïti,
ancien Secrétaire Général de l’Association des Etats
de la Caraïbe.
Françoise Clottes
Directrice de la Banque mondiale pour les Caraïbes
Dillon Alleyne
Économiste, CEPALC
Pascal Buléon
Directeur de recherche au CNRS et directeur de la Maison
de la Recherche en Sciences Humaines, Université de Caen
Françoise Rivière
Économiste et experte Outre-mer, AFD
Philippe Orliange
Directeur du département Amérique latine et Caraïbes, AFD
 3 présentations suivies de questions/discussions 
Présentation de l’atlas “Emergences Caraïbes”
Pascal Buléonfont
Défis de développement de la Caraïbe
Dillon Alleyne
Intégration régionale : quelles impulsions et orientations politiques?
Ambassadeur Ruben Silié Valdez
 Pour aller plus loin 
Traduction simultanée français et anglais
Petit déjeuner d’accueil à partir de 9h
INSCRIPTION OBLIGATOIRE SUR AFD.fr
Après la conférence, le débat se poursuit sur le blog ID4D
 
AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT / 5 Rue Roland Barthes - 75012 PARIS
Transports en commun : Arrêt Gare de Lyon / Sortie 9 
 INSCRIVEZ-VOUS 

Lire la suite

Gilbert Mbesherubusa (Burundi), nouveau vice-président Infrastructure de la BAD

17 Décembre 2012 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Gilbert Mbesherubusa est le nouveau vice-président Infrastructure, secteur privé et intégration régionale de la Banque africaine de développement. Il a été nommé à ce poste le 12 décembre 2012.

Fortement imprégné d’une connaissance de terrain des besoins en infrastructure de l’Afrique, Gilbert Mbesherubusa prend les rênes d’une vice-présidence stratégique, représentant, sur la période 2007-2012, près de 70 % de l’ensemble des approbations de la Banque africaine de développement avec un montant de quelque 27 milliards USD (contre un total de près de 39 milliards USD pour l’ensemble de la banque).


Il aura, entre autres missions, celle de contribuer à relever les nombreux défis qui se posent au continent : forte demande en infrastructure, notamment au niveau régional, rapide développement des opérations du secteur privé, urgence de lutter contre le changement climatique en Afrique et de mettre le continent sur les rails de la croissance verte. Autant de dossiers que cet ingénieur de formation ayant occupé plusieurs hautes responsabilités à la Banque africaine de développement depuis 30 ans maîtrise parfaitement.


Gilbert Mbesherubusa connait bien le poste pour l’avoir occupé par intérim depuis février 2012, après avoir dirigé depuis 2004 le département de l’Infrastructure (transport et énergie) et, depuis 2010, le département des Transports et des TIC. Sous sa conduite, la BAD a financé de nombreux projets de transport structurants pour l’ensemble du continent (corridors internationaux, aéroports, routes et autoroutes, voies ferrées…) ayant un fort impact sur l’amélioration des conditions de vie des populations, notamment des femmes. Certains de ces projets ont été vivement acclamés par les pays bénéficiaires voire primés à l’échelle internationale.


Il a occupé, tout au long de sa carrière à la BAD, plusieurs postes clés qui lui ont permis d’acquérir une vision d’ensemble du fonctionnement de la banque. Après avoir occupé le poste de chef de division des opérations Nord, Est et Sud au département de l’Infrastructure de 1996 à 2001, il a ainsi occupé le poste stratégique de chef de l’unité des acquisitions de 2002 à 2003.


Avant de rejoindre la banque en 1982 comme ingénieur civil du transport, Gilbert s’était forgé une expérience de terrain de quatre ans dans le secteur de l’infrastructure au Burundi. Il y a travaillé simultanément comme ingénieur-directeur chargé du département de l’ingénierie civile au bureau d’études SOMEBU et comme professeur vacataire à l’université du Burundi entre 1978 et 1982.

Il est titulaire d’un certificat en Economie des transports délivré par l’Université d’Eté de Lyon (France) et d’un diplôme d’ingénieur civil de l’Université Catholique de Louvain (Belgique).

Gilbert Mbesherubusa, burundais, est marié et père de cinq enfants.

Lire la suite

CEEAC UNESCO OIF : Projet culture, intégration et développement

14 Novembre 2012 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

OIF_rvb_couleur                                              

ceeac.jpgOIF_rvb_couleur            brand                                                                          

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

La CEEAC va bientôt se doter d’une stratégie culturelle régionale pour l’Afrique centrale !

 

 

En appui à la volonté de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) de se doter d’une stratégie régionale pour accompagner les politiques et industries culturelles en Afrique centrale, le Bureau régional pour l’Afrique centrale et l’océan Indien (BRAC) de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et le Bureau Multi pays de l’UNESCO à Libreville ont initié un projet dénommé « Culture, intégration et développement ».

 

Dans ce cadre, le Ministère des Arts et de la Culture de la République du Cameroun, la CEEAC, l’OIF et l’UNESCO organisent conjointement le Forum des partenaires de la CEEAC pour la valorisation de la culture au service de l’intégration et du développement, du 21 au 23 novembre 2012 à Yaoundé (Cameroun).

 

Les travaux de cette rencontre régionale permettront à la CEEAC de :

-       disposer d’un état des lieux sur les politiques et industries culturelles en Afrique centrale ;

-       valider les termes de référence pour l’élaboration de la stratégie culturelle de la CEEAC ;

-       adopter un cadre régional de concertation et d’action culturelle de la CEEAC

 

Les participants attendus sont les directeurs centraux chargés des politiques culturelles dans les Etats d’Afrique centrale, des représentants des organisations professionnelles culturelles et des institutions régionales en charge de l’intégration.

 

 

 

Libreville, le 12 Novembre 2012.

Lire la suite

Célébration à l’UNESCO du 50e anniversaire de l’Organisation panafricaine des femmes (OPF) sur le thème « Le rôle des femmes : hier, aujourd’hui et demain »

12 Novembre 2012 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

Celebration at UNESCO of the 50th Anniversary of the

Pan African Women’s Organisation (PAWO) on the theme

The role of Women: Past, Present and the Future”

 

The 50th Anniversary of the establishment of the Pan African Women’s Organisation (PAWO) will be celebrated at UNESCO Headquarters in Paris on 14 and 15 November 2012. The event, co-hosted by UNESCO and the Permanent Delegations of South Africa and Tanzania to UNESCO, will welcome prominent African women and members from the African Diaspora, civil society and universities.

 

PAWO provides a platform to exchange views, lead and support action against the violation of human rights and reinforce peace worldwide. It fosters friendship and cooperation between African women and women all over the world.

 

The Pan African Women’s Organisation enjoys a privileged partnership with UNESCO in matters of gender parity, actively contributing to UNESCO’s Gender Equality Action Plan (GEAP).

 

Provisional programme attached.

Accreditation: Djibril KEBE - tel. : +33 1 45 68 17 41 - d.kebe@unesco.org

 

****

 

Célébration à l’UNESCO du 50e anniversaire de

l’Organisation panafricaine des femmes (OPF) sur le thème

« Le rôle des femmes : hier, aujourd’hui et demain »

 

Le 50e anniversaire de la création de l’Organisation panafricaine des femmes (OPF) sera célébré les 14 et 15 novembre prochains au siège de l’UNESCO à Paris. L’événement, placé sous le patronage de l’UNESCO et des Délégations permanentes de l’Afrique du Sud et de la Tanzanie auprès de l’UNESCO, rassemblera d’éminentes femmes africaine et des membres de la Diaspora africaine, de la société civile et des universitaires.

 

L’Organisation panafricaine des femmes offre une plate-forme de dialogue pour mener et soutenir des actions contre les violations des droits de l’homme et en faveur de la paix à travers le monde. Elle favorise l’amitié et la coopération entre les femmes africaines et les femmes du monde entier.

 

L’OPF bénéficie d’une relation privilégiée avec l’UNESCO en matière de parité et participe activement au Plan d’action de l’UNESCO pour l’égalité des sexes.

 

Programme provisoire ci-joint.

Accréditation : Djibril KEBE - tél. : +33 1 45 68 17 41 - d.kebe@unesco.org

 

Lire la suite

Prix des cinq continents de la Francophonie 2012 La remise du prix à Geneviève DAMAS aura lieu le 11 novembre à Toulouse (France)

31 Octobre 2012 , Rédigé par APPA Publié dans #Organisations internationales.

 

 

 

 

 

Communiqué de presse                 

Description : Logo OIF

 

CP/COM/VA/1712

 

                              Paris, le 31 octobre 2012

 

Prix des cinq continents de la Francophonie 2012

La remise du prix à Geneviève DAMAS aura lieu le 11 novembre à Toulouse (France)

 

Geneviève DAMAS, lauréate 2012 du Prix des cinq continents de la Francophonie pour son roman Si tu passes la rivière  (Editions Luce Wilquin), recevra ce prix le dimanche 11 novembre 2012 à 11h30 au Centre des Congrès Pierre Baudis à Toulouse, dans le cadre du Salon du Livre Midi-Pyrénées, « Vivons Livres » organisé par la Région Midi-Pyrénées et le Centre régional des Lettres, en partenariat avec la Mairie de Toulouse.

 

Placée sous le haut patronage d’Abdou DIOUF, Secrétaire général de la Francophonie, et de Martin MALVY, Président de la Région Midi-Pyrénées, la manifestation se déroulera en présence de Clément DUHAIME, Administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), et de Lyonel TROUILLOT, Président du jury du Prix des cinq continents. Elle sera suivie d’une séance de dédicaces.

 

Née en 1971 à Bruxelles (Belgique), Geneviève DAMAS est comédienne, metteur en scène et auteur. Son roman Si tu passes la rivière faisait partie des 10 finalistes de l’édition 2012. Il a été primé le 24 septembre dernier au siège de l’OIF à Paris. Le jury a motivé son choix en évoquant « une rivière comme la frontière entre le silence et le langage, le message et la vérité, le mimétisme et la naissance à soi-même ; la parole d’un enfant qui naît comme un balbutiement pour atteindre la force du cri : un hommage à la vertu libératrice de l’écriture ».

 

Rappelons que le Prix des cinq continents a été créé en 2001 par l’Organisation internationale de la Francophonie. Destiné à favoriser l’émergence de talents littéraires reflétant la diversité culturelle et éditoriale en langue française, il s’attache à les promouvoir sur la scène littéraire internationale.

 

 

Plus d’informations surwww.francophonie.org et www.crl-midipyrenees.fr

 

 

CONTACTS

 

Direction de la langue française et de la diversité culturelle et linguistique

Myriam Senghor-Ba, chargée de projet myriam.senghor-ba@francophonie.org

 

Presse

Virginie Aubin-Dubille, chargée des relations médias   Tél. (+33) 1 44 37 33 27

virginie.aubin-dubille@francophonie.org

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>