Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Opinion Africaine

GABON : LE PRESIDENT ALI BONGO ONDIMBA ATTENDU A LA TRIBUNE DU DIALOGUE SUR LE CLIMAT ET LA SECURITE DES RESSOURCES POUR LE 21è SIECLE

19 Mars 2012 , Rédigé par APPA

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE          République Gabonaise

             Union - Travail – Justice


 

 

 

LE PRESIDENT ALI BONGO ONDIMBA ATTENDU A LA TRIBUNE DU DIALOGUE SUR LE CLIMAT ET LA SECURITE DES RESSOURCES POUR LE 21è SIECLE

Londres, le 19 Mars 2012 - Le Président Gabonais dont les options en matière d’environnement sont reconnus et célébrées mondialement sera le seul Chef d’Etat à prendre la parole cette semaine lors de la conférence organisée à Londres par le Foreign and Commonwealth Office avec l’agence Wilton Park.

Cet événement est l’occasion de revisiter les actions marquantes qui rythment le mandat du Chef de l’Etat et ses options pour le Gabon Vert, pilier essentiel du Gabon Vert.

Chronologie et Historique des différents évènements liés au Gabon Vert.

Année 2009 :

-        Participation du Président Ali Bongo Ondimba à la Conférence de Copenhague (Décembre 2009)

Copenhague où s'est tenu le 17 décembre 2009 le Sommet mondial de lutte contre le changement climatique réunissant 193 pays, le président Ali Bongo Ondimba a appelé ses homologues à la solidarité pour relever le défi climatique planétaire.

 

Année 2010 :

-        Mise sous haute surveillance de la forêt gabonaise  (Février 2010)

Le Conseil des Ministres du 25 février 2010 a adopté une ordonnance pour la création de l'Agence Gabonaise d'Etudes et d'Observations Spatiales : Terre, Climat, Homme (AGEOS-TECH). Depuis le 1er juillet, un accord tripartite lie les Instituts de Recherche pour le Développement français (IRD), l’Institut de Recherche Spatiale brésilien (INPE) et l’Ageos.

Le centre de réception d’images satellite aura pour première tâche la surveillance de l’état de santé des forêts tropicales du Bassin du Congo, qui est le deuxième poumon vert de la planète après l’Amazonie.
La station réceptionnera des images satellite en bande X, avec un accord signé pour le satellite brésilien CBERS. Elle couvrira un rayon de 2800 kilomètres, soit une vingtaine de pays africains (au nord jusqu’au sud de l’Algérie, au Sud jusqu’à l’Angola et la RDC et à l’est une partie de l’Ouganda).

L'utilisation des technologies satellitaires permettra au Gabon et à tous les pays du Bassin du Congo de surveiller le niveau de stockage de carbone et l'évolution de plus de 2 millions de kilomètres carrés de forêts tropicales humides.

-        Lancement d'un "Conseil Climat" - Mai 2010

Le président Ali Bongo Ondimba a lancé le 25 mai 2010 le premier "Conseil Climat" pour l’élaboration et l’orientation stratégique de la politique nationale du Gabon en matière de changements climatiques. Le Conseil Climat a pour mission l’élaboration et l’orientation stratégique de la politique nationale en matière de changements climatiques, avec pour objectif final de formuler un Plan Climat National.

Le Plan Climat National du Gabon vise la formulation d’une stratégie de développement du Projet de Société du Président, et de la politique gouvernementale qui en découle, dans un contexte propre et durable. Cette stratégie reconnaît que les ressources naturelles du Gabon sont le premier capital du pays et qu’il convient pour construire la prospérité future des Gabonais d’exploiter ce capital sans le fragiliser, que la protection de l’environnement et le développement économique ne doivent pas s’opposer, que la prise en compte de l’environnement doit aller de pair avec l’amélioration des conditions de vie des Gabonais.Le Plan Climat National va ainsi définir les lignes directrices du modèle de développement du Gabon aussi bien au niveau politique qu’économique. Pour cette raison, le Conseil Climat en charge de l’élaboration du Conseil Climat est placé directement sous l’autorité du Chef de l’Etat.

 

Année 2011 :

-        La Forêt du Bassin du Congo sous surveillance satellitaire  (JANVIER 2011)

Le 18 janvier à Libreville, le gouvernement et l’Agence Française de Développement (AFD) ont signé 3 conventions relatives à la gestion durable des écosystèmes forestiers.

L’AFD a débloqué 10,5 millions d’euros pour la préservation des écosystèmes forestiers au Gabon, pays du bassin du Congo, 2ème poumon vert après l’Amazonie. Trois conventions de financement ont été signées par le Ministre de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, Magloire Ngambia, et le chargé d’affaires de l’ambassade de France au Gabon, Jacqueline Bassa Mazzoni, en présence du directeur régional de l’AFD. 
Sur la somme globale, 1 million d’euros seront consacrés à la création d’un fonds d’étude et de préparation de projet, 9 millions pour la mise en place d’une antenne de réception d’images satellitaires et d’un centre de compétence de télédétection et 500 000 euros pour appuyer l’élaboration de la stratégie climat au Gabon.


-        Participation du Gabon à la Conférence d’Oslo  (Mai 2010)

Participation du Chef de l’Etat gabonais à la Conférence sur la déforestation et le climat d’Oslo, qui s’est ouverte le 26 mai 2010 à Holmenkollen, au Park Hotel Rica, sous l’égide du Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg. 

Cette conférence visait à établir un partenariat pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts. Elle s’est inscrite dans l’effort mondial pour préserver les forêts tropicales, notamment celle du bassin du Congo, 2ème poumon de la planète après l’Amazonie, qui couvre 80% du territoire gabonais.

Le Président Ali Bongo Ondimba et la cinquantaine de Chef d'Etats et de gouvernement participant à la Conférence d'Oslo ont conclu le 27 mai un nouveau partenariat mondial pour la protection des forêts tropicales. Ce partenariat regroupe 9 pays donateurs, à savoir la Norvège, les Etats-Unis, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Australie, le Japon, la Suède et le Danemark ; l'Union Européenne et une quarantaine de pays forestiers parmi lesquels le Gabon. 

 

-        Création de l'Agence Gabonaise d'Etudes et d'Observations Spatiales : Terre, Climat, Homme (AGEOS-TECH) - Juillet 2010

Création de AGEOS-TECH, dans la perspective de la mise sous ‘’Haute surveillance’’ de la forêt gabonaise grâce à un accord tripartite signé le 1er juillet 2010 entre l’Agence Spatiale Gabonaise, le Brésil et la France.

Le Conseil des Ministres du 25 février 2010 avait adopté une ordonnance pour la création de l'Agence Gabonaise d'Etudes et d'Observations Spatiales : Terre, Climat, Homme (AGEOS-TECH). Depuis le 1er juillet 2010, un accord tripartite lie les Instituts de Recherche pour le Développement français (IRD), l’Institut de Recherche Spatiale brésilien (INPE) et l’Ageos.

Ce programme vise le suivi de l'évolution du couvert forestier et du niveau de stockage de carbone au Gabon et dans le Bassin du Congo, qui est la 2ème plus grande forêt tropicale du monde. Les images satellites permettront de mieux appréhender l’exploitation forestière du joyau que constitue la forêt gabonaise. L’ambition du gouvernement est de faire du Gabon un pôle d’excellence spatial. Le Projet de société du Président démontre ici sa globalité au travers de l’alliance des piliers du Gabon vert et du Gabon des services dans l’aventure spatiale gabonaise.

 

-        Adoption de la Déclaration de Libreville - Septembre 2010

Adoptée en septembre 2010, la Déclaration de Libreville à réaffirmé la nécessité pour l'Afrique de sauvegarder les écosystèmes et d’assurer un accès équitable à ces services, en particulier pour les populations défavorisées. Ceci, grâce à la faveur de l’organisation par le Gabon d’un Sommet sur la Biodiversité, qui a réuni plusieurs  ministres et experts de l'Environnement de plusieurs pays africains, afin de définir une position commune de l'Afrique sur la biodiversité avant un sommet au Japon. Cette déclaration est venue confirmer la nécessité d'intégrer les services écosystémiques dans les stratégies intersectorielles et les politiques à tous les niveaux, tant national que régional. Cela inclut le développement de systèmes pour surveiller et évaluer la biodiversité et les écosystèmes ainsi que des systèmes de gestion des risques.

-        Sommet sur la Biodiversité de NAGOYA (Octobre 2010)

Le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba a participé à Nagoya, au Japon, en octobre 2010, à la 10ème Conférence des Parties de la Convention sur la Diversité Biologique (COP10), placée sous l’égide des Nations Unies.

L’objectif de ce sommet, qui a réuni  193 pays signataires de la COP10, était de débattre des actions et mesures à mettre en place afin de préserver la biodiversité de la planète.

Le Président Ali Bongo Ondimba y a tenu un rôle majeur, car mandaté par ses pairs africains, pour défendre la position commune des Etats africains contenue dans la déclaration de Libreville, adoptée au terme de la première Conférence panafricaine de haut niveau sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté.

 

 

Année 2011 :

 

-        Signature de 3 conventions relatives à la gestion durable des écosystèmes forestiers - Janvier 2011

Le gouvernement et l’Agence Française de Développement (AFD) ont signé le 18 janvier 2011 3 conventions relatives à la gestion durable des écosystèmes forestiers, forestiers au Gabon, pays du bassin du Congo, 2ème poumon vert après l’Amazonie.

L’AFD a donc débloqué 10,5 millions d’euros pour la préservation des écosystèmes. Sur la somme globale, 1 million d’euros seront consacrés à la création d’un fonds d’étude et de préparation de projet, 9 millions pour la mise en place d’une antenne de réception d’images satellitaires et d’un centre de compétence de télédétection et 500 000 euros pour appuyer l’élaboration de la stratégie climat au Gabon.

 

-        Une gestion responsable des tortues marines du Gabon – (Fevrier 2011)

Une délégation gabonaise a séjourné au Brésil à l’invitation de l’institut Tamac, dans la perspective d’y être sensibilisés sur les questions liées à la protection de l'habitat des tortues, la réglementation en matière de protection des eaux territoriales dont la pollution est l'une des principales causes de décès des tortues.

Afin d’assurer la survie de ces populations animales, les experts gabonais et brésiliens ont donc pris l’engagement d’élaborer des bases de données similaires. Les deux pays, dont les eaux littorales et les côtes sont fréquentées par plusieurs espèces de tortues marines, envisagent également de mettre en place un projet d’échange et de coopération technique afin d’assurer leur protection.

 

-        Tenue du 2ème Conseil National Climat  (Mai 2011)

Le Président Ali Bongo Ondimba a présidé le 11 mai 2011 la deuxième réunion du Conseil National Climat élargie à l'ensemble des départements ministériels, en présence des partenaires de développement.

A cette occasion, le Président a appelé à accroître les efforts en faveur de la protection de l'environnement et à intégrer la problématique du changement climatique dans la mise en ouvre de son projet de société.

 

 

-        21ème Forum Economique Mondial sur l’Afrique, en Afrique du Sud : appel pour que les pays africains parlent d’une même voix sur l’enjeu mondial des changements climatiques  (Mai 2011)

Le Président Ali Bongo Ondimba a manifesté, lors du 21ème Forum Économique Mondial qui s'est tenu du 3 au 6 mai 2011, son engagement pour la préservation de la planète en appelant ses homologues africains à parler d’une même voix sur l’enjeu mondial du changement climatique en vue de la Conférence COP 17 de Durban, en Afrique du Sud, qui doit se tenir du 28 novembre au 9 décembre 2011.

 

-        Salon Gabon Durable 2011 ( Mai 2011)

Le Salon Gabon Durable 2011 s’est tenu à Libreville, à la Cité de la Démocratie, du 4 au 8 mai 2011 sur le thème "Vivre autrement, pour vivre mieux".

Les nombreuses opportunités offertes par le Gabon dans le domaine du développement durable ont été présentées à cette occasion, en particulier dans les secteurs de l'environnement, l'agriculture, l'éducation et la formation, l'énergie, l'habitat, les ressources naturelles, la salubrité et le traitement des déchets, la santé, le tourisme ou encore le développement humain...

 

 

-        Organisation du jeu concours "Le plus grand arbre de la forêt gabonaise" - Juin 2011

 

A l’occasion de l’Année Internationale des Forêts, l’Agence Nationale des Parcs Nationaux organise le jeu-concours "Le Plus grand Arbre de la forêt gabonaise" du 15 juin au 30 novembre 2011.

Ce grand Jeu-Concours s’adresse à l’ensemble des personnes résidant au Gabon, le but étant de trouver, au choix, dans la forêt gabonaise :
- L’arbre le plus haut (mesure entre la base et le sommet) ;
- L’arbre le plus large (le plus grand diamètre à la base, au dessus des contreforts)
- L’arbre le plus massif (grand et large).

 

-        Mise en œuvre d’une stratégie nationale concrète et ambitieuse sur l’environnement - Aout 2011

Le gouvernement va mettre en place, tous les deux ans, une stratégie nationale concrète et ambitieuse sur l’environnement qui prendra en compte le climat, la biodiversité, l’étude d’impact, et ce pour la promotion de l’écologie et du développement durable sur le territoire gabonais.

 

-        Conférence COP 17 de Durban, en Afrique du Sud - 28 novembre au 9 décembre 2011

 

Le Président Ali Bongo Ondimba, a présenté le 6 décembre 2011 devant les chefs d’Etats, de gouvernements et les délégations présentes à l’ouverture des discussions de haut niveau de la 17e Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques à Durban, le Plan climat national. Cet outil permettra au Gabon de maitriser les émissions des gaz à effet de serre.

 

«La lutte contre les changements n'est plus un choix. Elle impose un engagement de la part de chacun d'entre nous. C'est la raison pour laquelle, je voudrais ici témoigner de ce que mon pays fait pour lutter contre le changement climatique» a déclaré le Président  lors de son intervention à Durban.

«Ce plan national nous permettra non seulement de maîtriser nos émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de réduire et de prévenir les risques liés à la vulnérabilité de notre territoire», a précisé le chef d'Etat gabonais. Le plan climat du Gabon comprend un plan d'affectation des terres pour une meilleure gestion de l'ensemble de son territoire. Disponible fin 2012, il permettra de déterminer avec précision les zones d'implantation pour des activités économiques (agriculture, exploitation minière, infrastructures, habitat) tout en atténuant les facteurs de vulnérabilité aux conséquences des changements climatiques et en réduisant la déforestation dans un pays recouvert à 88% de forêts. Il entraînera également la création d'un fonds foncier pour les générations futures» a précisé le Chef de l’Etat.

 

 Année 2012 :

 

-         Tenue à Libreville du 3ème Symposium africain sur le cycle de l’eau 27-29 février 2012

 

Troisième symposium international sur la gestion de l'eau en Afrique et l'utilisation des technologies satellitaires, cette rencontre a été organisée par le GEO (Group on Earth Observation – organisme international regroupant des agences spatiales de nombreux pays),  l’UNESCO, l’Université de TOKYO et l’Agence Gabonaise d’Etudes et d’Observations Spatiales (AGEOS). Ce symposium s’est penché sur l’utilisation des images satellites au service de la gestion des ressources en eau en Afrique.

_________________________________________________________________________

Le Gabon Emergent

Depuis l’élection du Président Ali Bongo Ondimba en septembre 2009, le Gabon est entré dans une ère de changement grâce à une ambitieuse politique de réformes. Longtemps dépendant de ses exportations de matières premières, le Gabon est aujourd’hui déterminé à diversifier son économie et devenir un pays émergent à l’horizon 2025 grâce à une stratégie de développement durable baptisée Gabon Emergent. Cette stratégie repose sur trois piliers :

· le Gabon Vert pour valoriser durablement le formidable écosystème gabonais - 22 millions d’hectares de forêt, 1 million d’hectares de terres agricoles exploitables, 13 parcs nationaux, 800 kilomètres de littoral maritime – à travers l’industrie du bois, l’agriculture et l’écotourisme ;

· le Gabon Industriel pour promouvoir la valorisation locale des matières premières, l'exportation de produits à forte valeur ajoutée et la diversification de l’économie nationale ;

· le Gabon des Services pour valoriser les ressources humaines gabonaises avec l’objectif de devenir une référence régionale dans les services financiers, les nouvelles technologies de l’information, les métiers de l’économie verte, de l’enseignement supérieur et de la santé.

Concrétisation de la politique de réformes et d’ouverture du pays, le Gabon a attiré plus de quatre milliards de dollars d’investissements directs étrangers en 2010 dans le cadre de la signature de contrats avec des entreprises américaines, asiatiques et européennes.

Pour plus d’information, merci de visiter www.presidentalibongo.com ou contacterwww.cocom.rggov.org

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article